Les services pour les archives ouvertes: de la référence à l’expertise

En vingt ans, les archives ouvertes sont devenues des dispositifs significatifs de la communication scientifique dans de nombreux domaines. L’attention se porte aujourd’hui vers le développement de services avancés pour les archives ouvertes. L’étude présentée ici se propose, après une première partie sur les principaux enjeux associés au développement de services pour les archives ouvertes, de dresser dans une seconde partie un état de l’art des services actuellement disponibles sur les archives ouvertes. Les sept dispositifs sélectionnés, répondant à des critères de fiabilité, de masse critique et de couverture géographique, typologique et disciplinaire, ont été étudiés au travers d’une grille d’analyse fonctionnelle. Outre les fonctionnalités premières d’alimentation, de validation, d’identification, de consultation et d’accession aux références et/ou documents, cette étude distingue les fonctionnalités émergentes ou services innovants de personnalisation, de publicisation, de contextualisation des références, de communication et de collaboration entre usagers. Partant du constat que les services associées aux archives ouvertes se déportent peu à peu des seules références et/ou document pour mettre la figure de l’auteur au cœur des données d’information, la troisième partie de l’article interroge plus spécifiquement cette dimension servicielle. On discute notamment l’opportunité d’exploiter ces dispositifs pour renouveler les circuits de mise en visibilité et d’appel à contribution des évaluateurs, rapporteurs ou experts d’un domaine scientifique.

Google pourrait améliorer sa détection du cloaking en 2011

« Matt Cutts a indiqué cette semaine dans un tweet qu’au cours du premier trimestre 2011, Google allait améliorer sa gestion de la détection du cloaking, technique interdite par les moteurs et permettant aux webmasters de présenter des contenus différents aux internautes et aux moteurs de recherche… »

Tags:

Migrating Microsoft Formats

« Microsoft formats are routinely cited as examples where prophylactic format migration is required as part of a responsible digital preservation workflow. Over at Groklaw, PJ has a fascinating, long post up using SEC filings and Microsoft internal documents revealed in the Comes case to demonstrate that Microsoft’s strategic use of incompatibility goes back at least 20 years and continues to this day. Her current example is the collaboration between Microsoft and Novell around Microsoft’s « Open XML ». This strategy poses problems that the advocates of format migration as a preservation strategy need to address. For details, follow me below the fold. »

Tags:

2011 sera-t-elle l’année de la 3D grâce à Chrome et Firefox (et Flash) ?

« Jusqu’à présent, les rares expérimentations présentées me faisaient penser aux megademo de mon fidèle Amiga 500, mais commencent à sortir des choses tout à fait aptes à convaincre le grand public et les annonceurs. À commencer par le tout récent Google Body Browser. Cette application permet ainsi d’explorer les différentes couches du corps humain : »

Tags:

OneTeam Desktop beta1 est libéré

OneTeam Desktop est un logiciel libre, client de messagerie instantanée pour le réseau ouvert et décentralisé XMPP (anciennement connu sous le nom de Jabber). OneTeam Desktop est disponible pour Linux (32 et 64 bits), Mac OS X et Windows, mais aussi sous forme d’extension pour Firefox. Il est publié sous la double licence MPL 1.1 et GNU GPL 2.0 (Mozilla Public License et GNU General Public License).

OneTeam Desktop offre une approche quelque peu différente des clients avancés déjà disponibles, comme Gajim ou Psi : un univers graphique un peu plus attrayant, des simplifications d’interface et des fonctionnalités plus confortables. Voici par exemple une liste non exhaustive des intérêts de OneTeam Desktop :

  • roster visuel : chaque contact est une carte dans laquelle figure l’avatar et la présence, le JID n’étant accessible que par hover du pointeur ;
  • messages non lus : marqués en sous-brillance, cela permet de reprendre aisément le fil d’une conversation interrompue ;
  • fils de conversation : chaque participant cliquant le message auquel il répond, il est possible de mettre en surbrillance ou de filtrer les multiples conversations qui peuvent prendre place dans les chats ;
  • ligne de commande : raccourcis contextuels avec auto-complétion, très utiles pour accélérer les tâches courantes ;
  • historique et navigation dans le temps : un onglet de chat affiche toujours la dernière conversation, et un petit bouton en haut de la zone de chat est présent pour remonter le temps et retrouver des conversations plus anciennes ;
  • correction : possibilité pour un participant de corriger une fois seulement son dernier message. Cette fonctionnalité se révèle particulièrement utile d’après le retour des utilisateurs ;
  • déboggage à distance : fonctionnalité utile pour les développeurs, qui permet de lancer des commandes sur un client à distance, moyennant un droit d’accès donné manuellement par le client déboggué ;
  • voix sur Jingle : le célèbre protocole de VoIP est présent dans OneTeam Desktop ;
  • Jingle Relay Nodes : un mécanisme évolué de relais pour media en P2P, mieux que les « supernodes » de Skype.

Le code source est disponible par un simple git clone git://git.process-one.net/oneteam/oneteam.git, le manuel de compilation se trouvant dans le fichier README.txt. Vous êtes tous encouragés à donner un coup d’essai à OneTeam Desktop beta1 et d’en discuter !

lien 1 : Site web officiel et téléchargement
lien 2 : Forum
lien 3 : Système de tickets
lien 4 : Code source
lien 5 : Article ProcessOne : OneTeam desktop: unique features highlight
lien 6 : Christmas gift: OneTeam Desktop beta1 released as Open Source!