L’épée du soleil  » La monographie numérique, ou la goutte au bout du nez

Le point le plus sensible est probablement celui qui est le moins lié à une question d’économie de marché… c’est la problématique du livre savant. Les études littéraires, comme certaines autres disciplines des sciences humaines, restent particulièrement attachées à la brique (à la monographie volumineuse et parfois verbeuse), alors que plusieurs autres disciplines (pas nécessairement toutes du domaine des sciences inhumaines) ont considérablement fait bouger les paramètres de ce qui est recevable, disciplinairement parlant, comme contribution scientifique. C’est donc ici un très beau cas de médiologie. Nous convenons aisément que la prose académique impose un format au livre qui la reçoit ; mais acceptons-nous de considérer que le support que nous utilisons conditionne notre propos ? Et de façon encore plus sensible : acceptons-nous même l’idée que la monographie puisse délaisser sa place comme étalon de la recherche littéraire aboutie ?