On n’achète pas une bibliothèque comme un livre

“Mais l’arrivée du web et surtout la montée des tablettes modifient considérablement la donne et l’attitude du lecteur. Sur un Kindle ou un iPad, on n’achète pas un livre, on se constitue une bibliothèque. On peut lire un livre de la première à la dernière page, mais on en lit souvent plusieurs en même temps et on pourra y revenir à tout moment, à la bonne page ; ou encore on se contentera de feuilleter un grand nombre de livres, zappant de l’un à l’autre, faisant des recherches. Et tout cela en tout lieu, à tout moment, du fait de la portabilité de sa bibliothèque réduite à une tablette. Nous retrouvons un propos souvent tenu ici : le modèle du web est hybride entre celui de la bibliothèque et celui de la télévision.

Dès lors, sans doute le lecteur sera attiré par tel ou tel titre particulier, mais la valeur principale est constitué par l’ampleur et l’adaptation de la collection qu’il pourra constituer et par la vitesse et la commodité de l’accès aux pages. Cette donnée nouvelle modifie vraisemblablement considérablement la sensibilité au prix et donc l’élasticité de la demande, d’autant que le web tend à tirer les prix du contenu vers le bas par l’abondance des ressources accessibles gratuitement et que constituer une collection est un investissement de départ non négligeable pour un e-lecteur.

Conclusion si cette analyse est juste, F. Bon a eu bien raison de baisser drastiquement ses prix.

Tags: