Paul Servais (dir.), L’évaluation de la recherche en sciences humaines et sociales. Regards de chercheurs

« 1Cet ouvrage collectif rassemble des textes issus de communications effectuées lors de deux journées de réflexion sur l’évaluation de la recherche en sciences humaines et sociales, qui se sont tenues en novembre 2009 à l’université catholique de Louvain, à l’initiative des chercheurs de l’IACHSC1. L’un de ses apports consiste en la multiplicité de points de vue qui y sont déclinés, ancrés dans des espaces géographiques, des positions disciplinaires2 et/ou institutionnelles variées : si la majorité des intervenants sont des enseignant(e)s-chercheur(e)s ou des chercheur(e)s, certains d’entre eux occupent également des postes clés relatifs au financement de la recherche donc à l’évaluation des « meilleurs » projets3. Aussi plusieurs dispositifs d’évaluation de la recherche en sciences humaines et sociales sont abordés : en lien avec le classement des revues, les publications en général, relatifs à la quête de financement, ou encore plus marginalement à l’évaluation des laboratoires4… Ce qui caractérise évidemment cet ensemble de contributions réside dans le périmètre disciplinaire choisi : les sciences humaines et sociales. Quelles questions pose l’introduction accrue de dispositifs d’évaluation majoritairement quantitatifs, prévus d’abord pour les sciences naturelles et techniques, à des disciplines en grande partie qualitatives, dans un contexte général de réduction des financements publics alloués à la recherche et aux universités engagées dans une compétition internationale ? A la mesure de la diversité des quatorze contributions proposées, les lecteurs soucieux de saisir l’ensemble des rouages, enjeux et effets de l’évaluation de nos disciplines, peuvent être saisis de vertige. Pour autant, détracteurs comme défenseurs du système évaluatif tel qu’il est mis -et se met, via l’évaluation individuelle des enseignant(e)s-chercheur(e)s- en place, comme plus largement l’ensemble de la communauté scientifique, y trouveront réflexions et argumentations, basées sur des recherches comme des expériences, plus ou moins étayées. De multiples références bibliographiques réjouiront en outre celles et ceux qui prennent ce débat à cœur et veulent asseoir leur opinion sur des travaux et réflexions déjà élaborés. Plutôt que de suivre le fil de l’ouvrage, organisé en trois grandes sections, assorties d’une préface, j’en proposerai un compte-rendu non exhaustif, car ciblé, privilégiant la sociologie et l’anthropologie en contexte francophone ainsi que les apports réflexifs critiques. »

Tags: