Localisation et pluriels – MDC

De la complexité de la localisation : les formes plurielles…
Vous vous trouvez probablement ici parce que vous localisez un fichier .properties et que celui-ci liait vers cette page. Celle-ci a pour objet d'expliquer comment localiser ces chaînes afin que la forme plurielle correcte soit affichée pour l'utilisateur. Par exemple, on aura « 1 page », mais « 2 pages ».

Si vous êtes ici pour rendre votre code (par exemple une extension) localisable avec des formes plurielles, vous pouvez passer directement au paragraphe Développement avec PluralForm, mais vous aurez probablement besoin de définir les chaînes initiales pour votre code de la même manière, il vaudrait donc mieux parcourir également au moins la section Utilisation.

Quand Microsoft sabote Firefox avec une extension non désirée !

Microsoft côté scène, cela donne cette affligeante publicité. Mais côté coulisses c’est moins reluisant.

En effet, ceux qui sous Windows ont depuis février dernier mis à jour leur framework .NET (version 3.5 Service Pack 1), ont eut la très très désagréable surprise de constater qu’une extension de plus apparaissait désormais dans leur navigateur Firefox ! (cf copie d’écran ci-dessous)

Et ils l’ont fait d’autant plus volontiers que Windows Update les invite à le faire, et que cette mise à jour était jugée par Microsoft importante (critique même) du point de vue de la… sécurité !

Or la procédure normale c’est de laisser à l’utilisateur le choix volontaire d’installer telle ou telle extension et jamais ô grand jamais de l’installer automatiquement à l’insu de son plein gré ! Et pour couronner le tout, on ne peut pas la désinstaller ! (la touche Uninstall est grisée)

On vous explique cependant sur Annoyances.org comment bidouiller la base de registres pour arriver néanmoins à bouter cette scandaleuse extension hors de votre navigateur préféré. Madame Michu appréciera la simplicité de l’opération ! De plus, le site prend soin d’ajouter la chose suivante :

This update adds to Firefox one of the most dangerous vulnerabilities present in all versions of Internet Explorer: the ability for websites to easily and quietly install software on your PC.

Je précise qu’à l’heure qu’il est je ne sais pas ce que fait concrètement cette extension, mais à la limite je m’en fous.

Bonjour la sécurité et bonjour la déontologie !

Franchement le bon moment pour envisager une migration GNU/Linux non ?

Microsoft .NET extension - Firefox

Microsoft installe une extension Firefox sans le consentement de l’utilisateur

Microsoft Installs Firefox Add-ons Sans User Consent

Michael Klurfeld – 30 mai 2009 – TechGeist
(Traduction Framalang : Olivier)

Chez Techgeist on apprécie pas trop quand les logiciels interfèrent avec d’autres logiciels sans demander la permission. Et C’est pire encore quand c’est le système d’exploitation qui s’en mêle.

Du coup on est bien remonté contre Microsoft là. En effet, en déployant un service pack pour le framework .Net, une mise à jour jugée critique et proposée automatiquement par Windows Update, Microsoft prend aussi la liberté d’installer le .Net Framework Assistant, une extension pour Firefox.

Tout d’abord, honte à vous Microsoft de vous en prendre à Firefox. Le simple fait de s’en prendre à n’importe quel logiciel est déjà un fait grave en soi, mais se débrouiller pour dégrader un navigateur, un marché sur lequel Microsoft perd peu à peu pied, est clairement un coup sous la ceinture. Ne disposant pas de tous les éléments, je ne peux pas me prononcer sur les intentions de Microsoft. Mais par contre, les logiciels qui s’installent en douce, sans la permission de l’utilisateur, j’appelle cela des logiciels malveillants.

Mais ce n’est pas tout. Non seulement avec cette extension Firefox hérite de vulnérabilités propres à Internet Explorer, mais la désinstaller relève du parcours du combattant. Vous pouvez la désactiver d’un clic. Mais malheureusement le bouton Désinstaller est grisé et inactif. Le seul moyen que j’ai trouvé pour m’en débarrasser est de modifier la base de registre (voici un guide des étapes à suivre).

Vraiment, Microsoft ? C’est ça que vous appelez jouer gentiment pour se faire apprécier des petits enfants ?

Random House s’attaque à l’iPhone

iphone3g
Random House abat une nouvelle carte dans sa stratégie pour conquérir le monde de l’édition numérique en lançant une application destinée à la lecture de livres sur l’iPhone. L’application comprend plusieurs ouvrages comme James Patterson, Lee Child, Stuart Maconie, Jacqueline Wilson, Ben Elton, Alastair Campbell, Chris Ryan et Richard Branson.

Comme sur toute application de lecture de livres électroniques, il est possible d’augmenter la taille de la police et de changer sa couleur. Il est également possible de lire en mode paysage. L’application est téléchargeable sur l’App Store britannique pour 7,99£.

Source : Bookseller

Qu’est-ce qu’un chercheur-blogueur ? (2)

Après que Bourdieu et d’autres intellectuels ont pointé du doigt les limites de la médiation par les médias, on pourrait s’étonner que les chercheurs ne bloguent pas en plus grand nombre. Évidemment, les vieilles habitudes de la profession et les contraintes de son champ (captivité des résultats, paternité stricte des idées, seuils minimaux de scientificité…) y font encore obstacle mais il y a quelques "success stories" qui nous rendent optimiste. Comme le soulignait André Gunthert en conclusion du Grand Débat EHESS sur la médiatisation du mouvement universitaire : désormais, le chercheur peut changer lui-même son image auprès du grand public et intervenir au long cours pour regagner une voix qui porte. A. Gunthert lui-même, Olivier Ertzscheid, Baptiste Coulmont figurent dans ce panthéon des chercheurs-qui-montrent-ce-que-chercher-veut-dire, mais il ne faudrait pas oublier le sociologue des médias Cyril Lemieux qui blogua pendant la campagne présidentielle 2007 et dont je fus parmi les nombreux lecteurs à regretter l’arrêt. C’est à lui que les sociologues Éric Dagiral et Sylvain Parasie consacrent un article à paraître dans la revue Terrains & Travaux, et je les remercie de m’en avoir envoyé le texte en avant-première.

Leur but, c'est de comparer ce que Cyril Lemieux et les internautes firent de son blog avec ce que l'on considère souvent comme les autouts du blog sur les médias classiques : coût d'entrée plus faible, diversification des contenus, plus grande liberté formelle et meilleure interaction avec le public. Avec l'intérêt supplémentaire que Lemieux est spécialiste des médias et appartient à l'école de la "sociologie de la critique".

Les intentions du blog

D’abord, C. Lemieux explique très clairement (dès son premier billet) qu’il ne veut pas tenir un blog d’opinion et donc parler à la première personne, ce en quoi il s’écarte du blog comme « carnet intime ». À la place, il propose des « discours d’inspiration sociologique », quitte à décevoir la rédaction du Monde.fr qui attend un rythme de publication « à l’Assouline » avec des billets rapprochés pouvant être très courts. Le temps de son blog est plutôt celui de l’analyse.

Fidèle à leur « inspiration sociologique », ses billets ne sont pas ceux d’un expert qui assènerait des vérités objectives et marquerait une démarcation avec le profane. À la place, C. Lemieux souhaite conserver le caractère discutable des arguments sociologiques qu’il exposera, afin qu’ils ne soient pas reçus comme des arguments d’autorité et qu’une porte soit laissée ouverte aux réfutations éventuelles. Pour autant, face à des lecteurs principalement non-sociologues, il ne prétend pas ouvrir un espace de discussion sociologique, mais bien plutôt un entre-deux :

L'objectif que C. Lemieux assigne à son blog s'identifie donc à une forme originale de vulgarisation. Il s'agit de proposer à l'internaute d'entrer dans un mode de discussion qui s'apparente, sans s'y confondre, à une discussion scientifique : Parce qu'en fait qu'est-ce que ça veut dire vulgariser ? Ce n'est pas vulgariser des connaissances, c'est vulgariser un mode de connaissance, c'est permettre aux gens de rentrer dans ce régime de discussion scientifique.

Évidemment, une telle posture est plus facilement tenable en SHS qu’en sciences dures et de la nature. Mais il est intéressant de l’avoir en tête.

La réalité du terrain

Avec un nombre de commentaires par billet dépassant régulièrement la trentaine, on peut considérer que C. Lemieux a rempli sa mission. Mais ce ne fut pas sans difficultés : le public ne s'est attaché à son contenu qu'une fois trouvée "sa" forme argumentative, après une petite dizaine de billets. En effet, il a d'abord tendance à écrire comme un chercheur et à soupoudrer les références à la campagne présidentielle comme de simples illustrations d'une parole académique — même si l'iconographie, elles, est plutôt décalée et hétéroclite.

Ensuite, il trouve son ton et l'actualité de la campagne devient le véritable moteur de l'écriture. La formule gagnante est celle-ci : mettre en scène un événement de la campagne ou un fait en apparence très éloigné de la sociologie et l'éclairer par une explication sociologique tirée d’un auteur particulier avant de conclure sur une petite leçon sociologique, exprimée sans autres références théoriques ou concepts supplémentaires. Forme qui lui permet de respecter son pacte de départ en offrant une dose de discutablité sans soumettre l’ensemble de son propos au relativisme des opinions, et à offrir une vitrine des sciences sociales s’appuyant sur de très nombreux auteurs plutôt qu’une pensée académique très spécialisée et territoriale.

