Livre 2020 : Google, Amazon, Apple et … Ikéa

C’est presque devenu une tradition. Juste avant le départ en stage des 2ème années “Métiers du livre” du DUT Infocom de La Roche sur Yon, je leur confie, à l’issue du cours sur la “bibliothéconomie et le livre numérique”, un sujet de nature prospective, moins pour mesurer ce qu’ils ont retenu dudit cours – mais un peu quand même – que pour voir la manière dont ils/elles se projettent dans leurs futurs métiers. Et je n’ai jamais été déçu par leur inventivité 😉

LES SUJETS.

SUJET 1 : Le numérique va bouleverser nombre de points essentiels dans l’exercice des métiers de la librairie de l’édition et des bibliothèques. 
En vous appuyant sur le contenu du cours et en fonction de votre projet professionnel réel (ou imaginaire), vous vous mettrez dans la peau d’un  libraire, éditeur ou bibliothécaire (au choix) pour proposer un discours argumenté sur l’état de la librairie/édition/bibliothèque en 2020. Vous évoquerez notamment (mais pas exclusivement) la situation des 3 grands acteurs que sont Google, Amazon et Apple. Vous montrerez comment la situation du “livre numérique” à changé (ou pas) l’exercice de la profession choisie et ferez la liste des bouleversements ou des changements qui ont eu lieu depuis 2012 et la manière dont ladite profession a choisi d’y répondre ou de les ignorer.

SUJET 2 : Dans une interview au journal Libération (http://www.liberation.fr/culture/01012357658-petite-poucette-la-generation-mutante), Michel Serres a déclaré : “on a construit la Grande Bibliothèque au moment où l’on inventait Internet ! Ces grandes tours sur la Seine me font penser à l’observatoire qu’avaient fait construire les maharajahs à côté de Delhi, alors que Galilée, exactement à la même époque, mettait au point la lunette astronomique. Aujourd’hui, il n’y a que des singes dans l’observatoire indien.”

 En reprenant les points vus en cours, et sans vous limiter obligatoirement au seul domaine des bibliothèques, vous développerez un point de vue argumenté pour indiquer ce que vous pensez de la déclaration de Michel Serres. 

Tags: