De quelques causes réelles de l’effondrement des Majors – Framablog

L’industrie a appris à frapper des hits (et donc de l’argent) dans les années 60 et 70, mais c’est le CD qui a fait des maisons de disque les monstres que l’on connait. Knopper consacre la moitié de son livre à expliquer le boom du CD, et n’évoque Napster qu’au bout de 113 pages. C’est parce que, de son point de vue, on ne peut comprendre la chute des labels à l’ère de la distribution numérique qu’en étudiant le précédent changement de format majeur et les énormes profits qu’il a apportés à l’industrie.

Si vous avez suivi Battlestar Galactica récemment, ou si vous lisez Nietzsche, vous connaissez les théories traitant de la nature cyclique de l’Histoire, et c’est sous cet angle que Knopper présente son histoire. À l’arrivée du CD, nombreux furent les dirigeants des maisons de disque à le détester. L’un d’entre eux raconte, même maintenant : « Je pensais que (les ingénieurs qui l’avait produit) aurait pu trouver un moyen d’éviter le piratage ».

L’épée du soleil  » La monographie numérique, ou la goutte au bout du nez

Le point le plus sensible est probablement celui qui est le moins lié à une question d’économie de marché… c’est la problématique du livre savant. Les études littéraires, comme certaines autres disciplines des sciences humaines, restent particulièrement attachées à la brique (à la monographie volumineuse et parfois verbeuse), alors que plusieurs autres disciplines (pas nécessairement toutes du domaine des sciences inhumaines) ont considérablement fait bouger les paramètres de ce qui est recevable, disciplinairement parlant, comme contribution scientifique. C’est donc ici un très beau cas de médiologie. Nous convenons aisément que la prose académique impose un format au livre qui la reçoit ; mais acceptons-nous de considérer que le support que nous utilisons conditionne notre propos ? Et de façon encore plus sensible : acceptons-nous même l’idée que la monographie puisse délaisser sa place comme étalon de la recherche littéraire aboutie ?

A propos des liseuses – Portail territorial

Le support e-book a déjà été évoqué ici même il y a quelques semaines, à l'occasion du partenariat lancé entre Sony et la BU d'Angers pour le prêt de liseuses. Il est bien sûr encore trop tôt pour un bilan qualitatif, mais on lira avec intérêt le retour d'expérience d'Olivier Tacheau, directeur du SCD d'Angers, qui se définit lui-même comme un "hasbeeno-ringardos en matière d'innovation" pas franchement conquis d'avance par l'objet. Il a testé et il a aimé, malgré quelques réserves non pas quant à son intérêt en général mais quant au développement des usages pour un public étudiant. Pour un avis plus mitigé sur les liseuses, je ne peux que vous recommander la lecture d'un billet critique de Marin Dacos (et de ses commentaires très constructifs) sur Blogo-Numericus, à propos du Reader PRS 505 de Sony (ce même Reader a d'ailleurs fait l'objet d'une enquête d'usages et de satisfaction par son diffuseur, la Fnac, auprès de 400 acheteurs).

Journée Plume : Gérez vos références bibliographiques avec des logiciels libres – 20 mars 2009 – Lyon | Ressource PLUME

Plume, avec le soutien du TGE ADONIS, de l’ENS-LSH, de MuTEC et d’Isidora, a organisé une journée dédiée aux logiciels libres de Gestion de références bibliographiques le 20 mars 2009 à Lyon.

Programme :
Il consiste principalement en une suite de présentations-démonstrations des logiciels et ressources présentées dans PLUME listées dans la fiche Zoom sur la gestion de références bibliographiques dans PLUME.

Le bibwebzine: Cléo radar

Je viens de découvrir Cléo radar grâce à un lien en commentaire du premier "billet des hybrides" rédigé par Cécile Arènes pour le blog de l'ABF. Il s'agit du carnet de veille professionnelle collaborative du CLEO, le Centre pour l'édition électronique ouverte. Une belle idée, deux outils (Delicious et WordPress), quatre veilleurs (Bruno Cenou, Marin Dacos, Nicolas Barts, Pierre Mounier)