Mozilla change

Mozilla change, comme tout le monde a pu le remarquer. Ca n'est pas un changement pour le plaisir de changer, mais tout l'environnement qui change. Voici une liste des choses qui ont changé ces dernières années autour de Mozilla, sans ordre particulier :

  • La concurrence dans le monde des navigateurs est vraiment forte, avec 3 navigateurs ayant plus de 20% de parts de marché.
  • Microsoft sort une nouvelle version d’Internet Explorer tous les ans (incroyable !). Chaque version est plus respecteuse des standards que la précédente (et c’est tant mieux).
  • Google dépense en marketing pour Chrome des sommes supérieures au chiffre d’affaire annuel de Mozilla.
  • Les technologies Web évoluent plus vite que jamais, sous la bannière HTML5 (ce qui comprends les technologies associées, le DOM, les évolutions de CSS et toutes les nouvelles APIs).
  • JavaScript est maintenant très rapide.
  • Le mobile est partout. C’est le nouveau monde qu’il faut conquérir. Cette année, le marché des PC sera plus petit que celui des mobiles (en nombre d’unités).
  • Le marché des tablettes décolle vraiment.
  • Dans le monde mobile, certaines plateformes ne permettent pas à l’utilisateur de choisir le navigateur qu’il utilise. Cette tendance pourrait bien arriver dans le monde du PC avec Chrome OS, qui n’autorise que Chrome comme navigateur.
  • La notion d’App Store est maintenant largement acceptée par le public. La version d’OS X qui arrive, Lion, sera commercialisée via le Mac App Store, sans support physique de type DVD.
  • Le grand public est de plus en plus conscient des problèmes de vie privée, mais il reste beaucoup à faire dans ce domaine.
  • Même la ménagère de moins de 50 ans a entendu parler de “Cloud Computing”.
  • Les réseaux sociaux sont devenus si importants que les “experts” disent que Google pourrait bien avoir des problèmes s’ils manquaient leur “virage social”. Depuis, il y a eu Google Plus.
  • Même le matériel est en train de changer. Pas seulement l’encombrement (passage du PC au smartphone et à la tablette) mais les processeurs eux-même, avec la montée en puissance d’ARM et les processeurs multi-cœurs qui sont devenus la norme.

Je suis sûr que j’oublie plein de choses alors que j’essaye de lister les changements en cours autour de Mozilla (n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous si vous voyez un manque criant). Quoi qu’il en soit, nous sommes bien loin du temps où les technologies Web stagnaient, où tout le monde sur le Web développait pour IE6 et où le PC était le centre de gravité de l’informatique.

Autrement dit, tout autour de nous, Mozilla, est en train de changer. Le paysage change. Le champs de bataille s’agrandit. Nous devons changer, nous adapter.

La bonne nouvelle, c’est que nous avons déjà commencé à changer de façon significative, par exemple avec Rapid Release Process (sortie d'une nouvelle version de Firefox toutes les 6 semaines). La moins bonne nouvelle, c'est que changer, c'est difficile, pour deux raisons :

  1. Ca prend du temps de s’ajuster aux nouvelle situations, pour certaines personnes plus que d’autres.
  2. Nous allons faire des erreurs en cours de route (pour être franc, c’est déjà fait).

Nous allons réparer ces erreurs autant que possible, de la même façon que nous allons nous habituer à faire les choses différement. Il va falloir prendre des décisions difficiles. Il va falloir revenir sur certaines décisions si elles sont vraiment mauvaises. Ca ne va pas être facile, mais l’histoire de Mozilla n’a pas non plus toujours été une partie de plaisir [1].

Le changement est en train de se faire parce qu’il est nécessaire, indispensable, même. Dans un environnement qui change autant, il faut prendre l’initiative, ne pas rester spectateur, sinon on se retrouve rapidement obsolète.

Il y a des choses qui ne vont pas changer. En voici au moins deux :

  1. Pourquoi nous[2] travaillons à accomplir notre mission telle qu’elle est décrite dans le Mozilla Manifesto ;
  2. Comment nous faisons cela. De façon communautaire, ouverte, autour des standards ouverts et avec du logiciel Libre.

Certains détails[3] du comment vont changer ou ont déjà changé. Le processus de release rapide vient à l'esprit. Mais même si c'est un changement important, il n'est pas contraire à nos principes. Alors que Mozilla évolue, nous allons faire des erreurs, tout simplement parce que nous allons explorer des chemins inconnus. Ce n'est pas grave : nous devons apprendre à prendre des risques, à faire des erreurs, et apprendre de ces erreurs. Nous devons aussi apprendre à sur-communiquer, car la communication devient encore plus importante en cette période de changement. C'est déjà le cas dans le monde des extensions[4] et nous venons d’annoncer le Mozilla Enterprise User Working Group, à destination des entreprises qui déploient Firefox.

Donc le changement est en train de se faire parce qu’il est nécessaire, même si c’est difficile pour beaucoup d’entre nous. Peut-être que ce sera trop difficile pour certains. Nous avons déjà vu des gens quitter le projet Mozilla, et c’était pénible[5]. Je pense qu’il ne faut pas arrêter d’évoluer sous prétexte qu’on a peur que des gens partent.

Mais tant que la direction du projet est alignée avec nos objectifs et nos valeurs – et c’est le cas en ce moment – vous pouvez vous attendre à ce que je sois là, présent, impliqué et travaillant dur. Et je suis sûr que je peux compter sur vous.

Notes

[1] Vous vous souvenez quand les employés de Netscape ont été licenciés en juillet 2003 ? Quand Mozilla a décidé de tout miser sur Firefox et Thunderbird à la place de Mozilla Suite ? J’y étais, je m’en souviens, et je n’ai pas de regrets. Par contre, j’ai des cicatrices datant de ces moments-là.

[2] le projet Mozilla dans son ensemble, les salariés, les bénévoles de tous poils, les partenaires, les développeurs d’extensions et tous les gens qui aident Mozilla dans le monde entier.

[3] par opposition aux principes.

[4] Voyez le add-on compatibility report et le billet de Jorge sur le sujet.

[5] Vous vous souvenez de JWZ et MPT ? Moi oui. Les gens arrivent et d’autres partent. C’est la vie.