Livre et ebook, une définition et une commercialisation

Lors de la conférence Digital Book World, qui s’est tenue du 23 au 35 janvier dans la ville  de New York, beaucoup d’acteurs de l’industrie de l’édition se sont interrogés sur l’avenir du livre, remettant en question la notion même de l’ebook et révélant des chiffres pour le moins surprenant. 

Le mot « ebook » était sur toutes les lèvres lorsque la présidente de la maison d’édition Hyperion, Ellen Archer, a publiquement demandé :  « Pourquoi appelons-nous ça “ebook” de toute façon ? (…) Est-ce qu’on lit des “emagazines” ? Ce sont des livres.  » 

 

Mediabistro s’est alors demandé à quel point il faudrait distinguer un ebook de son équivalent imprimé, en dehors des différences de support.  Quelle est justement l’importance du support pour qualifier un livre de « livre »  ? Demandera-t-on à ses amis dans quelques années : « Hey, tu as aimé dernier ebook de Carlos Ruiz Zafon ?  » pour parler de son livre, auquel l’interlocuteur pourrait répondre : « Nan, j’ai préféré le livre imprimé, rien à voir » ou alors « Ouai, ça marche bien, tellement qu’il paraît qu’ils vont en faire un imprimé ».

Tags: