The Wire ou le désastre des chiffres | skhole.fr

"L’expression « chain of command » revient sans cesse dans la bouche des protagonistes, ce qui montre bien que les orientations prises ne sont pas le seul fait de la veulerie de certains individus, mais sont la conséquence d’un système. Quelque chose ne va pas, mais personne n’est véritablement responsable, et l’on trouve de temps en temps un bouc émissaire – sort que chacun redoute -, mais une fois celui-ci sacrifié, rien n’a vraiment changé. Ainsi voit-on bien souvent, non sans amertume, les enquêteurs de la « major crime unit » se débattre contre les obstacles que l’administration judiciaire et le jeu politique, obéissant chacun à leur logique propre, souvent contradictoire, dressent devant eux. L’existence même de la « major crime unit » dépend des objectifs et des exigences que la municipalité fixe, et de l’interprétation et de la gêne qu’y trouve l’administration policière, en fonction de ses propres buts. La moindre de ses difficultés n’étant pas l’obsession des « chiffres » du commandement policier : on ne parle que « taux d’élucidation » des homicides, engendrant ainsi une vision à court terme qui empêche tout travail de fond[3]."

Tags:

Posted by: marind