Les humanités numériques sont-elles solubles dans Google ? | Socio-informatique et argumentation

« La firme de Mountain View a récemment publié les lauréats de l’appel à projet concernant l’exploitation des contenus de Google Books, revendiquant son engagement au service des humanités numériques. Du point de vue du développeur d’instruments pour l’analyse de grands corpus, rien de bien transcendant dans la liste ; seule reste sans précédent l’importance du gisement littéraire proposé à l’exploitation informatique. On peut en discuter mais l’argument de la masse de données disponibles est un peu court du point de vue épistémologique : on accumule des données et on se demande après coup ce que l’on va bien pouvoir en extraire, Que l’on me permette d’y entrevoir une sorte de miroir aux alouettes pour les méthodes d’analyse informatisée ! Ouvert à toutes les expériences instrumentales, le moteur de recherche hégémonique n’a visiblement qu’un seul objectif : continuer d’attirer à lui toute la matière numérique et grignoter encore du “temps de cerveau disponible” chez les internautes. Aussi, l’enthousiasme de Google pour la cause des « Digital Humanities » laisse rêveur. Inutile de reprendre ici les chiffres et les commentaires qui saturent toute la toile et bien au-delà : son emprise sur le Web, qui a donné lieu à bien des polémiques, dont en France celles lancées par Jean-Noël Jeanneney, ne cesse de s’étendre1. De sorte que parler d’un pur programme de recherches sur des contenus, eut-il pour seule vocation d’étudier des bibliothèques entières d’œuvres philosophiques, littéraires ou historiques, sans considérer dans le même mouvement la capacité de configuration de nos cadres cognitifs dont disposent désormais les ingénieurs de Google a quelque chose de cocasse2, au moins vu de cet angle un peu incongru du monde des humanités numériques que constitue la socio-informatique ! »

Tags: