Les limites de Google Books – La Feuille – Blog LeMonde.fr

« Finalement, comme le moteur de recommandation d’Amazon, bridé pour satisfaire des nécessités marketing, Google Books est optimisé dans un certain but, avec une certaine vision de ce que nous devons y chercher et y trouver. Les ingénieurs qui manipulent l’’algorithme de Google Books ont visiblement décidé de favoriser la recherche et le référencement de titres, la vente d’exemplaire, plutôt que la recherche dans l’ensemble du corpus, la mise en perspective de catégories, de mots clefs… C’est un choix. Pas sûr que ce choix leur permette de se démarquer des autres moteurs de recherche de livres, comme celui d’Amazon par exemple, qui semble fonctionner d’une manière assez identique. »

Tags:

Open access and preservation in the European Research Area (Bruxelles, 25 et 26 novembre)

Openaccess

Licence CC by-nc-nd 2.0

Marin Dacos, directeur du Cléo, a été mandaté par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour le représenter à l’atelier de travail sur le libre accès réuni par la Commission européenne les 25 et 26 novembre.

Voici la présentation de l’atelier :

The workshop will explore the following question:

HOW CAN WE PROMOTE OPEN ACCESS AND PRESERVATION IN THE EUROPEAN RESEARCH AREA?

The purpose of the workshop is to offer a space for collective reflection with national experts on open access and preservation, develop a shared understanding of Europe’s needs in these areas, reinforce relevant connections and networks, and engage Member States to take action individually and collectively.

Results of this seminar will inspire the European Commission’s ongoing policy development on open access and preservation in the context of the Framework Programme for Research and Development, and of the European Research Area.

Sass – Syntactically Awesome Stylesheets

Sass makes CSS fun again. Sass is an extension of CSS3, adding nested rules, variables, mixins, selector inheritance, and more. It’s translated to well-formatted, standard CSS using the command line tool or a web-framework plugin.

Sass has two syntaxes. The new main syntax (as of Sass 3) is known as “SCSS” (for “Sassy CSS”), and is a superset of CSS3’s syntax. This means that every valid CSS3 stylesheet is valid SCSS as well. SCSS files use the extension .scss.

The second, older syntax is known as the indented syntax (or just “Sass”). Inspired by Haml’s terseness, it’s intended for people who prefer conciseness over similarity to CSS. Instead of brackets and semicolons, it uses the indentation of lines to specify blocks. Although no longer the primary syntax, the indented syntax will continue to be supported. Files in the indented syntax use the extension .sass.

7 blogs thématiques = 7 formations

Après plus de 12 ans à travailler comme prestataire, il est temps pour moi de changer d’horizon professionnel. 12 ans c’est long, et je ressens vraiment le besoin de passer à autre chose et de me lancer dans un nouveau challenge professionnel. Rassurez-vous, il n’est pas question de changer complètement de branche, mais plutôt de concilier mes deux activités favorites : l’écriture et la prise de parole.

À partir de l’année prochaine, j’arrête mon activité de consulting pour me recentrer sur l’organisation de formations. Cette nouvelle orientation est motivée par trois constats :

  1. Nous sommes réellement dans une période charnière pour le web et l’économie numérique. Entre l’avènement des médias sociaux et de la mobilité, l’accélération du rythme d’innovation et l’émergence de nouveaux modèles économiques, il devient de plus en plus complexe d’avoir une vision complète et affutée sur le marché, les enjeux et les acteurs en présence.
  2. Il existe, à mon sens un gros déficit de clairvoyance quant à l’appréhension des changements en cours : Non, vous ne créerez pas le buzz en lançant une application iPad ; Non, être sur Facebook ne va pas vous aider à améliorer votre relation client ; Non, HTML5 ne va pas remplacer Flash; Non, installer SharePoint 2010 ne va pas vous permettre de doubler votre productivité ; Non, utiliser Magento ne va pas vous permettre de doubler vos ventes… Cette période charnière est malheureusement source de confusion et de mésinterprétation.
  3. Il y a en France trop de conférences où l’on parle beaucoup, mais où l’on apprend peu (car il est beaucoup plus simple de monter une table ronde que de délivrer des enseignements structurés).

