La culture du net survivra-t-elle au Web de masse ? – novövision

"La culture participative, libertaire et égalitaire du net… et le Web 2.0, ce n’est pas du tout la même chose. Il faut faire le distinguo.

La « culture du net » est née des pratiques que les premiers internautes ont expérimentées depuis les débuts d’internet, et qui en ont fait un lieu où les collectifs ne se forment pas de la même manière qu’ailleurs et où la légitimité de la prise de parole en public est établie selon d’autres procédures que dans les espaces d’expression traditionnels.

Le Web 2.0 de son côté est une notion, avant tout technique et économique, très floue et contestée d’ailleurs, qui est née autour des années 2004-2005, et qui s’intéresse surtout aux modèles d’affaires de quelques grosses sociétés américaines de l’internet telles que Google, Amazon ou e-Bay.

Si le Web 2.0 est aujourd’hui remis en cause, comme modèle d’affaires, parce qu’il montre ses limites et se voit même concurrencé par des entreprises comme Apple, qui déploient des stratégies économiques très divergentes avec les « canons » du Web 2.0, la « culture du net », quant à elle, est confrontée à une autre difficulté : l’entrée dans le Web de masse, qui pourrait bien entrainer sa dilution, ou sa marginalisation."

Tags:

Posted by: marind

Twitter communique sur ses contributions à des projets open source

"L’information est intéressante et confirme que l’open source est aujourd’hui au coeur de tous les projets de service web apparus ces dernières années. Il est même amusant de constater que Twitter et Facebook qui sont d’une certaine façon des concurrents n’hésitent pas à collaborer à des projets communs."

Tags:

Posted by: marind

Amazon retire de la vente les titres de l’éditeur MacMillan puis cède

"Nous n’avons pas eu besoin d’attendre longtemps pour apprendre qu’Amazon a cédé face aux demandes de MacMillan, l’un des six plus gros éditeurs de livres au monde. En raison de l’importance du catalogue détenu par le groupe et désireux d’offrir un large choix de titres, Amazon a accepté les nouveaux termes proposés par MacMillan et va réintégrer le catalogue du groupe dans ses bases de données. Désormais, les utilisateurs de Kindle devront payer 14,99$ pour acquérir certains bestsellers. Soucieux de rassurer ses clients, Amazon précise bien que cette nouvelle grille tarifaire ne devrait pas être suivie par le reste du monde de l’édition. “Kindle is a business for Amazon, and it is also a mission. We never expected it to be easy !”, indique le communiqué. Mais comment Amazon peut-il assurer une chose pareille? Les éditeurs serait-il en train de reprendre le dessus sur les distributeurs? "

Tags:

Posted by: marind