Digital natives et (in)-compétences informationnelles

En revanche, étonnés par les compétences techniques des « digital natives » (pourtant loin d’être aussi développées), de nombreux enseignants et responsables éducatifs (du secondaire comme du supérieur) font encore l’impasse sur les compétences informationnelles, persuadés que les élèves et les étudiants savent désormais chercher seuls l’information, à partir du moment où ils interrogent le couple Google-Wikipedia. Cette enquête est donc une nouvelle pierre dans le jardin de ce que j’appelle « l’illusion spontanéiste », consistant à croire que les étudiants seraient spontanément acculturés à Internet, à la recherche et à l’évaluation de l’information, et qu’il n’y a donc aucun besoin de formation documentaire systématique. Illusion toujours très répandue sur les campus !