Nous ne transmettrons pas grand-chose à nos enfants si le numérique continue sur la voie actuelle (DRM, stratégies privatives) #IA #internetactu

“On n’achète plus une chose, mais le droit d’en user. Ce qui est très américain, mais difficile à assimiler dans un pays comme l’Espagne. Cette philosophie, au-delà d’une protection contre le piratage à la limite de la légalité, n’est pas claire. Car Apple ne donne aucune explication. “Nous n’avons pas de spécialiste qui puisse intervenir sur ces questions. Nous ne commentons pas ce type de dispositions. Je n’ai aucun commentaire à faire”. Telle est la réponse de Paco Lara, responsable de la communication d’Apple, quand on lui demande pourquoi l’entreprise dont il est le porte-parole agit de la sorte. Amazon, par l’intermédiaire de son agence de communication, s’en réfère seulement à un des paragraphes de ses conditions générales d’utilisation. Mais rien sur les raisons pour lesquelles ces conditions sont appliquées. Ce qui arriverait à notre bibliothèque si les serveurs ou les entreprises qui fournissent ce service étaient détruits, nous n’en savons rien non plus.

Tags: