Revues scientifiques : à quand la fin du travail gratuit ? — tomroud.com

“Dans ce contexte, un conflit qui annonce peut-être le chant du cygne de ce “business model” fait rage depuis une grosse semaine. A ma gauche, le systèmes des UC, universités de Californie, publiques et financées par les impôts des Californiens. A ma droite, l’un des plus gros et des plus prestigieux groupes de publication de revues scientifiques, le NPG, Nature Publishing Group, qui publie comme son nom l’indique la très connue revue Nature.

Tout commence le 4 Juin dernier. Les bibliothécaires de l’université de Californie envoient une lettre à tous leurs chercheurs/professeurs les informant du nouveau tarif imposé par le NPG pour la licence d’accès aux 67 revues de leur abonnement, concrètement une augmentation de 400 % .

L’UC est outrée, en particulier car elle n’est pas exactement n’importe qui pour le NPG : durant les 6 dernières années, ses chercheurs ont publié 5300 articles, dont 638 rien que dans la revue Nature. A cela s’ajoutent tout le travail éditorial et de relecture gratuit décrit plus haut; une analyse révèle que rien que pour la revue Nature, les gains réalisés par le NPG sur la travail (gratuit) des chercheurs de l’UC se montent à 3 millions de dollars par an. Bref, dans le genre “vache à lait” en terme de contenus, on peut difficilement faire mieux que l’UC.”

Tags: