Le Parlement Européen prolonge les droits sur la musique à 70 ans – Numerama

Alors que toutes les études indépendantes réalisées jusqu'à ce jour s'opposaient à l'idée d'allonger la durée de protection des droits des maisons de disques et des artistes-interprètes, voire proposaient sa réduction, le Parlement Européen a voté jeudi l'allongement des droits voisins. Le compromis a été accepté par 377 voix pour, 178 contre, et 37 abstentions.

Les joueurs africains rêvent d’Angleterre – Les blogs du Diplo

Les techniques d’animation d’images numériques sont de plus en plus utilisées en cartographie. Certaines réalisations sont assez réussies : la thèse de doctorat en géographie de Sébastien Caquard, soutenue en 2001, propose un « état de l’art » assez complet de ce qui se fait en cartographie dynamique. Le site gapminder offre des représentations de l’évolution des Etats du monde selon différents indicateurs. Les graphiques animés sont ici ingénieusement pensés

Paléo – Revue d’archéologie préhistorique

Paléo accueille, sans limitation de champ géographique, toute contribution traitant des paléopopulations, activités humaines et comportements, paléoenvironnements physique et biologique, chronologie et datation numérique, stratigraphie (lithostratigraphie et biostratigraphie) géoarchéologie, art paléolithique, paléoanthropologie, étude des industries, archéologie expérimentale, ethnoarchéologie, processus de formation des sites, méthodologie, conservation et préservation des vestiges de tout type.

Besoin de standards pour les données “brutes” : pintiniblog

We Need Publishing Standards for Datasets and Data Tables

"Datasets are a significant part of the scholarly record and are being published more and more frequently, either formally or informally. Many publishers are beginning to link to them from their journals and authors are trying to cite them in their articles. Librarians would like a way to manage them alongside other publications. In short, they need to be integrated into the scholarly information system so that authors, readers and librarians can use, find and manage them as easily as they do working papers, journal articles and books."

Journalseek Database [OCLC – Openly Informatics]

It used to be that complete information about a library's collection was contained in a library's catalog. That's not true anymore now that libraries have incorporated internet-delivered content from diverse providers. New categories of information about the collection are now needed to facilitate online access to online content. For example, OpenURL link-servers need to know how and when to make links into online databases. They need machine-readable coverage statements and normalized titles. And they need to be able to deal with information providers that seem to be constantly changing their products and services. The databases that contain this type of information have come to be known as Knowledgebases.

Googopole à frange

Ce billet vient à la suite du précédent sur la révision de la séquence 2 du cours et plus précisément sur la nécessaire actualisation de la partie sur les marchés financiers du fait de la crise. S2 D18 à 23 08. Ces diapositives et leur commentaire sont à revoir. On trouvera ci-dessous quelques éléments pour la révision.

La notion d’oligopole à frange, indiquée dans la diapositive 23, est bien connue des économistes qui travaillent sur l’innovation. Elle signifie que quelques firmes, qui ont pris une position dominante sur un marché donné, laissent se développer dans leur frange un grand nombre de petites firmes innovantes. Ainsi le risque de l’innovation, difficile à assumer pour des entreprises ayant une position assise, est pris par d’autres. Le succès éventuel d’un plus petit sera racheté ou récupéré par les plus gros, les échecs sont nombreux mais ne mettent pas en péril les principaux acteurs de la branche. Les industries du contenu, industries de prototypes donc par nature innovantes, sont très souvent structurées ainsi. Autour des gros éditeurs, des majors de la musique ou de l’audovisuel, en passant par les grandes stations de télévision, on retrouve une multitudes de petits entrepreneurs qui n’ont d’autre choix que de prendre des risques et assurent ainsi une part de la vitalité et du renouvellement de la création. Les mécanismes financiers varient suivant les branches et surtout suivant les besoins en capitaux. Le budget de production d’un film n’est pas le même, en volume et structure, que celui d’un livre et les formes de dominations des gros sur les petits varient aussi, depuis la filialisation jusqu’à diverses formules d’articulation. Néanmoins on retrouve bien dans les industries du contenu le même type de dialectique entre une concentration de l’activité sur quelques firmes, souvent jusqu’à l’oligopole, et un foisonnement, un éclatement sur de très nombreux entrepreneurs, fragiles mais pleins d’idées.

Les industries du Web paraissent structurées suivant le même modèle, mais je voudrais suggérer dans ce billet que l’homologie n’est qu’apparente. Les relations entre l’oligopole et la frange y ont des caractéristiques originales. Celles-ci s’accusent en ces temps de crise et tout cela n’est pas sans conséquence en retour sur les industries de contenu. Je prendrai exemple principalement sur l’étude de la position hégémonique prise par Google.

