Le succès de Wikipedia expliqué en cinq leçons

cd

Il y a eu jusqu’à huit projets concurrents tentant d’occuper le créneau des encyclopédies collaboratives. De feu Interpedia en 1993 au toujours vivant Everything 2, aucun n’a pourtant réussi à égaler le succès de Wikipedia, la référence en ligne, avec ses 270 langues et ses bientôt quatre millions d’articles en anglais, et plus d’un million en Français.

Pourquoi Wikipedia a-t-elle si bien réussi là où ses homologues restent – toujours – à la traîne ? C’est la question que s’est posée Benjamin Mako Hill, jeune doctorant au Berkman Center et au MIT. Après de nombreux entretiens et d’enrichissantes lectures, il a exposé les premiers résultats de son travail lors d’une conférence au Berkman Center for Internet and Society d’Harvard University.

Au-delà de la belle et noble idée de l’encyclopédie ouverte à tous en ligne, voilà – selon lui – en cinq points quelques-unes des recettes du succès de Wikipédia :

1. Se sentir en famille

Appliquer le principe de l’encyclopédie sur le Web était déjà porteur des germes du succès, souligne Benjamin Hill, car il jette un pont entre l’œuvre physique et sa réinvention en ligne. Mais cela n’est pas suffisant : encore faut-il réussir à la rendre aussi familière à l’écran qu’elle peut l’être sur une étagère.

C’est dans son design même que Wikipedia a su créer une sorte de pagination neutre, où tout le monde se retrouve : des cadres simples et épurés et une palette de couleur blanche-grise ont su rendre le projet tout de suite familier et accessible.

2. Privilégier les contenus avant les prouesses techniques

Toujours dans cette volonté d’accessibilité, Wikipedia n’a pas cherché à réinventer le développement web :

« De tous les projets que j’ai analysé, Wikipedia est le seul à ne pas avoir construit sa propre technologie » pointe le chercheur.

Un bon contre-exemple à GNUpedia qui malgré ses innovations en matière de développement, a rencontré moins de succès au niveau de la rédaction des articles. Alors que le point-clé est vraiment de mobiliser une communauté active autour de soi.

3. Deux fondateurs prosélytes

Libérés d’une image de techniciens de l’Internet, les deux fondateurs de Wikipedia ont pu se concentrer sur la mobilisation de cette fameuse communauté de « Wikipediens ». Jimmy Wales et Larry Sanger ont ainsi pu agir comme de vrais « évangélistes », selon le doctorant. Là où d’autres projets sur Internet doivent leurs succès à leurs prouesses techniques, concentrer toutes ses forces dans la séduction et le rassemblement de nombreux contributeurs a été l’une des clés du succès de Wikipedia.

4. Limiter au maximum les barrières à la contribution

Peut-être l’avez-vous déjà constaté par vous-même : contribuer sur Wikipedia est assez facile, rapide et demande peu d’engagement. Il n’est même pas obligatoire de fournir une adresse mail pour se créer un compte.  Au point que les micro-contributeurs sont nombreux :

« Vous pouvez arriver, opérer une petite modification et ne jamais contribuer à nouveau. […] Wikipedia se nourrit de ces contributions marginales » explique Benjamin Hill.

5. Une encyclopédie « sans auteurs »

C’est peut-être le point sur lequel Wikipedia reçoit le plus de critiques, notamment de la part du monde universitaire. Et pourtant, c’est aussi son meilleur atout : son organisation « sans auteurs ». Alors oui, on ne sait pas qui se cache derrière les articles, et cela peut s’avérer problématique, en particulier sur des sujets sensibles, susceptibles de beaucoup évoluer.

Mais l’absence de signature permet d'éviter le poids de la réputation des auteurs et surtout de ne pas décourager toutes les petites mains de l’encyclopédie, avides d’apporter leur pierre à l’édifice, sans pour autant avoir à se mettre en avant.

Pour aller plus loin :

> Visuels :

[Billet édité le 18 octobre 2011, suite au commentaire de « Léna »]

Licences nationales – modalités techniques

Shared by Bibliobsession, Silvae

* pour les autres établissements (bibliothèques de lecture publique) : l’ABES va mettre en place début 2012 un reverse proxy pour centraliser les accès. Les établissements pourront communiquer leurs adresses IP via le portail « Licences Nationales » qui verra le jour parallèlement. Les URL d’accès aux produits ne seront donc pas celles des plates-formes des éditeurs mais une adresse du type : http://www.editeur.com.licences-nationales.fr

Comment accéder aux produits négociés en licence nationale ?

Les institutions déjà clientes des éditeurs avec lesquels des accords sont passés ont leurs accès ouverts au plus tard trois semaines après la signature du marché. Pour  Springer, cela représente une centaine d’établissements. (voir le communiqué de presse)

Pour les institutions n’étant pas dans ce cas de figure, deux façons de procéder coexistent, en fonction de la nature des missions de l’établissement :

  • pour les établissements ayant des missions d’enseignement supérieur et/ou de recherche : l’ABES recueille les adresses IP et les transmet aux éditeurs chaque premier lundi du mois. L’éditeur dispose ensuite de 3 semaines pour ouvrir les accès. La collecte de ces adresses IP (et de toute autre information dont l’éditeur aurait éventuellement besoin) se fera dans un premier temps via un formulaire en ligne accessible à l’adresse : https://www.surveymonkey.com/s/licences_nationales. Les établissements n’étant pas encore clients chez Springer sont invités à suivre cette procédure (http://www.abes.fr/content/download/1856/7713/version/1/file/Compte_Admin_SpringerLink.PDF) avant de nous communiquer leurs IP.

Un portail « Licences Nationales » sera mis en place par l’ABES début 2012. Il permettra de transmettre automatiquement à l’éditeur les modifications d’adresses apportées par les établissements.

  • pour les autres établissements (bibliothèques de lecture publique) : l’ABES va mettre en place début 2012 un reverse proxy pour centraliser les accès. Les établissements pourront communiquer leurs adresses IP via le portail « Licences Nationales » qui verra le jour parallèlement. Les URL d’accès aux produits ne seront donc pas celles des plates-formes des éditeurs mais une adresse du type :  http://www.editeur.com.licences-nationales.fr

 Comment signaler les produits négociés en licence nationale ?

  • par le SUDOC
    •  l’ABES  mettra à la disposition des établissements membres du réseau SUDOC des fichiers comportant une liste PPN/URL/État de collection. Ces fichier seront disponibles sur le Guide Méthodologique au fur et à mesure des produits négociés. A charge pour les établissements  de modifier, s’ils le souhaitent, l’URL d’accès en fonction de leur contexte local. L’ABES procédera ensuite à une exemplarisation automatique classique, les données redescendant dans les systèmes locaux par transferts réguliers. Les établissements s’étant déjà exemplarisés pour signaler leurs abonnements courants aux revues électroniques pour lesquelles les archives sont proposées, sont invités à demander à l’ABES une désexemplarisation en masse, puis à nous fournir une liste PPN/URL/Etat de collection correspondant à leur contexte. Les listes concernant les archives Springer seront disponibles àpartir de la semaine du 26 septembre.
  • par le biais des bases de connaissance commerciales
  • l’ABES est  en relation avec les fournisseurs de bases de connaissance (Ex Libris, Serials Solutions, EBSCO, SWETS …) et leur communiquera les listes de produits négociés. Pour inclure les produits qui vous intéressent, il suffira de sélectionner les ressources ayant dans leur intitulé « Licence Nationale – France » ou toute autre expression similaire. Ce mode de signalement devrait être en production courant octobre.
  • par l’import direct des notices MARC
  • l’ABES met à disposition les notices MARC telles qu’elles lui ont été fournies par les éditeurs. L’accès à ces notices peut-être soumis à authentification.

Où trouver la licence de chaque produit négocié ?

Les licences sont disponibles sur le site de l’ABES à la rubrique : Ressources Électroniques / Licences Nationales  (http://www.abes.fr/Ressources-electroniques/Licences-nationales).

Comment poser une question ?

Pour toute question, le guichet d’assistance ABESstp  https://stp.abes.fr est à votre disposition :

  • rubrique « ADELE – Achat de Documentation Électronique »/ domaine  « Licences Nationales »,  pour toutes questions générales concernant les licences nationales (accès direct ici )
  • rubrique  « SUDOC – Données » /domaine « Signalement des Licences Nationales »,  pour les questions concernant le signalement automatisé des ressources électroniques  en provenance des licences nationales dans le catalogue Sudoc (accès direct ici)

 

Le monde universitaire et la révolution numérique

Shared by Lionel Dujol

La BU du Michigan vient d’éditer un recueil de courts textes sur les bouleversements du monde universitaire induits par le développement du numérique. L’open access, la digital literacy,la décentralisation des services, et le bibliothécaire comme “consultant, développeur, conservateurs de données, savants fous »

La bibliothèque de l’Université du Michigan vient d’éditer un recueil de courts textes sur les bouleversements du monde universitaire induits par le développement du numérique : Hacking the Academy. Fruit d’un “crowdsourcing” éclair, ce livre propose une sélection des meilleurs textes recueillis par Dan Cohen et Tom Scheinfeldt sur une durée d’à peine deux semaines. Les textes abordent notamment l’évolution des modes de publication scientifique, l’open access, la digital literacy et…  les bibliothèques universitaires.
Andrew Ashton plaide pour la décentralisation des services des bibliothèques et encourage les bibliothécaires à aller au devant de la communauté universitaire, en se faisant « consultants, développeurs, bailleurs de fonds, conservateurs de données, savants fous ». Christine Madsen présente sa vision des nouvelles missions des bibliothèques : aider les étudiants à prendre conscience de leurs besoins, proposer des services qui permettent la transformation de l’information en connaissance, renouveler la dimension sociale des bibliothèques : « les bibliothèques ont été, et devraient demeurer, intrinsèquement, des lieux de sociabilité. Ce sont des espaces qui permettent non seulement l’accès à des ressources, mais à des gens – des bibliothécaires ou d’autres chercheurs – avec lesquels il est possible d’entamer des échanges autour de ces ressources. »

Lire la suite : QuickWire: ‘Hacking the Academy’ Book Is Published. Josh Fischman. The Chronicle of Higher Education, 8 septembre 2011


Pour aller plus loin :

Marseille, 12-16 sept | université d'été du CLEO

Shared by Piotrr

Publie.net à l’Université d’été du Cléo|

Beaucoup de regrets de n’avoir pu participer aux éditions précédentes : sous l’égide de Marin Dacos et de Pierre Mounier, l’université d’été du CLEO est désormais l’événement essentiel de la réflexion sur le numérique et le livre.

Cette année encore, interventions de fond avec Hubert Guillaud, Jean-Michel Salaün, Françoise Benhamou, Hervé Le Crosnier, Hervé Bienvault, Lionel Maurel, Alain Pierrot et celles et ceux dont je ferai connaissance.

Pour ma part, l’honneur d’une conférence en solo. J’ai choisi pour titre : Comment s’orienter ? et dans les 2 prochaines semaines ce sera évidemment le rendez-vous des heures du matin, en amorce de la résidence à Louvain-la-Neuve qui commencera fin septembre, pour 2 mois. Partirai évidemment des pistes ouvertes à Futur-en-Seine : avancer dans l’imprédictible.

Nous tiendrons d’autre part, en binôme avec Hervé Le Crosnier, 2 ateliers sur le concept d’édition numérique – le premier plus centré sur structuration du texte et editing, mise en ligne et propulsion plateformes libraires, le second plus centré sur l’ergonomie epub, Hervé sur la base du formidable outil qu’est polifile.fr, et moi depuis le workflow publie.net. Ce sera une belle amorce pour le BookCamp 4, Paris, 24 septembre, qui suivra.

Ce rendez-vous de Marseille est suffisamment important pour que publie.net s’y associe pleinement : la clé USB offerte aux participants inclura une sélection de 11 textes, édition spéciale préparée avec immatériel-fr, en version epub + pdf, dont le récent ensemble Sites & écritures.

Enfin, à l’heure même où Hubert Guillaud prendra la parole au CLEO, nous lancerons la collection Washing Machine qu’il proposera sur publie.net (Comprendre l’innovation sociale, Est-ce que la technologie sauvera le monde ?, Comprendre Face Book, Un monde de données).

Et on devrait en revenir avec pas mal de force collective pour cette année qui s’annonce déjà comme essentielle : en juillet comme en août, publie.net passe allègrement les 1500 téléchargements (hors lecture abonnés), on sent quelque chose enfin sourdre.

Programme et renseignements concrets, c’est ici.

FB

Les 2 photographies, © Kertesz, On reading, in François Bon, Kertesz, lire, écrire, photographier, Musée du Jeu de Paume, 2010…


CLEO, université d’été, le programme


Lundi 12

9h-10h : conférence introductive

Introduction de l’université d’été.

10h30-12h30 :

Cours 1 : Sociale, la lecture ? / Hubert Guillaud.
Cours 2 : Le projet UnLibrary : les auteurs amplifiés / Chris Mead.
14h-17h :

Atelier 1 : Utiliser Lodel pour l’édition en ligne de livres et revues 1/2.
Atelier 2 : Mener une veille bibliographique en ligne.
Atelier 3 : Maîtriser XML TEI pour l’édition 1/2.
Atelier 4 : Intégrer OpenEdition dans les SIGB.
Atelier 5 : Valoriser le patrimoine scientifique en ligne.
18h : événement du soir

Conférence : De la lecture numérique / Michel Roland.

Mardi 13

9h-10h : conférence introductive

Document numérique et plateformes de distribution / Jean Michel Salaün.

10h30-12h30 :

Cours 1 : De l’open access au Freemium / Françoise Benhamou.
Cours 2 : Le community management en SHS / Cornélius Pushmann.
14h-17h :

Atelier 1 : Utiliser Lodel pour l’édition en ligne de livres et revues 2/2.
Atelier 2 : Mettre en place et utiliser des outils de lecture en réseau.
Atelier 3 : Maîtriser XML TEI pour l’édition 2/2.
Atelier 4 : Enrichir des métadonnées : méthode manuelle et automatique .
Atelier 5 : Intégrer OpenEdition sur des sites web .
18h : événement du soir

BookCamp des participants : présentation de projets en édition électronique

Mercredi 14

9h-10h : conférence introductive

Les tablettes de lecture électronique / Hervé Bienvault.

10h30-12h30 :

Cours 1 : Expérimentations dans le domaine de l’édition numérique en SHS : possibilités et défis / Janneke Adema .
Cours 2 : L’impression à la demande : état du marché, développement des usages / Inès de Montesquieu, Pierre Mounier, Solène Roulet.
14h : Sortie en mer

Jeudi 15

9h-10h : conférence introductive

Enjeux des cyber-infrastructures pour l’économie du savoir/ Françoise Thibault.

10h30-12h30 :

Cours 1 : Une nouvelle alliance entre éditeurs et bibliothécaires pour le développement durable du libre accès : OpenEdition freemium
/ Guy Teasdale, Jean-Christophe Peyssard .
Cours 2 : Tensions et innovations dans le droit d’auteur à l’heure du numérique / Lionel Maurel
14h-17h :
Atelier 1 : Utiliser la plateforme Manuscrits pour gérer le workflow éditorial d’une revue 1/2.
Atelier 2 : Utiliser les plateformes multimédias pour diffuser des « éditions augmentées ».
Atelier 3 : Concevoir et réaliser l’édition epub d’un livre 1/2.
Atelier 4 : Optimiser ses données pour la plateforme Isidore .
Atelier 5 : Ouvrir un carnet de recherche sur Hypotheses.org.
18h : événement du soir

Présentation et débat autour de la licence édition équitable / Hervé Le Crosnier.

Vendredi 16

9h-10h : conférence introductive

L’édition électronique dans les pays du Sud : émergence de nouveaux modèles ? / Octavio Kulesz.

10h30-12h30 :

Cours 1 : Les pratiques informationnelles des chercheurs : résultat d’enquête et analyse / G. Gallezot et M. Roland.
Cours 2 : Carte Blanche à François Bon : Livre et numérique, comment s’orienter ?
14h-17h :

Atelier 1 : Utiliser la plateforme Manuscrits pour gérer le workflow éditorial d’une revue 2/2.
Atelier 2 : Aller plus loin avec son carnet de recherche sur Hypotheses.org : fonctionnalités avancées.
Atelier 3 : Concevoir et réaliser l’édition epub d’un livre 2/2.
Atelier 4 : Utiliser le webservice de Calenda sur ses propres supports de diffusion .
Atelier 5 : Maîtriser le stylage des documents pour Lodel.
18h : événement du soir

Lire/Ecrire à l’heure du numérique : débat public à la Bibliothèque de l’Alcazar, avec une présentation de if:lire, l’institut pour le futur de la lecture et de l’écriture. En présence de François Bon, Octavio Kulesz, Alain Pierrot, Samuel Petit, Michel Roland, Marin Dacos.