TEI: Special Interest Groups (SIGs)

TEI Special Interest Groups (SIGs) provide an opportunity for TEI enthusiasts with similar interests to meet and exchange ideas. The TEI provides each SIG with web space, wiki space, a mailing list, and opportunities to meet at the Annual Members' Meeting. SIG activity might lead to any number of outputs, including training courses or documentation, proposals for extension or modification to the Guidelines, etc., no particular outcomes are required or expected. All SIGs are open to the public.

Anyone with an idea for a fresh area of activity or collaboration is invited to propose a new SIG. See the SIG rules page for details.

Bare-bones TEI « Messages in a Bottle

Note: in searching for Bare-bones TEI on the TEI Consortium site just now, I discovered that someone has produced a similar profile, called ‘Bare TEI’. [Further research shows that although the page on customizations does not identify the authors, the work was done originally by Laurent Romary and later edited by Syd Bauman, Lou Burnard, and possibly also Sebastian Rahtz.] This may be worth exploring, for those seeking a minimal profile of TEI. Unfortunately, I haven’t found any usable documentation for Bare TEI, so I don’t know the design principles that govern it, and the DTD is full of undefined ghost elements (or ‘zombies’), which renders it unfortunately cumbersome in a syntax-directed editor. So for now I’m sticking with bare-bones TEI.

HubLog

jQTouch is a jQuery plugin for developing mobile web apps.

It takes an HTML page with several sections, and creates a view for each div. The main view is the div with id "#home".

Now that most recent browsers support HTML5's localStorage (a local key-value store), it's possible to have a settings page for a web app that doesn't require users to sign in: their settings are stored locally.

This data can be erased, though, if the user clears the temporary data stored by their browser – similar to cookies.

HTML5's client-side SQL databases allow data to be stored more permanently (until the databases are erased), but aren't yet supported by all browsers (Safari & Chrome, but not Firefox).

This example web app, using jQTouch in the client and PHP on the server, provides settings which are stored in a client-side database if available, or localStorage otherwise. Add a feed URL and it should be remembered next time you visit the app.

The CoverPages | Online ressource for markup language technologies

ABOUT

The Cover Pages is a comprehensive, online reference collection supporting the XML family of markup language standards, XML vocabularies, and related structured information standards. Edited by Robin Cover since 1986, this public access knowledgebase promotes and enables the use of open, interoperable, standards-based solutions which protect digital information and enhance the quality of data processing.

The Cover Pages web site provides reference material on enabling technologies compatible with SGML/XML descriptive markup language standards and applications: object modeling, semantic nets, ontologies, authority lists, document production systems, and conceptual modeling. It also supplies references for social aspects of distributed and public sector concerns: privacy, open standards, patented technology embedded in standards, etc. NB. This statement and the resource itself are works in progress, subject to continuous revision.

Springer lance le moteur de recherche d'articles scientifiques Exemplar

OutilsRechercheWebDivers

L’éditeur scientifique Springer, un acteur majeur de ce domaine, semble ne pas vouloir se laisser dépasser par les évolutions technologiques. Après avoir lancé Authormapper, un excellent moteur de recherche permettant notamment de positionner les équipes de recherche sur une carte du monde et de tirer de nombreuses statistiques de ces bases (histogramme de publication par mots-clés, pays, institutions, auteurs, journaux, mots-clés,…) il lance maintenant Exemplar.

Ce second moteur propose à peu de choses près les fonctionnalités statistiques et graphique que le précédent (hormis la localisation géographique) mais se focalise sur la mise en contexte des mots-clés recherchés, présentant à chaque fois la phrase dont ils sont extraits et affichant une image de la revue au passage de la souris.

A noter qu’Exemplar propose un filtre qui permet de n’obtenir que…

CNRI Digital Object Repository

Corporation for National Research Initiatives (CNRI) has developed a new version of its Repository Software. This Digital Object Architecture provides a mechanism for the creation of, and access to, digital objects as discrete data structures with unique, resolvable identifiers. These Digital Objects provide a foundation for representing and interacting with information on the Internet.

The software is freely available for download, under an open source license agreement.

France : Le livre numérique ne fait pas recette… pour l’instant

lapremierenuit-marclevy
Que se passe-t-il lorsqu’un auteur vedette sort un livre aux Etats-Unis? Certains éditeurs se posent la question suivante : est-ce que la version numérique ne va pas venir cannibaliser les ventes de la version papier? Réflexion propre à la période de transition dans laquelle nous nous trouvons, un tel débat n’a pas encore lieu en France.

Si l’existence d’un marché du livre électronique aux Etats-Unis est une chose indéniable, la situation est bien différente en France. La sortie simultanée en papier et en numérique du dernier roman de Marc Levy, La première nuit, tiré à 400 000 exemplaires, n’a pas rencontré le succès en numérique. En effet, le Nouvel Observateur a annoncé dans ses colonnes que la version numérique de l’écrivain français s’est vendue à… 140 exemplaires ! Par rapport à l’opération médiatique engagée pour la promotion du livre, le résultat est décevant.

Comment peut-on expliquer ce chiffre? Plusieurs éléments peuvent l’expliquer et confirme le fait que le marché français du livre électronique est encore à bâtir. Tout d’abord, la faiblesse du parc existant de readers. En effet, le nombre de readers epapers en circulation en France est assez limité. Aucun chiffres officiels existent mais on peut estimer le parc actuel entre 20 000 et 30 000 appareils, toutes marques confondues. Alors que le marché américain atteint presque les deux millions d’unités après un dernier trimestre de ventes historiques, le marché français n’est pas arrivé à maturité. On peut aussi déplorer l’existence d’un “reader star” comme le Kindle qui a réussi, aux Etats-Unis, à attirer l’attention des médias sur la lecture numérique, comme l’avait fait l’iPod à son époque.

Deux autres éléments sont aussi reconnus comme limitant le développement du marché français : le prix des ebooks et les DRM. Quoiqu’on en dise, les prix sont encore trop élevés. Il est difficile de faire comprendre au consommateur d’acheter un livre numérique à un prix plus proche de livre papier que des prix numériques qui ont été atteints sur d’autres produits culturels comme la musique et la vidéo. La pérennité d’un ebook n’est pas aussi sûre que celle d’un livre papier. L’existence de DRM est un obstacle complémentaire. Comme s’assurer qu’un fichier ePub protégés par des DRM Adobe sera lisible dans quelques années? On passera également sur le fait que l’utilisateur néophyte devra lire quelques pages d’instructions d’utilisations pour comprendre comme installer un ebook sur son reader. Et cela sans même envisager les conditions d’utilisations du fichier qui surprendrait plus d’une association de consommateurs.

Paradoxalement, les plateformes intégrées, comme celles d’Amazon ou de Barnes&Noble, semblent plus simples d’utilisation pour le consommateur. Chaque ebook est lisible sur les appareils compatibles avec la plateforme, l’achat étant mémorisé par les serveurs de l’entreprise, qui vous donnera accès à votre ebook même si vous l’avez effacé par mégarde de votre appareil. Les DRM individuels s’évanouissent dans la plateforme globale. Bien entendu, ces plateformes ont aussi leurs inconvénients. La bibliothèque de chaque lecteur semble à la merci du fournisseur, tant sur le plan de la suppression à distance des données que sur celui de la mémorisation des pratiques de lectures avec une visée commerciale.

L’émergence d’un marché autour de la lecture numérique est dans l’ère du temps et inévitable. En revanche, la question du chemin à suivre pour arriver à construire un modèle durable, tant sur le point de vue culturel que sur le point de vue économique, demeure encore sans réponse.

Partager cet article :

Digg
Twitter
Facebook
RSS
del.icio.us
Wikio FR
Wikio
Google Bookmarks
Mixx
Scoopeo
Print