L’effet Kindle, ou le double effet Apple? « amontour

300 000 Sony vendues en 2008. Combien de Bookeen? d’iPhone? de DS? et d’autres? 200 000 Kindle en 2007, combien en 2008? Soit un marché captif et connecté par Wifi. Le monde change et nous tournons en rond. Les éditeurs ont adopté Amazon, créant des librairies virtuelles dans la TGL en ligne (la Très Grande Librairie en ligne), grattant ici ce qu’ils perdent ailleurs. C’est de bonne guerre et ça permet au distributeur de conserver ses marges. Du moins pour le papier.

Papier Electronique: Génération automatique de contenus – Tabbloid, par Hewlett-Packard

En parallèle du développement de dispositifs de consultation (prototype de reader en 2007, aujourd'hui un substrat souple couleur), Hewlett-Packard s'intéresse de près à la création de contenus.
Voici Tabbloid, un service qui permet de générer automatiquement une édition personnalisée à partir de tout type de flux RSS, et de l'envoyer à intervalle régulier. Nul doute que les possibilités de mise en page et de formats (pour l'instant PDF) vont s'enrichir, mais c'est déjà surprenant. Les compositions intègrent les illustrations et gèrent le multi-colonne.

Bargain Hunting for Books, and Feeling Sheepish About It – NYTimes.com

Book publishers and booksellers are full of foreboding — even more than usual for an industry that’s been anticipating its demise since the advent of television. The holiday season that just ended is likely to have been one of the worst in decades. Publishers have been cutting back and laying off. Houghton Mifflin Harcourt announced that it wouldn’t be acquiring any new manuscripts, a move akin to a butcher shop proclaiming it had stopped ordering fresh meat.

Is Google Making Us Stupid? – The Atlantic (July/August 2008)

I can feel it, too. Over the past few years I’ve had an uncomfortable sense that someone, or something, has been tinkering with my brain, remapping the neural circuitry, reprogramming the memory. My mind isn’t going—so far as I can tell—but it’s changing. I’m not thinking the way I used to think. I can feel it most strongly when I’m reading. Immersing myself in a book or a lengthy article used to be easy. My mind would get caught up in the narrative or the turns of the argument, and I’d spend hours strolling through long stretches of prose. That’s rarely the case anymore. Now my concentration often starts to drift after two or three pages. I get fidgety, lose the thread, begin looking for something else to do. I feel as if I’m always dragging my wayward brain back to the text. The deep reading that used to come naturally has become a struggle.

Philippe Aigrain  » Une fois de trop

A force de traiter en ennemis les usagers des œuvres, à force de les insulter, à force de les traiter en mineurs incapables qu’il faut sécuriser contre leurs propres comportements, à force d’insulter jusqu’à la langue en appelant pédagogie le déni du droit fondamental à une procédure équitable, on risque de produire de véritables ennemis du soutien à la création. Il n’est pas encore trop tard pour l’éviter.