Ce travail devient aussi un exercice nouveau pour le blogueur, qui se met à suivre les actualités complètement différemment pour saisir au bond l’idée ou le fait qui inspirera son prochain billet.

Les lecteurs, eux, réagissent plutôt favorablement. C. Lemieux s’efforce d’intervenir le moins possible pour offrir l’espace des commentaires aux internautes et ne pas s’imposer comme expert. À plusieurs reprises, des conversations naissent entre lecteurs qui peuvent même dériver par rapport au billet initial. Peu importe, ce qui compte c’est que les gens s’emparent de la discussion et l’amènent là où cela les intéresse. Les commentaires viennent le plus souvent critiquer ou contester ce qui se dit, mais plus d'un quart relèvent de la discussion et l'analyse… pas toujours dans le sens que l'on attend : C. Lemieux reçoit pour moitié des compliments et des remerciements, bien plus que de critiques, alors que celles-ci fusent entre commentateurs !

En guise de bilan

Alors, où se place Cyril Lemieux dans la typologie proposée par les auteurs :

  • expert (celui dont la parole est objective et politiquement neutre)
  • engagé (celui dont les engagements politiques et moraux s’inscrivent dans la continuité de ses recherches)
  • vulgarisateur (celui qui se fait pédagogue)
  • grand intellectuel (une figure rare incarnée par exemple par Pierre Bourdieu)
  • ou promeneur (celui qui rend compte sur un mode subjectif de son activité et du monde de la recherche) ?

Les auteurs ne répondent pas, sans doute parce que pour eux C. Lemieux ouvre une nouvelle voie, celle d’une « sociologie publique » qui va contre l’injonction souvent adressée au sociologue d’incarner le rôle d’expert du social. Cette forme d’intervention, qui ne s'appuie pas sur la revendication d'une autorité scientifique qui irait de soi, mais sur la mise en œuvre et la mise en discussion d'une compétence proprement sociologique qu’est la capacité à mettre en relation des faits et des interprétations de sciences sociales, semble être faite pour la blogosphère. Elle continue à s’y retrouver dans les blogs de Denis Colombi ou de François Briatte et Joël Gombin — et pour C. Lemieux, elle s'incarne dans la chronique qu'il tient aujourd'hui sur France Culture.

Google Documents supporte enfin le format docx et xlsx

Vaut mieux tard que jamais. Google annonce que sa suite bureautique en ligne Google Documents supporte maintenant le format docx et xlsx. Si vous utilisez Microsoft Office 2007, vous savez qu’il s’agit ici des formats utilisés par cette suite bureautique. Seul le format pptx qui est utilisé par PowerPoint 2007 n’est pas encore supporté par Google Documents.

google document docx Google Documents supporte enfin le format docx et xlsx

Pour ajouter des documents provenant de la suite Office 2007, cliquez tout simplement sur le bouton «importer». Il est donc possible d’importer sur Google Documents les formats, Office 2003 , 2007, OpenOffice, StarOffice, PDF, HTML et RTF.
Benoit Descary

Source: blogue de Google Docs

Billets relatifs

 

Le site de l’Institut d’histoire du livre

L’Institut d’histoire du livre offre parmi ses ressources une base de données recensant des ressources en ligne sur l’histoire du livre. Cette base, très pertinente, est un outil fondamental pour tous les chercheurs en histoire du livre, mais aussi pour les professionnels des bibliothèques. J’apprécie particulièrement la recherche par type de ressources (archives, bases de données, dictionnaires en ligne, documents numérisés…). L’interrogation m’a ainsi permis d’aller visiter le centre de recherches sur l’histoire du livre au XVIIe siècle et d’y découvrir un travail bibliographique qui m’intéresse particulièrement pour la reprise de mes recherches dans ce domaine. Je regrette toutefois que la recherche plein texte ne soit pas proposée.

On peut également s’étonner de quelques erreurs grossières dans l’intitulé des ressources : ainsi, voir sous la dénomination « Association des bibliothèques françaises » un lien vers l' »American library association » est assez étonnant.

En revanche, je me suis interrogée sur la pertinence de l’outil Esprit des livres, qui recense les catalogues de vente de bibliothèques privées conservés dans le fonds de la BML. Non pas que je ne trouve pas cette base intéressante. Non, mais outre la présentation un peu frustre des résultats de recherche (pas très web 2.0), je m’étonne qu’il n’y ait aucun lien vers une autre base, elle-même intitulée Esprit des livres, consultable sur le site de l’Ecole des chartes. Ces deux bases recensent le même type de document, mais conservés dans des fonds de bibliothèques différentes, et leur mode de description est sensiblement le même. A quand une fusion de ces deux outils ?

Bref, je critique, je critique, mais le site de l’Institut d’histoire du livre reste un outil vraiment intéressant pour toute personne s’intéressant de près ou loin (mais surtout de près quand même) à ce thème.