Droit dans l’actu: Ce qui se trouve sur le net doit il forcément se trouver sur Google ?

Des arguments similaires sont employés par Google pour s'opposer au retrait du portrait simiesque de Michelle Obama; l’entreprise californienne rappelle que ses classements sont l'oeuvre d’algorithmes et que l'entreprise ne saurait influer sur les résultats des recherches.Google dit ne retirer de pages que si la société les juge contraires à ses «Webmaster Guidelines» ou si elle pense y être contrainte par la loi.
Si cette position de stricte neutralité de Google peut, de prime abord, paraître choquante, elle n’est pas forcément illégitime au plan juridique: en effet, si Google filtrait a priori les résultats des recherches, il deviendrait éditeur de contenus et responsable de plein droit de tout ce qu’il publie! Or, n’étant en quelque sorte qu’un reflet du web, Google n'a -sans doute à juste titre- pas à endosser un tel statut …