Google: Le plus grand corpus linguistique de tous les temps

Lorsque j’étais étudiant, à la fin des années 70, je n’aurais jamais osé imaginer, même dans mes rêves les plus fous, que la communauté scientifique ait un jour les moyens d’analyser des corpus de textes informatisés de plusieurs de centaines de milliards de mots. A l’époque, j’étais émerveillé par le Brown Corpus, qui comportait la quantité extraordinaire d’un million de mots d’anglais américain, et qui après avoir servi à la compilation de l’American Heritage Dictionary, avait été mis assez largement à disposition des chercheurs. Ce corpus, malgré sa taille, qui apparaît maintenant dérisoire, a permis une quantité impressionnante d’études et a contribué largement à l’essor des technologies du langage… L’étude que publiera demain dans Science une équipe composée de chercheurs de Google, de Harvard, du MIT, de l’Encyclopaedia Britannica et d’Houghton Mifflin Harcourt (éditeur de l’American Heritage Dictionary) a porté sur le plus gros corpus linguistique de tous les temps : 500 milliards de mots. Il s’agit des données engrangées par Google dans son programme (parfois controversé) de numérisation de livres, qui servent ainsi à ma connaissance pour la première fois à une étude linguistique de grande ampleur.

J’ai eu la chance d’avoir pu accéder à l’étude avant publication, et j’ai eu quelque peu le vertige… Les doigts me démangeaient d’en parler sur ce blog, mais je me suis forcé à respecter l’embargo (je crois que l’équipe a quelque peu organisé un buzz, vous devriez voir ça dans la presse si j’en juge par les appels de journalistes que j’ai reçus). Ce corpus contient 4% des livres jamais publiés sur Terre. Comme le disent les auteurs, pour lire seulement les textes de l’année 2000 (c’est à dire une toute petite portion du tout, qui s’étale sur plus de deux siècles !), sans s’arrêter pour manger ni pour dormir, il faudrait 80 ans, soit une vie entière, à un être humain. La séquence de lettres du corpus dans sa totalité est 1000 fois plus longue que notre génome, et si on écrivait le tout sur une ligne, celle-ci ferait 10 fois l’aller-retour de la Terre à la Lune !

Hélas, il ne faut pas trop rêver tout de même, le corpus ne sera pas accessible au commun des mortels, qui devra se contenter de résultats précalculés, en l’occurrence la liste des mots et “n-grammes” (c’est-à-dire des suites de n mots consécutifs) extraits du corpus (avec une limite à 5 mots), pour l’anglais et six autres langues dont le français. Mais c’est déjà beaucoup, ne boudons pas notre plaisir, d’autant que les données sont organisées avec une consolidation par année qui permettra des études tout à fait intéressantes, comme le montre l’interface de recherche en ligne, qui, j’en suis sûr va avoir un franc succès !

Les auteurs donnent quelques exemples édifiants, illustrés par des courbes qui ne sont pas sans rappeler celles du Chronologue — quelques lecteurs se souviennent peut-être de cet outil que je m’étais amusé à réaliser en 2005 (et qui malheureusement est mort avec le déclin du moteur Dir.com de Free, avec qui je collaborais à l’époque). Sauf que, bien entendu, je n’avais ni les moyens ni le matériau engrangé par Google, qui permettent de tracer de telles courbes lexicales sur plus de deux siècles ! Les domaines couverts sont aussi variés que l’évolution grammaticale (l’usage comparé des formes régulières et irrégulières pour des verbes anglais comme burnt/burned), ou l’effet de la censure (la disparition de noms comme Marc Chagall pendant la période nazie)…

La corrélation entre l’usage des noms de maladie et les pics d’épidémie m’a particulièrement frappé, car elle m’a rappelé très exactement les courbes que j’avais obtenues sur la grippe aviaire — sauf que les nouvelles données permettent de remonter au XIXè siècle ! Je ne vais pas reprendre une image de Science, je vous laisse y lire l’article, mais voici une autre image, issue d’un rapport interne de l’équipe, qui illustre les pics d’usage du mot cholera (en anglais) depuis 1800. Les zones bleutées correspondent aux terribles périodes d’épidémie qui ont frappé les Etats-Unis et l’Europe (notamment le sud de la France, avec des milliers de morts à Marseille, Toulon, etc.).

L’équipe a pour l’occasion forgé un mot, culturomics, pour qualifier ce nouveau type d’activité, un mot-valise qui débute comme culture et qui finit comme genomics, et il est tout à fait intéressant de noter qu’à part des informaticiens (Dan Clancy et Peter Norvig de Google, par exemple) et des lexicographes (dont Joe Pickett, le directeur actuel de l’American Heritage Dictionary), l’équipe comporte des cogniticiens et biologistes, dont les bien connus Steven Pinker et Martin Nowak, et de jeunes et brillants mathématiciens-biologistes principaux auteurs de l’étude : Jean-Baptiste Michel (c’est un français, issu de l’Ecole Polytechnique et en post-doc à Harvard) et Erez Liberman Aiden. Ce n’est pas un hasard : la biologie et le traitement des langues partagent beaucoup de choses du côté des algorithmes et des mathématiques (j’en ai moi-même donné un exemple avec les arbres phylogénétiques — par exemple ici, ici ou ici).

Et pour le français ? Eh bien, tout est à faire. Je remonte les manches ! Voici la toute première courbe, obtenue en avant première grâce à la complicité de l’équipe, que je remercie vivement au passage. Il s’agit du mot blog, dont on peut assister à la naissance en direct [voir mise à jour en bas du billet]…

Je ressens aujourd’hui la fascination qu’ont eue sans doute les astronomes qui ont braqué pour la première fois Hubble vers un coin inexploré de l’univers. Quelque chose s’est passé, une étape a été franchie dans l’outillage à disposition du linguiste.

Les linguistes (français en tout cas) en auront-ils conscience ? C’est une autre histoire. Entre les chiffres et les lettres, il y a parfois un bien grand fossé…


PS

Mise à jour : superposition des courbes pour blog en français (bleu pâle) et en anglais américain (bleu soutenu). On voit clairement le décalage entre les deux langues ! (NB: les échelles verticales ne sont pas identiques, seule l’échelle horizontale l’est).


Pour en savoir plus