Tout ceci me motive pour créer des journées de formation en rapport avec les blogs que je rédige. Ces journées seraient comme des rendez-vous annuels où je pourrai récapituler de façon structurée et exhaustive mes connaissances sur un sujet et les transmettre sous un format qui privilégie la richesse et la pédagogie. Ces formations suivraient ainsi toutes le même schéma : état des lieux, décryptage, étude de cas, plan d’action et prospective. Elles seraient accompagnées de fiches récapitulatives permettant aux participants d’appliquer de façon concrète les enseignements de mes formations.

Pourquoi des formations et non des conférences ? Tout simplement car je veux maitriser de bout en bout le contenu de mes journées, et car les formations sont quasi-gratuites : elles rentrent dans le cadre de la formation professionnelle continue et donc du budget formation auquel votre employeur a obligation de cotiser.

Concernant les thématiques de ces formations, je resterai en terrain connu puisqu’elles correspondront aux thèmes que j’aborde sur mes blogs. Comme je tiens à maitriser complètement le contenu, j’envisage de faire une formation par thème et par an. Si j’évite de les planifier pendant les mois avec des congés, ça nous donne le calendrier prévisionnel suivant :

  • Médias sociaux et social marketing en janvier ;
  • Interfaces riches en mars ;
  • Marketing virtuel et social games en mai ;
  • E-commerce en juin ;
  • Mobilité et terminaux alternatifs en octobre ;
  • Utilisabilité et expérience utilisateur en novembre ;
  • Entreprise 2.0 et collaboration en décembre.

Comme annoncé dans le titre du billet : 7 blogs thématiques = 7 formations. Les plus attentifs d’entre-vous auront remarqué une formation sur la mobilité et les terminaux alternatifs, elle correspond à un sujet que j’aborde depuis bien longtemps et à un nouveau blog qui sera lancé dans les prochains jours. La bonne nouvelle pour vous (mes chers lecteurs) est que je vais consacrer plus de temps à mes blogs, avec un doublement du rythme de publication.

Plus concrètement j’ai quasiment finalisé le programme de ma première formation (sur les médias sociaux et le social marketing) qui se tiendra à Paris le jeudi 27 janvier 2011. Normalement la date ne devrait pas bouger, mais j’ai encore 2 ou 3 détails à régler avant de tout bloquer. Le programme détaillé est prêt et devrait être publié la semaine prochaine (en même temps que les bulletins d’inscription vous permettant de faire une demande de prise en charge de formation).

Voilà, je place beaucoup d’espoir dans ce nouveau projet professionnel et j’espère que la qualité de mes écrits et le format que je propose sauront vous convaincre de participer à ces formations. Plus de précisions à suivre dans le courant de la semaine prochaine…

An Update on Taking Up a Collection for arXiv – Wired Campus – The Chronicle of Higher Education

In January, Cornell University announced that it would be passing the hat for arXiv, the widely used online repository that houses e-prints of journal articles in physics, quantitative biology, mathematics, computer science, and related fields. The repository has long been housed at Cornell but had gotten too expensive to maintain alone, the university said…

Tags:

S’auto-former à Zotero: les vidéos de J. Sicot

Quelques mots pour signaler un post du blog À l’(open) source, recensant les vidéos de Julien Sicot sur Zotero. Pratiques, simples, rapides, elles sont efficaces pour se former à zotero. Elles sont accompagnées d’un guide.

Pour rappel, Julien Sicot appartient au SCD de Rennes 2, qui a récemment réalisé une bibliothèque numérique à l’aide d’omeka, autre outil du CHNM.

Archives scientifiques ouvertes : HAL

Photo de D'Arcy Norman (flickr)

Initié par le CNRS en 2001, le projet HAL (Hyper archives en ligne) participe d’un mouvement plus large de développement des archives ouvertes (l’Open Archives Initiative)1.

Consulter HAL

Côté lecteur, on y trouve un grand nombre de travaux universitaires, sur le même principe que les revues en ligne, mais avec une variété de documents plus importante : working papers, version écrite d’intervention en colloque, etc. HAL se décline en plusieurs sous-portails. L’un d’entre eux est Thèse en ligne (TEL), dont le nom se suffit à lui-même ! Deux autres, qui intéresseront également particulièrement les lecteurs de ce carnet, sont HAL-SHS, consacré aux articles en sciences humaines et sociales, et @rchiveSIC, dédié aux articles en sciences de l’information et de la communication. Évidemment, tous ces sous-portails et quelques autres sont inclus dans le portail HAL, et une recherche dans HAL donne accès à tous les articles disponibles dans l’archive quel que soit le sous-portail auquel ils sont associés.

La citation d’un article en ligne sur HAL est particulièrement aisée. Chaque dépôt est définitif (donc pas de mauvaises surprises lorsque vous citez un article HAL, vous pourrez toujours le retrouver), et dispose d’une référence relativement courte, à l’image de cet article, un des derniers archivés sur HAL-SHS au moment où je rédige ce billet : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00275564/fr/

Notez qu’en bas de la notice, vous trouvez l’adresse e-mail du contributeur. Ce peut être une bonne façon de savoir comment contacter tel ou tel chercheur…

Attention toutefois. HAL ne publie pas que des articles publiés et validés par un comité scientifique, mais aussi des working papers, des articles en cours de soumission dans des revues fonctionnant sur le principe du peer-reviewing, et des articles qui n’ont fait l’objet d’aucun peer-review2.

N’allez plus à HAL, laissez HAL venir à vous

Outre la consultation via le moteur de recherche du site HAL, on peut s’abonner à des flux RSS 3 dont certains sont particulièrement intéressants. Il est ainsi possible d’être tenu automatiquement informé des nouveaux archivages d’un chercheur dont on souhaite suivre le travail, de son directeur de thèse (au besoin, poussez-le à déposer sur HAL ;-) ), de son laboratoire ou d’un laboratoire dont les activités sont particulièrement intéressantes… La façon de créer un tel flux RSS n’est pas des plus intuitives, puisqu’il faut composer soi-même l’URL du flux RSS. Mais moyennant quelques tentatives, on y arrive sans trop de difficulté. Quelques exemple :

  • Pour être abonné aux nouveaux dépôts sur HAL d’un chercheur : http://hal.archives-ouvertes.fr/rss.php?author=prenom_nom
  • Pour être abonné aux nouveaux dépôts sur HAL d’un laboratoire, il suffit de connaître le nom de l’UMR : http://hal.archives-ouvertes.fr/rss.php?lab=UMRXXXX
  • ou le nom du laboratoire : http://hal.archives-ouvertes.fr/rss.php?lab=labo

Photo d'ALA TechSource (flickr)

Le principe de composer soi-même le flux RSS devient particulièrement intéressant lorsque l’on souhaite combiner les nombreux critères que l’on peut prendre en compte (nom du chercheur, laboratoire, année de publication, type de publication, langue, etc.)

Déposer sur HAL

Côté contributeur, le principe général est celui de l’auto-archivage : chacun est libre de mettre ses textes scientifiques à disposition, ou une notice indiquant les informations principales relatives à telle ou telle publication4. Il est également possible de renseigner les articles d’autres personnes – le plus souvent, dans ce cas, seule la notice est disponible. Attention à ne pas alimenter les déceptions5

Le dépôt sur HAL à plusieurs avantages. D’abord, il assure une forte visibilité à l’article ainsi archivé. Il est non seulement disponible en ligne (si l’auteur ne se contente pas d’une notice…), mais également relativement bien référencé dans les moteurs de recherche scientifiques. La publication d’un article déposé sur HAL est rapide (48h en général), et constitue en outre une forme de protection du travail. Enfin, HAL permet d’exporter des bibliographies à partir des articles archivés6.

  1. Pour plus de détails sur le principe des archives ouvertes, voir « L’archive ouverte HAL-SHS : Comment ça marche, pourquoi s’en servir ? » de Caroline Abela, disponible, bien sûr, sur HAL
  2. Au passage, un petit billet qui porte, précisément, sur cette question de la validation par les pairs sur le blog d’Enro.
  3. Si la notion de flux RSS vous est inconnue, bientôt un billet devrait vous faire découvrir les usages sympathiques que cache ce nom barbare.
  4. Odile Contat propose un document synthétique présentant une description précise du fonctionnement et du cadre juridique du dépôt sur HAL.
  5. Voir à ce sujet l‘article d’Éliane Daphy et Minh Ha-Duong – disponible sur HAL, bien sûr.
  6. On trouvera une analyse plus poussée de l’intérêt  à déposer sur HAL sur les Carnets de la Phonothèque.