Les MOOCs à l’assaut du mammouth

« Les MOOCs sont au CNED français (Centre national d’enseignement à distance) ce que l’A380 est au bimoteur de l’Aéropostale. C’est une autre expérience, mise à la portée du plus grand nombre. N’importe quel étudiant de Lagos ou de Lahore ayant accès à Internet peut s’inscrire, suivre un cours d’algorithmes de l’université de Princeton, échanger avec les autres étudiants suivant le même cours, faire les travaux requis et obtenir des notes, accordées par un système informatique de co-évaluation. S’il va jusqu’au bout du cours, l’étudiant de MOOC obtiendra non pas un diplôme de Princeton ni même les crédits qu’il aurait obtenus s’il avait suivi le même cours sur le campus, mais un certificat délivré par Coursera. Les cours sont gratuits mais l’obtention du certificat est payante. Coursera propose aussi aux étudiants certifiés un service de placement, payant. »

Tags:

Innovatives SHS, le premier salon de la valorisation en sciences humaines et sociales

« Des logiciels de modélisation conçus par des historiens utiles pour des sociétés d’assurance, des outils d’aide à la décision qui facilitent l’approche des changements dans l’entreprise, des reconstitutions 3D pour les musées, des outils de communication pour les handicapés… autant de créations issues des sciences humaines et sociales qui participent au transfert de connaissances et à l’innovation. Avec Innovatives SHS, le premier salon de la valorisation des connaissances et de l’innovation en sciences humaines et sociales, le CNRS et l’Alliance Athéna (1) veulent montrer la diversité et la richesse des recherches nées dans les laboratoires de sciences humaines et sociales faisant l’objet d’une démarche de valorisation. Organisé les 16 et 17 mai 2013 à l’Espace Charenton (Paris 12ème), il réunira chercheurs, entreprises, associations et décideurs publics autour d’une cinquantaine de projets. Au programme : expositions, démonstrations, rencontres, ateliers, tables rondes et débats autour de la valorisation. »

Tags:

« la notion française de culture scientifique a un côté un peu abstrait »

Ce mois-ci est paru un ouvrage collectif particulièrement intéressant, relatif aux questions science-société. Il a pour titre « Partager la science : l’illettrisme scientifique en question ». Paru aux Éditions Actes Sud, il rassemble les communications et débats qui se sont tenus lors de l’université européenne d’été de 2011 de l’Institut des Hautes Études pour la Science et la Technologie (IHEST).

Bien que les contributions soient assez différentes les unes des autres, elles ont toutes pour objet cette même question : comment faire en sorte que nos concitoyens soient plus au fait des enjeux scientifiques et techniques de notre monde moderne ?

Vaste programme, me direz-vous. Au vrai, l’ouvrage ne prétend pas apporter des solutions toutes faites à une question qui perdure et ne trouvera sans doute pas sa réponse demain matin. Les auteurs du livre se demandent plutôt comme affiner le diagnostic, comment mieux comprendre les raisons de l’inculture scientifique qui persiste aujourd’hui majoritairement (si vous savez comment marche votre télévision ou une centrale nucléaire, ce constat ne s’applique pas à vous).

Tags:

Open Access en SHS : « l’intendance suivra ! »

Au vrai, cette question de l’accès de toutes et de tous aux productions scientifiques financées par de l’argent public ne date pas d’hier. Mais les recommandations récentes de la Commission européenne en faveur d’un renforcement de l’open access, ainsi que celles de la Ministre Geneviève Fioraso allant dans le même sens, semblent avoir placé le débat sous un jour plus vif. Ce sont ces positions de principe qui ont d’ailleurs dans une large mesure inquiétés certains éditeurs et directeurs de revue, dont les craintes ont été exprimées par l’emblématique motion de CAIRN du 11 février dernier, appelant à plus de réserves et de prise de recul à l’égard de l’open access. Cette motion, interprétée par certains comme un refus de s’engager dans la voie de l’accès libre, a mis le feu aux poudres. En réponse, une tribune a été publiée dans Le Monde du 15 mars dernier, reprise et signée à ce jour par près de 2500 personnes sur le site I love Open Access.

Tags:

French scholars say ‘oui’ to open access | Times Higher Education

« The signatories, who include university presidents, librarians and journal editors, warn that if the humanities and social sciences were to opt out of wider moves towards open access they “would become isolated and ultimately extinct”. The statement, titled “Who Is Afraid of Open Access?”, was published on 15 March and has received more than 2,000 endorsements on a dedicated website, I love open access. »

Tags:

CPU : Bien universel, par essence, l’article scientifique, n’est pas un bien comme les autres

« 10 ans après l’initiative de Budapest en faveur de l’Open Access , entre encouragement et réalité, il faut admettre que l’accessibilité aux résultats des recherches financées sur fonds publics, reste encore modeste : en France de 5 à 10%, des articles scientifiques, sont libres.

Les institutions universitaires ne disposent plus de tous les moyens financiers leur permettant de garantir l’équité d’accès à l’information scientifique alors que leurs efforts se concentrent sur la production et la diffusion des découvertes et des nouvelles connaissances.

L’Open Access peut résoudre ce dilemme à condition de repenser le rapport qu’entretiennent les chercheurs et les institutions de recherche avec la diffusion des résultats de la science. « 

Tags:

Qui a peur de l’open access ?

« En juillet 2012, la Commission européenne a émis une recommandation relative à la publication en accès ouvert (c’est-à-dire gratuit pour le lecteur) des résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics (Lire Le Monde du 28 février 2013). La Commission considère en effet qu’une telle démarche est nécessaire pour renforcer la visibilité de la recherche européenne à l’horizon 2020, en levant progressivement les obstacles qui se dressent entre le lecteur et l’article scientifique, après un éventuel embargo de six à douze mois.

« 

Annotations:

Tags: