Les limites du crowdsourcing [signalement] – Du bruit au signal (et inversement)

Il constate qu'une grande partie des contenus générés par les utilisateurs (notes, commentaires, tags, envois dans un groupe) sur une photographie proposée par la Library of Congress dans le cadre du projet The Commons sont sans intérêt. La plupart des notes par exemple sont anodines ou constituent des plaisanteries ; aucune n'apporte d'information historique. Le "bruit" est également très présent dans les commentaires et les tags ajoutés. Au final, Larry regrette que les rares informations valables générées par les utilisateurs soient noyées dans une masse de textes inintéressants et que l'extraction de ces pépites demande beaucoup de temps.