L’Europe à l’IDPF? – Aldus – depuis 2006

Billet envoyé par Alain Pierrot:"

L'IDPF, qui gère le standard ePub, renouvelle son bureau. Huit postes de directeurs sont ouverts. Verra-t-on les éditeurs européens porter des candidats?

A ma connaissance, seul Hadrien Gardeur (Feedbooks) jusqu'à présent, a investi temps et efforts pour participer à l'élaboration et l'amélioration du standard. Il serait temps que la voix d'autres éditeurs européens se fasse entendre.
Un bon sujet à évoquer aux Assises professionnelles du Livre Numérique organisées par le SNE qui ont lieu demain après-midi à la Mutualité à Paris.

Digital Campus » Episode 48 – Balkanization of the Web?

What will be the impact of the loss of non-Anglophone books in the revised Google Books settlement? How about the loss of News Corporation content in Google’s search? Or the loss of physical books from the library? And what exactly does the loss of tens of thousands of editors mean to Wikipedia? Mills, Amanda, and Dan discuss these changes to our information environment in a special Thanksgiving edition of the podcast.

Descripteurs: CMIS – Interopérabilité chez les CMS (système de gestion de contenu)

CMIS (Content Management Interoperability Standard) est une spécification d'OASIS en phase de commentaire public : vous avez jusqu'au 22 décembre 2009 pour donner votre avis.

CMIS est une spécification technique conçue pour favoriser l’interaction entre systèmes de Gestion de Contenus via des Services Web pour permettre une intégration plus aisée dans les infrastructure "documentaire" des entreprises et faciliter l'interopérabilité entre les systèmes eux-mêmes. Cette spécification est indépendante de l’architecture du serveur d’application implémentée dans les CMS.

DINI – Deutsche Initiative für Netzwerkinformation e. V.: english

Open-Access-Statistics (OA-S) is a joint project adressing these questions. Starting in July 2008 an infrastructure for the standardised accumulation of heterogenous web log data with an emphasis on institutional repositories will be built. In tight cooperation with the Network of Open Access Repositories (OA-N) various added value services will be made available to users.

The German Research Foundation funds OA-S in the start-up phase. Later on the project partners will supply it as a routine service. The initial idea was formulated by DINI (Deutsche Initiative für Netzwerkinformation / German Initiative for Network Information), more precisely by their workgroup Electronic Publishing. OA-Statistics can be seen as part of DINI's initiative to build a network of certified repositories across Germany and is one of three proposals addressing related themes:

30 revues de géographie sur Revues.org | Rumor

Revues.org sur son nouveau portail propose un classement des revues (et collections d’ouvrages) diffusées par discipline. Le regroupement consacré à la géographie comprend 30 revues (dont certaines en cours de mise en ligne). Une petite partie d’entre elles sont pluri-disciplinaires (et on peut penser que la liste n’est pas complète à cet égard, puisqu’on trouverait des articles de géographes ailleurs sur le portail). Si l’on ajoute Cairn (58 revues en histoire et géographie), Erudit (6 revues de géographie et d’études urbaines), les revues suisses (5) et toutes les autres qui restent à identifier, quel bouleversement de l’édition géographique!

The death of the URL | FactoryCity

AH HA! So, you’d take the blue pill eh?

See the problem?

Just as browsers currently come with a set of default bookmarks today, there’s no reason why the next generation browsers won’t come with their own predefined set of “Top Sites”, that, not unlikely, will come from the same list of predetermined companies that populate the home screens of the next gen Net/Web Books.

The more that the browser address bar can be made obsolete, the more it becomes just like TV, right?

Droit dans l’actu: Ce qui se trouve sur le net doit il forcément se trouver sur Google ?

Des arguments similaires sont employés par Google pour s'opposer au retrait du portrait simiesque de Michelle Obama; l’entreprise californienne rappelle que ses classements sont l'oeuvre d’algorithmes et que l'entreprise ne saurait influer sur les résultats des recherches.Google dit ne retirer de pages que si la société les juge contraires à ses «Webmaster Guidelines» ou si elle pense y être contrainte par la loi.
Si cette position de stricte neutralité de Google peut, de prime abord, paraître choquante, elle n’est pas forcément illégitime au plan juridique: en effet, si Google filtrait a priori les résultats des recherches, il deviendrait éditeur de contenus et responsable de plein droit de tout ce qu’il publie! Or, n’étant en quelque sorte qu’un reflet du web, Google n'a -sans doute à juste titre- pas à endosser un tel statut …

La télévision est-elle l’avenir de l’internet ? En partie > FredCavazza.net

"Elle est donc là l’astuce : repackager les services en ligne dans un contexte où les internautes seront plus perméables aux messages publicitaires (moins méfiants). Devant votre ordinateur vous êtes alerte, concentré, prêt à fermer les pop-up ou à ouvrir un nouvel onglet si un site est trop long à charger. Dans votre canapé ça sera différent : vous serez détendu (plus de temps, plus de patience) et vous n’aurez pas du tout le même équipement (un navigateur équipé d’un bloqueur de bannière)."