France : Le livre numérique ne fait pas recette… pour l’instant

lapremierenuit-marclevy
Que se passe-t-il lorsqu’un auteur vedette sort un livre aux Etats-Unis? Certains éditeurs se posent la question suivante : est-ce que la version numérique ne va pas venir cannibaliser les ventes de la version papier? Réflexion propre à la période de transition dans laquelle nous nous trouvons, un tel débat n’a pas encore lieu en France.

Si l’existence d’un marché du livre électronique aux Etats-Unis est une chose indéniable, la situation est bien différente en France. La sortie simultanée en papier et en numérique du dernier roman de Marc Levy, La première nuit, tiré à 400 000 exemplaires, n’a pas rencontré le succès en numérique. En effet, le Nouvel Observateur a annoncé dans ses colonnes que la version numérique de l’écrivain français s’est vendue à… 140 exemplaires ! Par rapport à l’opération médiatique engagée pour la promotion du livre, le résultat est décevant.

Comment peut-on expliquer ce chiffre? Plusieurs éléments peuvent l’expliquer et confirme le fait que le marché français du livre électronique est encore à bâtir. Tout d’abord, la faiblesse du parc existant de readers. En effet, le nombre de readers epapers en circulation en France est assez limité. Aucun chiffres officiels existent mais on peut estimer le parc actuel entre 20 000 et 30 000 appareils, toutes marques confondues. Alors que le marché américain atteint presque les deux millions d’unités après un dernier trimestre de ventes historiques, le marché français n’est pas arrivé à maturité. On peut aussi déplorer l’existence d’un “reader star” comme le Kindle qui a réussi, aux Etats-Unis, à attirer l’attention des médias sur la lecture numérique, comme l’avait fait l’iPod à son époque.

Deux autres éléments sont aussi reconnus comme limitant le développement du marché français : le prix des ebooks et les DRM. Quoiqu’on en dise, les prix sont encore trop élevés. Il est difficile de faire comprendre au consommateur d’acheter un livre numérique à un prix plus proche de livre papier que des prix numériques qui ont été atteints sur d’autres produits culturels comme la musique et la vidéo. La pérennité d’un ebook n’est pas aussi sûre que celle d’un livre papier. L’existence de DRM est un obstacle complémentaire. Comme s’assurer qu’un fichier ePub protégés par des DRM Adobe sera lisible dans quelques années? On passera également sur le fait que l’utilisateur néophyte devra lire quelques pages d’instructions d’utilisations pour comprendre comme installer un ebook sur son reader. Et cela sans même envisager les conditions d’utilisations du fichier qui surprendrait plus d’une association de consommateurs.

Paradoxalement, les plateformes intégrées, comme celles d’Amazon ou de Barnes&Noble, semblent plus simples d’utilisation pour le consommateur. Chaque ebook est lisible sur les appareils compatibles avec la plateforme, l’achat étant mémorisé par les serveurs de l’entreprise, qui vous donnera accès à votre ebook même si vous l’avez effacé par mégarde de votre appareil. Les DRM individuels s’évanouissent dans la plateforme globale. Bien entendu, ces plateformes ont aussi leurs inconvénients. La bibliothèque de chaque lecteur semble à la merci du fournisseur, tant sur le plan de la suppression à distance des données que sur celui de la mémorisation des pratiques de lectures avec une visée commerciale.

L’émergence d’un marché autour de la lecture numérique est dans l’ère du temps et inévitable. En revanche, la question du chemin à suivre pour arriver à construire un modèle durable, tant sur le point de vue culturel que sur le point de vue économique, demeure encore sans réponse.

Partager cet article :

Digg
Twitter
Facebook
RSS
del.icio.us
Wikio FR
Wikio
Google Bookmarks
Mixx
Scoopeo
Print