La question du plagiat | Évaluation de la recherche en SHS

« Le plagiat universitaire est une question dont on parle peu, mais qui doit évidemment être abordée dans le cadre d’un carnet consacré à l’évaluation. Après l’avoir rapidement évoquée il y a deux mois, en réponse à l’interpellation de François Blanchard sur les manquements à la rigueur scientifique sous la pression de l’évaluation quantitative, je voudrais y revenir de façon plus détaillée, en offrant quelques pistes. Ce long billet a une nature hybride, présentant d’un côté des références et des données, et de l’autres quelques réflexions rapides.

Le même mot, compris au sens d’une reproduction frauduleuse des travaux d’autrui, recouvre deux phénomènes assez différents selon qu’il s’agit de devoirs d’étudiants ou de travaux de recherche ; il faut pourtant les prendre en considération simultanément, car ils ne sont pas sans rapports. Une nouveauté de ces dernières années tient peut-être justement à une convergence de ces deux niveaux, avec la multiplication de mémoires de master ou de thèses construites à base de copier/coller comme de mauvais devoirs de licence. Par ailleurs, il est impossible de lutter efficacement contre l’extension du plagiat parmi les étudiants sans dénoncer aussi fortement les pratiques de leurs enseignants. »

Tags:

Revues scientifiques : à quand la fin du travail gratuit ? — tomroud.com

« Dans ce contexte, un conflit qui annonce peut-être le chant du cygne de ce “business model” fait rage depuis une grosse semaine. A ma gauche, le systèmes des UC, universités de Californie, publiques et financées par les impôts des Californiens. A ma droite, l’un des plus gros et des plus prestigieux groupes de publication de revues scientifiques, le NPG, Nature Publishing Group, qui publie comme son nom l’indique la très connue revue Nature.

Tout commence le 4 Juin dernier. Les bibliothécaires de l’université de Californie envoient une lettre à tous leurs chercheurs/professeurs les informant du nouveau tarif imposé par le NPG pour la licence d’accès aux 67 revues de leur abonnement, concrètement une augmentation de 400 % .

L’UC est outrée, en particulier car elle n’est pas exactement n’importe qui pour le NPG : durant les 6 dernières années, ses chercheurs ont publié 5300 articles, dont 638 rien que dans la revue Nature. A cela s’ajoutent tout le travail éditorial et de relecture gratuit décrit plus haut; une analyse révèle que rien que pour la revue Nature, les gains réalisés par le NPG sur la travail (gratuit) des chercheurs de l’UC se montent à 3 millions de dollars par an. Bref, dans le genre “vache à lait” en terme de contenus, on peut difficilement faire mieux que l’UC. »

Tags:

Humanistic Approaches to the Graphical Expression of Interpretation

The session begins with brief introductory remarks by moderator Kurt Fendt. He points out the need for new tools that will examine data in meaningful ways through aspects of interpretation and visualization. Dean Deborah Fitzgerald emphasizes the importance of support for digital humanities and visualization interpretation as supplemental to textual analysis, and the creation of new forms of scholarly and cultural communication; Peter Donaldson offers a concise welcome to participants.

It is in sharp contrast to a period of enlightenment and empirical science that a re-humanization of digital activities may now take place, says Johanna Drucker. Humanistic approaches are the motif against which she frames her assertion that « interpretation » introduces an epistemological shift—which she identifies by the rubric « from data to capta »—or data that is taken rather than data which is given.

Noting that visualization techniques originally developed for empirical sciences and quantitative analytics lack the sophistication needed by humanists, Drucker emphasizes that humanists must remember their core orientation and approach interpretation not strictly as visualization. Simply introducing more complicated statistical models doesn't solve the problem, although adding some degree of humanistic inquiry does demonstrate that data is "a composite rather than a singularity." But Drucker identifies the deeper and more serious problem as "not simply a matter of modeling humanistic statistics … but shifting the epistemological ground." She sees a serious and substantial role for the humanities "that is cultural as well as intellectual in pushing back against the dominant models of a kind of quantitative and empirical approach."

Drucker advocates a shift from « knowledge » to « knowing » by questioning certain fundamental assumptions about how we know what we know. She and her colleagues have explored this problem by studying temporality and spatiality via the history of time and its representations — timelines. After searching in vain for means to represent time as non-homogenous — probabilistic, potential-laden and discontinuous – she introduced point of view into her models as a way of expressing the subjectivity of temporality – distinctions in traditional assumptions about time.

Creating graphical representations of humanistic data – that is, data inflected with affect – is not data, it's 'capta.' "Capta," she explains, "suggests that all quantification, parameterization, representation is always about an experiential, co-dependent relationship of emergent phenomena. The phenomena don't exist outside of the cognitive perception and the perception is intervening in and influenced by the phenomena."

Ultimately, Drucker suggests, the idea of humanistic experience should be re-centered at the core of the interpretive model. "One of the things we must do," she explains, "is to replace perspective, the human scale, the point of view, the situatedness of human experience within this social and cultural order and it's representation in visual and graphical form."

Kurt Fendt and respondents Amber Frid-Jimenez and Nick Monfort pose questions of their own about the potential for the systemization of visual systems, the difficulty of approaching large, communal data sets, and distinctions between exploration and presentation in the humanities.

Questions from the audience focus on the desirability of certainty within a humanistic construct, and emerging ways in which to represent emergent phenomena through visualization. Drucker favors the dynamic modeling techniques used in meteorology, because of its potential for layered complexity.

Comment créer un média en deux temps trois mouvements ?

En mai dernier, pendant une semaine, 36 étudiants de l’IJBA (Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine) ont réalisé une série de reportage sur la vie culturelle à Berlin. Mais au lieu de publier leurs productions sur un blog ou un site d’information classique, ils ont décidé d’utiliser uniquement des plateformes de partage de contenu et des réseaux sociaux. Ils ont ainsi créé un nouveau média. Nom de code du projet : Berlin Kultur Lab

Berlin Kultur Lab

Berlin Kultur Lab n’a pas de visée commerciale, ce n’est pas un média complet, c’est simplement une expérimentation et un projet pédagogique. Pour Jean Charles Bouniol, professeur de l’IJBA à l’initiative du projet, il s’agissait de « faire comprendre aux étudiant comment les plateformes sont reliées entre elles », comment « on peut les utiliser efficacement, d’un point de vue professionnel ».

Selon lui, les futurs journalistes ont besoins de savoir se servir de ces réseaux sociaux. Elle leur donne « une valeur ajoutée sur le marché du travail » car ces compétences « répondent à une demande des médias traditionnels » et surtout à une évolution des modes de consommation de l’information.

Mais ce projet avait aussi pour objectif de donner une vision du journalisme web qui va plus loin que le phénomène du blog. Berlin Kultur Lab montre qu’on peut publier, produire du contenu journalistique en s’affranchissant de la gestion d’un site ou d’un blog.

Grâce à la multitude des plateformes de publication de contenu on peut créer un média avec une mise de départ quasi-nulle. Avec son architecture éclatée, on multiplie les chances pour qu’un sujet soit consulté. On n’attend plus que l’internaute viennent sur son site, on va le chercher sur le site communautaire qu’il utilise. Mais surtout on utilise les plateformes web de publication de contenu en fonction de ses besoins.

Berlin Kultur Lab est une lecture de cette nouvelle façon de publier de l’information.

Dans ce contexte, les étudiants ont décidé de créer une architecture originale pour le projet Berlin Kultur Lab. C’est une nouvelle forme de média.

schemapublic2-1

Accueillir le contenu

Pour mettre son contenu en ligne le projet s’appuie sur Dailymotion pour la vidéo, Flickr pour la photo, Soundcloud pour le son, et Tumblr pour l’écrit, mais pas seulement… Dans ce dispositif, Tumblr est devenu au fur et à mesure de l’avancée du projet la plateforme centrale de diffusion. Assez naturellement, l’ensemble des productions des étudiants se retrouve sur ce site sous la forme d’articles web classiques. Un peu à la manière d’un blog classique. C’est l’une des faiblesses du projet.

Agglomérer les flux

Pour donner plusieurs portes d’entrée au public Berlin Kultur Lab utilise Netvibes, Delicious, Lifestream et un Google Map pour agglomérer ses flux de contenu. Ces outils ont également pour objet de créer un maillage entre toutes  les plateformes utilisées.

Porte d’entrée principale, la page Netvibes publique,  réunie les flux de toutes les plateformes utilisées. Ainsi en un coup d’oeil, le visiteur peut avoir une vision globale de toutes les productions. Cette page Netvibes a été pensée comme une vitrine. Elle se divise en quatre partie.

Première page : les flux RSS de Flickr, de Tumblr et consorts sont visibles. Page deux : les productions sont organisées et accessibles via des rubriques. Puis on trouve une page de présentation du projet Berlin Kultur Lab et une page renvoyant sur d’autres sites sur la culture à Berlin via leur flux RSS.

En ce qui concerne le compte Delicious l’objectif est un peu différent. Il s’agit d’abord d’archiver et moins de promouvoir. Les liens de ce compte sont la mémoire du projet. Mais Delicious est aussi utilisé pour réaliser un rubriquage des sujets sur la page Netvibes. Pour ce faire quatre flux RSS issue de Delicious basés sur quatre mots-clés pointent vers la page Netvibes et crée ainsi quatre rubriques.

Le compte Lifestream a pour principal objectif de créer un flux RSS Berlin Kultur Lab exportable pour les internautes. Et en ce qui concerne la Google Map, elle est utilisée pour les sujets aisément localisable. Il s’agit de donner au visiteur une plus value d’information.

La promotion

Pour promouvoir le projet Berlin Kultur Lab a utilisé de façon très classique Twitter et Facebook. Selon ses statistiques il semblerait que ça soit ces réseaux qui aient envoyés le plus de visiteurs vers les différentes productions. 142 followers sur Twitter et 604 fans sur la page Facebook ont suivi le projet. Ces chiffres peuvent paraître faible mais le projet n’a existé concrètement que durant une semaine.

L’identité

Publier de l’information dans un dispositif du type de Berlin Kultur Lab implique une certaine cohérence pour être rapidement identifiable comme un média et pour avoir la diffusion la plus large possible.

Etant donné l’absence de site qui peut aider à identifier les publications, et que tout le contenu est voué à vivre une existence indépendante, Berlin Kultur Lab s’appuie sur une identité visuelle et sonore originale. Son objectif : unifier les productions et les plateformes pour que le public puisse rapidement identifier un reportage issue du projet ; et ce quelque soit le chemin qu’il a suivit pour nous trouver. Un logo original a donc été créé. Il a été repris dans un jingle vidéo. Et la bande audio de ce dernier a servi de jingle aux productions sonores.

Le mode de publication

Pour valoriser au maximum l’utilisation de chacune de nos plateformes en fonction de nos besoins et rendre la production cohérente, les étudiants ont mis en place un dispositif de publication.

Chacune des productions après avoir été publié sur la plateforme adéquate, devait être mise en ligne sur Tumblr. Puis pour la valoriser et la promouvoir chacun des sujets étaient relayés sur les comptes Twitter et Facebook. Dernière étape le lien vers l’article Tumblr était archivé sur Delicious en respectant des mots-clés liés à nos rubriques (cf. ci-dessus). Ainsi, sur la page Netvibes, une même production est consultable par plusieurs accès différents.

Et les sujets dans tout ça…

D’un point de vue purement éditorial, les étudiants n’ont pas déterminés une ligne précise. La culture étant un vaste domaine, les sujets traités vont de l’Ampelmahn (le célèbre bonhomme vert des passages piétons berlinois ) en passant par les tensions liées aux nouveaux projets d’urbanisme autour de la Spree (la rivière qui traverse Berlin) jusqu’à un interview d’un responsable du financement de la culture de la ville. Par contre côté forme, l’éventail des formats utilisé est assez large. Le tout allant du sujet vidéo pur et dur en passant par le diapo-son, le reportage photo, le sujet écrit classique ou encore la photo-légende.

Thomas Bartherote

Pour retrouver Berlin Kultur Lab, rendez-vous sur :

Twitter : http://twitter.com/berlinkulturlab

Facebook : https://www.facebook.com/pages/Berlin-kultur-lab/383886578791

Tumblr : http://berlinkulturlab.tumblr.com/

Flickr : http://www.flickr.com/photos/berlinkulturlab/

Netvibes : http://www.netvibes.com/berlinkulturlab#Bienvenue_sur_la_une

Dailymotion : https://www.dailymotion.com/Berlinkulturlab

Delicious : http://delicious.com/berlinkulturlab

Soundcloud : http://soundcloud.com/berlinkulturlab

Net Attacks ! Nos cerveaux attaqués par le net… vraiment ?

Arrêtez tout de suite de lire cet article, il pourrait vous rendre stupide ! Ne cliquez pas sur les liens, ils pourraient vous distraire !

thesshallowsTel est le cri d’alarme que lancent (à nouveau) quelques Cassandres des nouvelles technologies, estime Nick Bilton pour le New York Times. Nicholas Carr (blog), dans son nouveau livre, The Shallows (qu’on pourrait traduire par le bas-fond, pour désigner quelque chose de peu profond, de superficiel, de futile : le livre est sous-titré “ce que l’internet fait à nos cerveaux”), affirme qu’internet, les ordinateurs, Google, Twitter et le multitâche transforment notre activité intellectuelle au détriment de notre capacité à lire des choses longues, activité critique pour le fonctionnement de nos sociétés. Carr estime que le web avec son hypertexte coloré et son abîme sans fin d’information morcelée, nous rend stupide, comme il le résume dans une tribune introduisant son livre qu’il a publié récemment sur Wired :

“Il n’y a rien de mal à absorber rapidement et par bribes des informations. Nous avons toujours écrémé les journaux plus que nous ne les avons lus, et nous gérons régulièrement les livres et les magazines avec nos yeux pour en comprendre l’essentiel et décider de ce qui nécessite une lecture plus approfondie. La capacité d’analyse et de navigation est aussi importante que la capacité de lire et de penser profondément attentivement. Ce qui était un moyen, un moyen d’identifier l’information pour une étude plus approfondie, est devenu une fin en soi, est devenu notre méthode préférée à la fois pour apprendre et analyser. Eblouis par les trésors du Net, nous sommes aveugles aux dégâts que faisons peser sur notre vie intellectuelle et notre culture.

Ce dont nous faisons l’expérience est, dans un sens métaphorique, une inversion de la trajectoire de civilisation : nous évoluons de cultivateur de la connaissance personnelle en cueilleurs de la forêt de données électroniques. Dans ce processus, il semble que nous soyons voués à sacrifier une grande partie de ce qui rend nos esprits si intéressants.”

Soucieux de propositions concrètes, Nicholas Carr va même jusqu’à proposer de repousser les liens hypertextes en fin d’article, pour faciliter la lecture et la concentration et éviter toute distraction (voir Narvic, “Le lien est-il en train de tuer le texte ?”).

L’expérience modifie le cerveau… et alors !?

Pourtant, tout le monde n’est pas aussi catégorique. Le psychologue et cogniticien Steven Pinker rappelle dans le New York Times que la défiance actuelle n’a rien de nouveau. Les mêmes choses ont été dites après l’invention de l’imprimerie, des journaux, du livre de poche ou de la télévision. C’est la fonction même de nos cerveaux d’apprendre de nouvelles choses. “Les critiques des nouveaux médias utilisent parfois la science elle-même pour faire valoir leur cause, en invoquant des recherches qui montrent comment “l’expérience peut modifier le cerveau”. Mais les neuroscientifiques roulent des yeux à un tel discours. Oui, chaque fois que nous apprenons une information ou une compétence, la façon dont sont reliés nos neurones change. L’existence d’une plasticité neuronale ne signifie pas que notre cerveau est une masse d’argile broyée par l’expérience.”

Le journaliste scientifique, Jonah Lehrer, auteur de Comment nous décidons, affirme également dans une magistrale réponse à Nicholas Carr, qu’il est encore trop tôt pour tirer une conclusion sur les effets négatifs du web. Les éléments de preuves qu’utilisent les Cassandres de l’internet pourraient tout à fait être utilisés pour affirmer que nous ne devrions pas marcher dans une rue parce que la charge cognitive y est beaucoup trop grande, comme l’affirmait en 2008 un groupe de scientifiques de l’université du Michigan, montrant les effets dramatiques d’une ballade en ville sur la mémoire, la maîtrise de soi et l’attention visuelle (voir “Comment la ville nuit-elle à notre cerveau”). “Sur la base de ces données, il serait facile de conclure que nous devrions éviter la métropole, que les rues de nos villes sont un endroit dangereux et qu’il vaudrait mieux rester à la maison et jouer sur Google. Ce serait un argument à courte vue, basée sur une lecture limitée d’un ensemble très limité de données”, répond Lehrer.

