La bibliométrie, discipline maudite – La science, la cité

Je peux témoigner d'un autre exemple, plus grave encore. La revue PLoS ONE publiait la semaine dernière un article proposant un indicateur complémentaire àl'indice h, l'indice e. Même écrit par un physicien, il s'agit d'un article de bibliométrie, avec force équations et considérations empruntées àla science de l'information, et il s'inscrit dans le corpus de cette discipline. Pourtant, je lis que son Academic Editor est Étienne Joly, chercheur de l'Institut de pharmacologie et de biologie structurale de Toulouse. Dont le seul titre de gloire en matière de bibliométrie est sans doute de s'être exprimé sur l'accès libre lors d'un colloque àl'Académie des sciences en 2007. Dont le domaine d'expertise, d'après PLoS ONE, tient de la biochimie et des protéines membranaires.