Le développement de l’innovation sur le Web s’est beaucoup appuyé sur les fonds de capital-risque (venture capital), auxquels les industries de contenu, industries anciennes, ne font pas appel. Le principe de ce type d’investissement est bien expliqué dans un bulletin récent de l’ADIT (BE États-Unis 162, voir aussi TechCrunch). Ces fonds prennent un pari sur une entreprise, start-up ou jeune pousse, accompagnant sa montée en puissance jusqu’à sa mise en bourse. Il y eut un premier raté au tournant du millénaire, avec la bulle internet, comme c’est expliqué dans le cours (D20). C’est d’ailleurs à la même époque que la firme Google a pris son essor, ce qui montre bien le caractère limité et conjoncturel de la bulle d’alors.

Fondée en 1998, la firme obtient en juin 1999 25M $ de sociétés de capital-risque et fait son entrée en bourse en 2004. L’exemple est éloquent. Depuis en effet Google a pris la position hégémonique que l’on connait. Il suffit de lire la liste de ses acquisitions (wkp) pour constater que l’on est bien dans un processus d’oligopole (avec MSN, News-Corp, eBay, Amazon…) à frange. Notons que toutes les réussites concernent des sociétés qui ont développé une innovation qui a séduit un grand nombre d’internautes et un modèle d’affaires permettant de substantielles rentrées financières.

Une logique perverse

La situation a évolué récemment. Compte tenu de la crise financière actuelle dont l'origine n'est pas cette fois dans la branche numérique, le système de capital-risque est aujourd'hui grippé. Pour le numérique, la difficulté est néanmoins double : d'une part la crise financière réduit l'argent disponible (passé aux US de 30 à 10 Mds de $ en 2009) et rend aléatoire l'entrée en bourse à terme qui est pourtant l'objectif recherché ; d'autre part la valorisation des activités sur le Web a montré ses limites et donc y rend moins attrayant les investissements.

Depuis la bulle internet, il n’est pas sûr même que le débouché principal recherché par les jeunes pousses soit la bourse. Bon nombre de celles-ci souhaitent plutôt se faire racheter par ceux qui ont pris une position forte, difficile à concurrencer car nous sommes dans un processus où le gagnant prend tout (selon l’expression de Franck et Cook, amz).

Dès lors, l’objectif est moins de se rentabiliser sur un marché que de démontrer que l’application que l’on développe pourrait détruire le marché des firmes installées en détournant les internautes. C’est une version quelque peu pervertie de la fameuse création destructrice de Schumpeter (LSE). On détruit de la valeur économique, sans pour autant en construire vraiment par ailleurs. Nous sommes alors dans une logique bien différente de celle des industries du contenu où l’innovation des petites firmes fait découvrir de nouveaux auteurs, oeuvres ou thèmes qui se valorisent sur des marchés. Ici on cherche à capter l’attention des internautes, sans pour autant la revendre ou vendre l’objet de cette captation, mais juste pour menacer les plus installés donc les plus riches et récupérer un peu de leur richesse. En caricaturant, on pourrait dire qu’il s’agit d’un raisonnement mafieux. Cette économie spéculative ne peut évidemment fonctionner que si ceux que l’on menace ont les moyens financiers de se défendre. En réalité, voilà bien comment fonctionne l’économie du Web 2.0.

L’ironie du système est qu’il trouve un allié objectif chez les militants de la démocratie internet, prompts à se mobiliser pour défendre la gratuité sous toutes ses formes. Il trouve aussi un appui dans une sorte d’économie souterraine faite de nombreux petits acteurs, et même les individus, qui baissent leurs coûts de transaction et élargissent leur zône d’achalandage sans contrepartie gràce aux réseaux et aux plateformes mis à disposition.

Pour ceux qui ne seraient pas convaincus, je prendrai seulement deux exemples emblématiques : YouTube et FaceBook. Le premier a été racheté par Google 1,65 Mds de $ en 2006. Il est devenu le deuxième moteur de recherche aux US. Et pourtant, il n’arrive pas à se rentabiliser et pourrait perdre jusqu’à 470 M de $ selon de Crédit Suisse cette année (merci à D. Durand pour sa veille attentive sur ces questions). FaceBook, on le sait, est un énorme succès de fréquentation, il vient d’annoncer avoir atteint la barre de 200 millions d’utilisateurs. La firme a déjà levé pour 15 Mds de $ de capital risque et en chercherait de nouveau pour la même somme, non sans de grosses difficultés vu son absence totale de rentabilité et l’état de la bourse (TC).

Le rôle de Google

Revenons donc à Google. Pour bien comprendre son fonctionnement et la position particulière de la firme, il faut observer la structure de son chiffre d'affaires. Voici son évolution selon les derniers résultats du premier trimestre 2008 :

Chiffre d'affaires de Google 1er trim 2009
Diaporama complet ici

La première évidence bien connue des lecteurs de ce blogue est que, malgré ses tentatives de diversification, le chiffre d’affaires de Google est encore et toujours quasi exclusivement du à la publicité (98%). J’ai déjà eu l’occasion de faire remarquer (ici) combien l’évolution de sa structure signalait un recentrage progressif sur le métier originel de la firme, la recherche d’information financée principalement par adwords en vert plutôt que la régie publicitaire (adsense) en bleu. Je ne reviens pas non plus les conséquences pour les industries de contenu (par ex ici).

La baisse du chiffre d’affaires de Google début 2009 et qui semble devoir se confirmer au trimestre suivant même si elle reste relative va conduire les dirigeants à la prudence. Voir sur cette question le compte-rendu de Cnet-News (ici). La première conséquence sera d’accentuer encore la tendance précédemment citée.

Néanmoins, la firme dispose d’un énorme trésor de guerre qui l’autorise des investissements importants. Par ailleurs, compte-tenu de son succès financier, la position du titre de Google en bourse reste confortable, très supérieure à la moyenne du Nasdaq (actualiser D22).

Cours de l'action de Google vs MSN avril 2009

Dans ces conditions, il est probable que Google va accentuer encore sa domination sur le secteur en favorisant le développement d’une frange qui trouvera de moins en moins d’interlocuteurs vers qui se tourner et qui sera de plus en plus vassalisée.

La firme vient d’ailleurs de lancer son propre fond de capital risque et compterait investir 100M $ pour 2009 (BE États-Unis 161). Autre exemple, elle s’intéresse de près à Twitter, qui ne dispose lui non plus pas du moindre début d’un Business model.

Par ailleurs, Google serait “très, très heureux” d’aider Twitter ou d’autres sites Internet de “communication immédiate” à gagner de l’argent, a indiqué Eric Schmidt, en évoquant des pistes pour rentabiliser le site de micro-blogs. “Sans parler spécifiquement de Twitter”, ces sites pourraient devenir “un moyen de canaliser des informations marketing”, et à partir de ce moment-là, “d’accrocher des produits publicitaires”, a-t-il relevé. Le Monde du 17-04-09, ici.

En complément voir l’intéressante analyse d’O. Ezratti qui montre la domination des capitaux publics dans le capital-risque en France.

Actu du 30-04 2009

Deux références complémentaires signalées par InternetActu. La première confirme en le précisant les difficultés économiques des sites de Crod Sourcing dues notamment au coût de la bande passante et à la difficulté de monétarisation :

Farhad Manjoo, La bande passante ne se trouve pas sous les sabots d’un cheval, Slate 22 avril 2009, ici

L'autre développe, à partir de l'exemple de l'iPhone, une idée complémentaire et non abordée ici, celle de l'écosystème. Une façon webilitiquement correcte de parler d'oligopole à frange, mais la domination s'y exerce différemment que dans l'analyse ci-dessus et il serait bon que j'y revienne à l'occasion :

Alexis Mons, Leçon d’économie systémique, 24 avril 2009, Groupe Reflect,.

Actu du 1-05-2009

Voir aussi dans la même logique, mais chez Amazon, le rachat de Lexcycle. Chez V Clayssen (ici et).

INRIA – PEER

INRIA : peerless commitment to PEER

Since 2006, European research institutes have been encouraging their research teams to make their publications freely accessible online. Does the Open Archives initiative challenge the economic model adopted until now by scientific publishers? Does it really heighten the visibility of European scientific achievements? The European PEER project, in which INRIA is the main technical partner, along with the Max Planck Society and the University of Göttingen, has given itself three years to answer these questions.

E-journal impact – Lorcan Dempsey’s weblog

The Research Information Network in the UK has released a report about the impact of e-journals …

'E-journals: their use, value and impact' takes an in-depth look at how researchers in the UK use electronic journals, the value they bring to universities and research institutions and the contribution they make to research productivity, quality and outcomes. [E-journals: their use, value and impact | RIN]

The report is based on work by CIBER at the University of London. They examine the use of ScienceDirect and Oxford Journals at ten research institutions across several selected subjects.

The report is rich, and I won't try to summarize it here. It is worth reading in full. Some highlights for me were …