Carr soutien que nous sommes en train de nous saboter, en passant d’une attention soutenue à la superficialité frénétique de l’internet. Selon lui, du fait de notre plasticité neuronale, nous sommes en train de devenir les miroirs du médium qu’on utilise. Pour Carr, le cerveau est une machine à traitement de l’information qui est façonnée par la nature des informations qu’elle traite.

Il ne fait aucun doute que l’internet change notre cerveau, rappelle Lehrer. “Tout change notre cerveau”. Mais Carr néglige de mentionner que l’internet est aussi bon pour l’esprit. Une étude sur l’ensemble des études consacrées aux effets cognitifs des jeux vidéo par exemple montre que le jeu conduit à des améliorations significatives des performances de plusieurs tâches cognitives, de la perception visuelle à l’attention soutenue. Même Tetris peut participer à une augmentation marquée de notre capacité à traiter de l’information. “Une étude en neuroscience de 2009 de l’université de Californie à Los Angeles, a constaté que l’exécution de recherches sur Google a conduit à une activité accrue dans le cortex préfrontal dorsolatéral (en comparaison avec la lecture d’un texte sous forme de livre) [voir : "Le papier contre l’électronique : lequel nous rend plus intelligent ?"]. Fait intéressant, cette zone du cerveau sous-tend des talents précis comme l’attention sélective et l’analyse intentionnelle que Carr dit avoir disparu à l’âge de l’Internet. En d’autres mots, Google, ne nous rend pas stupide, car l’exercice de nos muscles mentaux nous rend toujours plus intelligents.”

jonahlerher
Image : Jonah Lehrer sur la scène de Pop Tech en 2009, photographié par Kris Krüg.

L’esprit est une machine pluraliste

“Cela ne signifie pas que l’essor de l’internet ne va pas nous conduire à la perte d’importants talents mentaux”, estime Lehrer qui donne un contre-exemple frappant. “Par exemple, lors de l’alphabétisation, quand les enfants apprennent à décoder les lettres, ils usurpent gros morceaux du cortex visuel précédemment consacré à la reconnaissance des objets. Le résultat final est que les humains alphabétisés sont moins en mesure de “lire” les détails du monde naturel.”

Jonah Lehrer nous invite à faire attention de ne pas confondre les études sur le multitâche et ses effets et les études sur les effets du web, de l’internet et des écrans et à rester prudent pour ne pas tirer de conclusions hâtives d’études imparfaites et provisoires. L’internet ne va pas nous transformer en simples unités de traitement du signal, comme le suggère Carr.

Une grande partie du livre de Carr s’intéresse au coût cognitif des traitements multitâches, un terrain scientifique bien mieux balisé depuis 50 ans, notamment par Herbert Simon. Le cerveau est une machine bornée et on sait bien mieux comprendre pourquoi parler au téléphone en conduisant risque de provoquer un accident, estime Jonah Lehrer. Mais même ici, les études sont complexes. Le jeu vidéo par exemple semble améliorer notre capacité à effectuer plusieurs tâches à la fois (.pdf). Certaines études ont constaté que la distraction encourage la transformation inconsciente, ce qui conduit à de meilleures décisions dans des situations complexes. En d’autres termes, s’amuse Lehrer, la prochaine fois que vous êtes confrontés à un choix très difficile, vous devriez peut-être faire un peu de multitâche pendant quelques heures… D’autres études ont constaté que les distractions temporaires peuvent accroître la créativité. Enfin, il y a également des études qui montrent les avantages à laisser son esprit vagabonder

Pour aller dans le sens de Lehrer, il me semble que, peut-être plus que dans d’autres disciplines, les protocoles d’expérimentation des neuroscientifiques défendent souvent des thèses. On tombe facilement dans des propos radicaux autour de tout ce qui touche “les technologies de l’esprit”. La science et l’imagerie médicale semblent convoquées pour apporter des preuves. Alors que les différences de protocoles entre une étude l’autre, la petitesse des populations étudiées, nécessiterait beaucoup de prudence dans les conclusions. Ainsi, les mesures et résultats obtenus par l’imagerie par résonance magnétique sont peu reproductibles et s’avèrent bien moins fiables que ne le pensent les chercheurs qui l’utilisent, estime une récente étude.

Tout cela ne signifie pas que nous devrions toujours être distraits, mais cela suggère que l’attention n’est pas nécessairement un idéal, rappelle fort justement Jonah Lehrer. “La plus grande leçon, je pense, c’est que nous devons nous méfier de privilégier certains types de pensée sur les autres. L’esprit est une machine pluraliste.”

La culture n’est peut-être pas bonne pour le cerveau, mais c’est une bonne chose pour l’esprit

Pourtant, comme Carr, Lehrer s’inquiète du risque de perte culturelle avec l’arrivée des nouvelles technologies. Comme Carr, Lehrer partage un goût pour les oeuvres culturelles denses et difficiles. L’internet, et la télévision avant lui, rendent certainement plus difficile pour les gens de se plonger dans la littérature, de trouver un moment de calme pour cela. De calme et d’ennui, car la littérature est aussi le lieu idéal de la rêverie. Elle n’est pas toujours le lieu de l’attention soutenue que désire Carr, au contraire. Mais l’argument de la défense de la culture n’a pas besoin des neurosciences pour être tenu, explique Lehrer. On n’a pas besoin d’évoquer le risque qu’encourt notre plasticité neuronale pour espérer que nous serons toujours aux prises avec des textes difficiles comme Auden, Proust ou Tolstoï. “Si nous sommes en désaccord sur la science, je pense que nous sommes d’accord sur le fait que se livrer à de la littérature est un élément essentiel de la culture. Ce n’est peut-être pas bon pour notre cerveau, mais c’est une bonne chose pour l’esprit. Nous avons besoin de Twitter et de “La terre vaine” (The Waste Land de T. S. Eliot).”

Notre cerveau n’a pas évolué naturellement pour nous permettre de lire : la lecture est une tâche contre nature, pour laquelle nos cerveaux ont besoin d’entraînement pour apprendre. Maryanne Wolf, directrice du Centre pour la lecture et la recherche sur le langage de la Tufts University et auteur de Proust and the Squid elle-même, rappelle que notre cerveau n’a pas été conçu pour lire. “Nous avons appris à le faire par une capacité extraordinairement ingénieuse de réorganisation de “pièces d’origines” – comme le langage et la vision, tous deux génétiquement programmés pour se dérouler de façon ordonné dans n’importe quel environnement nourricier.”

La recherche montre que chaque média apporte des attributs positifs, rappelle Nick Bilton. Les neurosciences ont montré que jouer à des jeux vidéo stimule des aires de notre cerveau qui contrôlent la mémoire de travail, la coordination des mains et des yeux et peut stimuler et améliorer plusieurs compétences cognitives. La lecture stimule des zones responsables de la réflexion, du raisonnement et de l’analyse critique. La narration auditive stimule des zones impliquées dans la créativité, la pensée contextuelle et les fonctions exécutives.

“On pourrait faire valoir que le Web, qui est la bibliothèque ultime de mots, vidéo, images, interactivité, du partage et de la conversation, est l’endroit par excellence pour apprendre.”

Hubert Guillaud

économie de l'attention, culture, littérature, neurosciences

OASIS authoritative ‘sourcebook’ on Open Access

« OASIS aims to provide an authoritative ‘sourcebook’ on Open Access, covering the concept, principles, advantages, approaches and means to achieving it. The site highlights developments and initiatives from around the world, with links to diverse additional resources and case studies. As such, it is a community-building as much as a resource-building exercise. Users are encouraged to share and download the resources provided, and to modify and customize them for local use. Open Access is evolving, and we invite the growing world-wide community to take part in this exciting global movement. »

Tags:

La photothèque de l’Ifpo est sur MédiHal

Sphynx en basalte provenant de Oum Raysse achetée à Irbid 12.1968 (Jordanie), Institut Français Du Proche-Orient Ifpo

La photothèque de l'Ifpo est désormais accessible en ligne, sur le site  MédiHAL, une archive ouverte de documents iconographiques scientifiques.

MédiHAL offre à l'Institut un outil scientifique pérenne à la hauteur de ses ambitions. Pour l'accès et la mise en valeur des fonds iconographiques de l'Institut, les acquis d'une telle solution technique sont multiples : d'un côté l'Institut va désormais partager "en temps réel" la richesse de ses fonds documentaires avec un bien plus grand nombre de bénéficiaires potentiels ; de l'autre, la plateforme MédiHAL favorise le libre accès aux données de la recherche et facilite l'interaction avec d'autres fonds de même nature.

La mise en ligne débutée depuis quelques semaines concerne déjà plusieurs centaines d'images. Cette première étape inaugure une politique de dépôt systématique. Chacun, membre ou ancien membre de l'Institut, est encouragé à déposer photographies, dessins ou infographies mais également, et peut-être surtout, à participer à l'enrichissement de ce dépôt en complétant les informations disponibles. Les collections d'images les plus anciennes manquent en effet souvent des informations précises qui leur confèrent toute leur portée scientifique. Celles et ceux qui connaissent sites, paysages, objets ou évènements représentés sont chaleureusement invités à aider à compléter et à enrichir ces métadonnées. N'hésitez donc pas à écrire à : contact.medihal@ifporient.org

Merci à toutes celles et ceux qui sont engagés dans cette entreprise de création des « biens communs » scientifiques et patrimoniaux qui s'inscrit dans l'irrésistible dynamique des Digital Humanities.

Bonne visite de ces collections qui, plus que jamais, sont les vôtres ! 

en lire plus

A new era of post-productivity computing?

Glenn Fleishman recently posted on software that disables bits of the computer to make us more productive and to minimize distractions. Programs like Freedom, Isolator, RescueTime, LeechBlock, Turn Off the Lights and others were mentioned, with more coverage going to Freedom, a tool that blocks distractions. Freedom users can choose to disable Internet access and/or local network access. Users claim that software like Freedom makes them more productive by blocking tempting distractions.

I’m not opposed to using technologies to support us in reclaiming our attention. But I prefer passive, ambient, non-invasive technologies over parental ones. Consider the Toyota Prius. The Prius doesn’t stop in the middle of a highway and say, « Listen to me, Mr. Irresponsible Driver, you’re using too much gas and this car isn’t going to move another inch until you commit to fix that. » Instead, a display engages us in a playful way and our body implicitly learns to shift to use less gas.

Glenn was kind enough to call me for a comment as he prepared his post. We talked about email apnea, continuous partial attention, and how, while software that locks out distractions is a great first step, our ultimate opportunity is to evolve our relationship with personal technologies.

Personal technologies today are prosthetics for our minds.

In our current relationship with technology, we bring our bodies, but our minds rule. « Don’t stop now, you’re on a roll. Yes, pick up that phone call, you can still answer these six emails. Follow Twitter while working on PowerPoint, why not? » Our minds push, demand, coax, and cajole. « No break yet, we’re not done. No dinner until this draft is done. » Our tyrannical minds conspire with enabling technologies and our bodies do their best to hang on for the wild ride.

With technologies like Freedom, we re-assign the role of tyrant to the technology. The technology dictates to the mind. The mind dictates to the body. Meanwhile, the body that senses and feels, that turns out to offer more wisdom than the finest mind could even imagine, is ignored.

At the heart of compromised attention is compromised breathing. Breathing and attention are commutative. Athletes, dancers, and musicians are among those who don’t have email apnea. Optimal breathing contributes to regulating our autonomic nervous system and it’s in this regulated state that our cognition and memory, social and emotional intelligence, and even innovative thinking can be fueled.

Our opportunity is to create personal technologies that are prosthetics for our beings. Conscious Computing. It’s post-productivity, post-communication era computing. Personal technologies that enhance our lives.

Thirty years ago, personal computing technologies created a revolution in personal productivity, supporting a value on self-expression, output and efficiency. The personal communications technology era that followed the era of personal productivity amplified accessibility and responsiveness. Personal technologies have served us well as prosthetics for the mind, in service of thinking and doing.

Scientists, like Antonion Damasio, Daniel Siegel, and Daniel Goleman, are showing us that aspects of our intelligence come from sensing and feeling and that our bodies offer a kind of wisdom.

Here at #Foo10, Sara Winge has just pointed out that, for the first time she can remember, people are sitting in sessions, taking notes on notepads, laptops closed. Laptops are out of sight. It feels different. That’s another option. We can use technology to help enable Conscious Computing, or we can find it on our own, through attending to how we feel.

How do we usher in an era of Conscious Computing? What tools, technologies, and techniques will it take for personal technologies to become prosthetics of our full human potential?