Philology in the Digital Age – 2011 Annual Conference and Members’ Meeting of the TEI Consortium

« The University of Würzburg with its Centre for Digital Editing in cooperation with the German Literature Archive Marbach and the international Programme Committe welcome you to the 2011 International Conference and Members’ Meeting of the Text Encoding Initiative. The program features keynote lectures by Edward Vanhoutte and Andrea Rapp, parallel sessions of papers and round table discussions, the annual TEI business meeting, a poster session/tools demonstration and slam, and special interest group (SIG) meetings. »

Tags:

Blogging tricolore. Geisteswissenschaftliche Blogs in Frankreich

 » Wissenschaftliche Weblogs haben in Frankreich eine größere Akzeptanz als in Deutschland. Zwar hat man auch links vom Rhein mit Vorurteilen gegenüber diesem Medium zu kämpfen, doch gibt es seit 2007 mit hypotheses.org ein französisches Blogportal, das Weblogs speziell der Geisteswissenschaften bündelt und damit für eine bessere Sichtbarkeit sorgt. Um konservative Forscher nicht abzuschrecken, hat man die Blogs nicht Blogs, sondern „Carnets de recherche“, also Notizbücher, genannt. Anscheinend eine gute Strategie, denn der Erfolg ist beeindruckend: Mittlerweile sind es 219 geisteswissenschaftliche Blogs, die auf der Plattform angeboten werden. Natürlich sind darunter auch einige Blog-Leichen oder Seiten, die weniger aktiv sind. Doch die Statistik weist über 100.000 monatliche Zugriffe von unterschiedlichen Rechnern auf das Blogportal insgesamt aus und bestätigt somit das Interesse der Fachöffentlichkeit. »

Tags:

Amazon lance son propre format PDF : Kindle Print Replica

Amazon.com vient de lancer son propre format PDF, intitulé «Kindle Print Replica », disponible uniquement sur Kindle pour PC et Mac. Le géant américain propose une nouvelle expérience du numérique à ses lecteurs puisque ce format permet de lire un titre avec un texte et des images positionnés exactement comme la version imprimée du livre, avec en plus des fonctionnalités propres à l’ebook.

Véritable réplique numérique d’un livre papier, le grand atout du Kindle Print Replica est qu’il conserve la numérotation et le nombre de mots exacts par pages de la version papier sur chacun de ses titres. Un outil utile pour trouver des informations précises sur des pages spécifiques, en particulier pour des manuels, dont l’utilisation est plus efficace si tous les lecteurs se réfèrent au même numéro de page.

Cet attribut empêche naturellement les lecteurs de changer la taille et la police de caractère. Cependant, comme les Kindle Print Replica sont créés de la même manière qu’un format PDF, le zoom et le mode panoramique sont autorisés, de même que certaines spécificités du Kindle telles qu’annoter et surligner les textes.

Principalement dédiés aux manuels, la plupart des livres Print Replica sont disponibles à la location, dont le prix varie en fonction de la période de location pouvant aller de 30 jours à une année.

Quelques points semblent manifestement encore à travailler. Il n’y a pas de fonctionnalité text-to-speech (fonction de lecture automatique d’un livre numérique) et le téléchargement n’est pas très rapide.

Les mises à jour de l’algorithme de Google depuis 2003

« Découverte au travers du blog de Florian Karmen, cette infographie issue du site SEO.com montre les nombreuses mises à jour de l’algorithme de Google, leurs dates (depuis 2003), leurs noms (j’avoue en avoir découvert quelques-uns) et leur descriptif respectifs. Instructif et, qui plus est, superbement réalisé : »

Tags:

Marseille, 12-16 sept | université d'été du CLEO

Shared by Piotrr

Publie.net à l’Université d’été du Cléo|

Beaucoup de regrets de n’avoir pu participer aux éditions précédentes : sous l’égide de Marin Dacos et de Pierre Mounier, l’université d’été du CLEO est désormais l’événement essentiel de la réflexion sur le numérique et le livre.

Cette année encore, interventions de fond avec Hubert Guillaud, Jean-Michel Salaün, Françoise Benhamou, Hervé Le Crosnier, Hervé Bienvault, Lionel Maurel, Alain Pierrot et celles et ceux dont je ferai connaissance.

Pour ma part, l’honneur d’une conférence en solo. J’ai choisi pour titre : Comment s’orienter ? et dans les 2 prochaines semaines ce sera évidemment le rendez-vous des heures du matin, en amorce de la résidence à Louvain-la-Neuve qui commencera fin septembre, pour 2 mois. Partirai évidemment des pistes ouvertes à Futur-en-Seine : avancer dans l’imprédictible.

Nous tiendrons d’autre part, en binôme avec Hervé Le Crosnier, 2 ateliers sur le concept d’édition numérique – le premier plus centré sur structuration du texte et editing, mise en ligne et propulsion plateformes libraires, le second plus centré sur l’ergonomie epub, Hervé sur la base du formidable outil qu’est polifile.fr, et moi depuis le workflow publie.net. Ce sera une belle amorce pour le BookCamp 4, Paris, 24 septembre, qui suivra.

Ce rendez-vous de Marseille est suffisamment important pour que publie.net s’y associe pleinement : la clé USB offerte aux participants inclura une sélection de 11 textes, édition spéciale préparée avec immatériel-fr, en version epub + pdf, dont le récent ensemble Sites & écritures.

Enfin, à l’heure même où Hubert Guillaud prendra la parole au CLEO, nous lancerons la collection Washing Machine qu’il proposera sur publie.net (Comprendre l’innovation sociale, Est-ce que la technologie sauvera le monde ?, Comprendre Face Book, Un monde de données).

Et on devrait en revenir avec pas mal de force collective pour cette année qui s’annonce déjà comme essentielle : en juillet comme en août, publie.net passe allègrement les 1500 téléchargements (hors lecture abonnés), on sent quelque chose enfin sourdre.

Programme et renseignements concrets, c’est ici.

FB

Les 2 photographies, © Kertesz, On reading, in François Bon, Kertesz, lire, écrire, photographier, Musée du Jeu de Paume, 2010…


CLEO, université d’été, le programme


Lundi 12

9h-10h : conférence introductive

Introduction de l’université d’été.

10h30-12h30 :

Cours 1 : Sociale, la lecture ? / Hubert Guillaud.
Cours 2 : Le projet UnLibrary : les auteurs amplifiés / Chris Mead.
14h-17h :

Atelier 1 : Utiliser Lodel pour l’édition en ligne de livres et revues 1/2.
Atelier 2 : Mener une veille bibliographique en ligne.
Atelier 3 : Maîtriser XML TEI pour l’édition 1/2.
Atelier 4 : Intégrer OpenEdition dans les SIGB.
Atelier 5 : Valoriser le patrimoine scientifique en ligne.
18h : événement du soir

Conférence : De la lecture numérique / Michel Roland.

Mardi 13

9h-10h : conférence introductive

Document numérique et plateformes de distribution / Jean Michel Salaün.

10h30-12h30 :

Cours 1 : De l’open access au Freemium / Françoise Benhamou.
Cours 2 : Le community management en SHS / Cornélius Pushmann.
14h-17h :

Atelier 1 : Utiliser Lodel pour l’édition en ligne de livres et revues 2/2.
Atelier 2 : Mettre en place et utiliser des outils de lecture en réseau.
Atelier 3 : Maîtriser XML TEI pour l’édition 2/2.
Atelier 4 : Enrichir des métadonnées : méthode manuelle et automatique .
Atelier 5 : Intégrer OpenEdition sur des sites web .
18h : événement du soir

BookCamp des participants : présentation de projets en édition électronique

Mercredi 14

9h-10h : conférence introductive

Les tablettes de lecture électronique / Hervé Bienvault.

10h30-12h30 :

Cours 1 : Expérimentations dans le domaine de l’édition numérique en SHS : possibilités et défis / Janneke Adema .
Cours 2 : L’impression à la demande : état du marché, développement des usages / Inès de Montesquieu, Pierre Mounier, Solène Roulet.
14h : Sortie en mer

Jeudi 15

9h-10h : conférence introductive

Enjeux des cyber-infrastructures pour l’économie du savoir/ Françoise Thibault.

10h30-12h30 :

Cours 1 : Une nouvelle alliance entre éditeurs et bibliothécaires pour le développement durable du libre accès : OpenEdition freemium
/ Guy Teasdale, Jean-Christophe Peyssard .
Cours 2 : Tensions et innovations dans le droit d’auteur à l’heure du numérique / Lionel Maurel
14h-17h :
Atelier 1 : Utiliser la plateforme Manuscrits pour gérer le workflow éditorial d’une revue 1/2.
Atelier 2 : Utiliser les plateformes multimédias pour diffuser des « éditions augmentées ».
Atelier 3 : Concevoir et réaliser l’édition epub d’un livre 1/2.
Atelier 4 : Optimiser ses données pour la plateforme Isidore .
Atelier 5 : Ouvrir un carnet de recherche sur Hypotheses.org.
18h : événement du soir

Présentation et débat autour de la licence édition équitable / Hervé Le Crosnier.

Vendredi 16

9h-10h : conférence introductive

L’édition électronique dans les pays du Sud : émergence de nouveaux modèles ? / Octavio Kulesz.

10h30-12h30 :

Cours 1 : Les pratiques informationnelles des chercheurs : résultat d’enquête et analyse / G. Gallezot et M. Roland.
Cours 2 : Carte Blanche à François Bon : Livre et numérique, comment s’orienter ?
14h-17h :

Atelier 1 : Utiliser la plateforme Manuscrits pour gérer le workflow éditorial d’une revue 2/2.
Atelier 2 : Aller plus loin avec son carnet de recherche sur Hypotheses.org : fonctionnalités avancées.
Atelier 3 : Concevoir et réaliser l’édition epub d’un livre 2/2.
Atelier 4 : Utiliser le webservice de Calenda sur ses propres supports de diffusion .
Atelier 5 : Maîtriser le stylage des documents pour Lodel.
18h : événement du soir

Lire/Ecrire à l’heure du numérique : débat public à la Bibliothèque de l’Alcazar, avec une présentation de if:lire, l’institut pour le futur de la lecture et de l’écriture. En présence de François Bon, Octavio Kulesz, Alain Pierrot, Samuel Petit, Michel Roland, Marin Dacos.

1DollarScan : numériser son livre pour 1 dollar

Shared by Piotrr

Scan on demand|

Le marché de la numérisation s’ouvre de plus en plus pour le grand public. Si les premières initiatives ont largement fait parler d’elles au Japon depuis quelques mois déjà, c’est au tour d’une entreprise américaine de proposer la numérisation de tout ouvrage, pour 1 dollar.

La société 1DollarScan ne fait pas non plus dans l’humanitaire, puisque le livre en question doit comporter 100 pages ou moins. Pas possible donc d’envisager de s’offrir une version numérique des Bienveillantes de Jonathan Littell pour 1 $. Dommage, l’offre devenait alléchante. 

L’autre problème, c’est qu’il faut évidemment envoyer sa version papier à la société, par voie postale, pour qu’il effectue la numérisation, avant de vous renvoyer le ebook tant attendu. Mais, corollaire, le livre papier sera perdu pour vous, puisque la société indique que les ouvrages ne sont pas restitués, mais bien détruits pour être recyclés. Le recyclage interviendra sous deux semaines, à moins que l’on ne formule la demande de retrouver son livre, à ses frais, manifestement…

Enfin, dernier couac de la société, seul un fichier numérique en format PDF sera remis à l’utilisateur, à télécharger ou à recevoir en DVD. 

C’est que la firme revendique d’être le service le plus abordable de numérisation au monde.

Made in Japan

1DollarScan dépend de zLibro, une filiale de Bookscan, société mère lancée au Japon l’an passé, par Yusuke Ohki, aujourd’hui président. Ce dernier avait eu la vision des quelque 2000 livres de sa bibliothèque s’effondrant sur lui, et soudainement, l’idée de la création de Bookscan s’est imposée.

« Nous sommes des défenseurs du livre, mais en même temps, nous avons proposé un service véritablement novateur et convaincant pour nos clients », précise le président.

La société élude assez joyeusement les questions juridiques liées à ce service : quid de la copie privée d’un livre papier, transformé en version numérique ? Au Japon, la question ne se posait pas en ces termes. Seichi Higuchi le secrétaire général des Maisons d’édition japonaises de livre s’explique. « Au Japon, la loi permet aux usagers de numériser des oeuvres protégées par un copyright à des fins personnelles et familiales cependant la reproduction ou l’achat d’une oeuvre achetée par un tiers nécessite l’autorisation de l’éditeur. » (voir notre actualitté

Mais qu’en sera-t-il de la législation étatsunienne ? Et plus encore, en France, dans quelle mesure ce type de pratique peut être opéré ?

Immatériel avec les bibliothèques

Shared by Piotrr

Le streaming avenir de la lecture en bib ?

Html5 A découvrir le billet aujourd'hui sur le blog de l'un des distributeurs les plus dynamiques sur le marché français, je veux parler d'Immatériel et cette fois-ci au travers d'une initiative en direction des bibliothèques. Plutôt que la gestion de DRM, il propose aux éditeurs une solution de lecture en ligne qui évite le téléchargement: "Immatériel a développé ces derniers mois un service qui permettra aux collectivités de composer une collection multi-éditeurs de livres numériques et d’en proposer l’accès sous la forme d’un simple site web. Les usagers, reconnus sur place ou à distance grâce à leur carte de bibliothèque, peuvent ainsi accéder en toute sécurité aux contenus choisis depuis tout appareil connecté à Internet.

Conscients des problèmes que poserait la perte de contrôle des fichiers sous-droit en cas de téléchargement, nous trouvons néanmoins peu pertinent de recourir à des systèmes de DRM. Une solution: un système de lecture en ligne assez satisfaisant pour que le téléchargement des fichiers ne soit pas nécessaire. Navigation au sein du bouquet et consultation des ouvrages se font ainsi de manière connectée, sur grands et petits écrans, fixes ou mobiles (ordinateur, smartphone, tablette, e-reader). Le principe de la lecture en ligne, qui en aval permet aux collectivités d’accéder à un suivi des ouvrages lus, est également un outil précieux pour la gestion des droits." Tous les détails ici. A suivre absolument tant la situation, malgré les grands discours, semble bien au point mort aujourd'hui.

La Martinière : ‘Il n’y a rien à regretter. Notre action a servi à toute l’édition.’

L’accord est plus historique encore que celui passé entre Hachette Livre et Google Livres : le groupe La Martinière vient de signer avec le moteur, pour la numérisation de ses livres épuisés. Et par ce biais, il signe la fin du long procès débuté en 2006 par l’éditeur.

Hervé de la Martinière, PDG du groupe, nous a apporté quelques précisions concernant cet accord. D’abord, pour répondre à notre interrogation, les fichiers numérisés pourraient être transmis à la BnF, comme cela a été envisagé par Hachette Livre. Cependant, « la commercialisation de ces textes reste à déterminer. C’est pour ça que je dis ‘pourrait’. Il faut encore définir le cadre et le moyen de diffusion de ces oeuvres ». (voir notre actualitté)

Hervé de la Martinière, au premier plan

Mais il souligne par ailleurs un point crucial. Finalement, « en signant cet accord, nous allons surtout récupérer les oeuvres qui avaient été originellement numérisées par Google. Il s’agit de plusieurs milliers d’oeuvres, probablement, mais nous ne pourrons en donner le nombre exact que dans plusieurs semaines ».

Donc, une phase de récupération des ebooks réalisés. Et ceux qui ne sont pas épuisés « seront retirés de l’accord avec Google », nous précise Hervé de la Martinière.

Degré d’exigence

Concernant la qualité de numérisation pour les oeuvres à venir, Hervé de la Martinière nous explique que rien n’a été contractualisé. « Nous n’avons pas de critère particulier sur la reconnaissance de caractères, sinon celui de la qualité. Ce que nous attendrons, c’est évidemment que les fichiers puissent être lisibles sur une multitude de tablettes et de lecteurs. » Sur ce point, Google nous précisait ce matin que la qualité était un critère impératif, dans ses partenariats avec les éditeurs et les bibliothèques, mais avant tout pour que l’acheteur soit pleinement satisfait.

Tout cela pour ça ?

« Regretter ? Il n’y a rien à regretter de ce procès, que nous avons engagé en 2006. J’ai la grande prétention de croire que l’action que nous avons intentée a été utile pour l’ensemble de l’édition. Et aujourd’hui, nous sommes pleinement satisfaits, puisque nous avons obtenu ce que nous demandions à cette époque. C’est un atout considérable que de récupérer tous ces fichiers numériques. »

Il faut considérer que « le dialogue n’a jamais cessé avec Google. Notre désaccord juridique a toujours été accompagné d’une discussion. Alors je n’ai pas le sentiment d’être vainqueur, ni d’avoir pris une revanche. On en sort par le haut, parce que nous avons obtenu gain de cause, mais non, pas de sentment de revanche. »

Et c’est d’ailleurs sur ce point qu’Hervé de la Martinière veut s’appuyer pour communiquer auprès des autres éditeurs. « Étant donné que nous avons eu gain de cause sur ce que l’on souhaitait, il est difficile de ne pas s’entretenir avec nos confrères, et de leur montrer que nous avons obtenu ce pour quoi nous nous étions battus. »

Il ne reste qu’à attendre de voir les effets se propager…