Concentration et diversité sur le marché du livre – Notes d’un économiste

“Je reconnais également que la position des libraires n’est, collectivement, pas confortable : l’essentiel des librairies vivent de fait grâce à la vente de titres, des ouvrages de Barbara Cartland à Harry Potter qu’il est de bon ton de regarder de haut quand on veut faire partie d’un certain milieu intellectuel. Un grand écart entre la réalité des masses vendues et la représentation de ce qui est culturellement valable. La vie est au contraire plus facile pour les grandes chaînes qui ne se posent pas de telles questions.

Le problème survient donc, selon moi, au moment où la volonté de défendre un statut, ou ce qui est ressenti comme une mission, finit par être en décalage avec la réalité du marché : les revendications de spécificité ou d’aides publiques finissent par être minées par cet écart, faisant le jeu d’un Amazon mettant en évidence qu’il sert les livres que les lecteurs demandent.”

Tags: