[Proposition] Revaloriser les diplômes infos (mais pas que)

Ceux qui font du recrutement pourront vous le confirmer : le niveau des diplômes dans l’informatique a descendu drastiquement ces 10 dernières années alors que c’est un métier qui se complexifie. Les écoles accordent des diplômes à des gens qui n’en ont certainement pas le niveau, la qualité des cours est affolante, les stages de plus en plus courts…

Bref, nous sommes en train de tuer dans l’oeuf une réelle force ; la France pourrait être un acteur majeur du numérique, mais dans les nouveaux diplômés seuls les autodidactes aujourd’hui arrivent à tirer leur épingle du jeu. Sans rentrer dans le détail des programmes, il y a aujourd’hui des aberrations sur les contenus, sans parler de certains profs qui viennent vous enseigner un métier qu’ils n’ont jamais pratiqué (vécu).

De manière très concrète, voici quelques propositions que j’aimerais discuter avec vous :
Supprimer l’article 30 de la loi du 24 novembre 2009 qui impose une rémunération aux stagiaires dès 2 mois (au lieu de 3 précédemment). Ce seuil a dévasté les stages dans le milieu informatique, où 2 mois sont trop courts pour qu’un stagiaire soit productif, alors qu’il passera un mois à s’acclimater aux outils + le temps passé par le personnel pour l’accompagner/le former. Résultat net : seules les grosses entreprises se permettent le luxe de prendre des stagiaires, et souvent ceux-ci se retrouvent à faire du WordPress à la chaîne sans aucun accompagnement. Et bien sûr, s’ils ne sont pas productifs, ils sont virés. Ce n’est pas tout à fait l’idée que j’ai d’un stage, qui doit normalement être une période de découverte et un complément à la formation. Le stagiaire ne touche pas de salaire, mais l’entreprise ne facture pas non plus le temps passé (donnant-donnant). Sans compter que la moitié du boulot fait par les stagiaires part à la poubelle…
Développer un maximum le travail en alternance, qui a un coût moindre pour l’état, confronte les étudiants de manière directe à la réalité professionnelle (et permet à ceux qui se sont trompés de filière de s’en rendre compte plus tôt), leur donne un salaire (autonomie, plus besoin de bourses, lutte contre la précarité des étudiants), implique les entreprises dans le processus. Bref, je suis un fervent défenseur de l’alternance vous l’aurez compris, j’ai connu les deux (BTS en formation continue + licence en alternance), je ne regrette absolument pas le détour. Surtout, peut-être est-ce que les écoles se rendront enfin compte qu’elles sont -un peu- à l’ouest… Il serait bon de donner un objectif chiffré, je manque de données là dessus, mais si la moitié des BTS pouvaient être faits de cette manière je ne dirais pas non.
Valoriser immédiatement et de manière très importante le niveau technique de ces formations. Pour l’anecdote, j’ai failli jeter l’éponge en BTS de lassitude devant un rythme mou et un contenu faible. Résultat net : là où je suis (petite PME de 5 personnes), nous ne prenons plus de jeunes diplômés, car il faut TOUT leur apprendre. Ah, et pour info, on passait plus de temps en éco-droit qu’à programmer. Ce qui est gênant pour une formation à spécialité “développement”.
Mesure plus générale, mais qui serait intéressante à mon avis : peut-être serait-il judicieux d’informer les collégiens/lycéens sur le marché de l’emploi dans les villes environnantes ? Montrer les secteurs forts, là où il y a de la demande, là où c’est saturé… Le but n’est pas de les forcer mais de rendre l’orientation un peu plus concrète que des fiches emploi généralistes (qui ne prennent pas compte des disparités géographiques).

Voilà, ce n’est pas exhaustif, mais ça me tient à coeur car je suis un amoureux de mon métier et ça me navre de voir les nouvelles générations de développeurs qui arrivent sur le marché de l’emploi et à qui on a fait croire qu’ils pourraient s’en sortir. Je leur souhaite du courage…

Tags: