Une vision futuriste des écrans de demain…

“Les écrans progressent, mais que proposeront-ils demain ? Ecrans extensibles, encre électronique couleur, transparence, finesse….tout cela est déjà en route. Voilà ce qu’imagine cette vidéo plutôt réussie sur ce que sera notre quotidien en 2014. Bon, il y a encore du boulot tout de même…..”

Tags:

Théories du document

À la lecture de l’actualité, générale ou celle des Digital Humanities, je me disais que décidément on manquait d'une meilleure compréhension de la notion de document. Niels Lund a fait avec une collègue une excellente recension des théories à ce sujet dans laquelle il insiste sur l'originalité des apports francophones. Paradoxalement ceux-là paraissent bien méconnus au Québec ou dans l'Hexagone. Cela n'est pas nouveau. P. Otlet ou S. Briet ont été « redécouverts » par un professeur de Berkeley M. Buckland et la dernière rééditée en anglais, mais jamais en français..

Niels Windfeld Lund et Roswitha Skare, “Document Theory,” dans Encyclopedia of Library and Information Sciences, Third Edition, vol. 1, 1 vol., 2010, 1632-1639. (ici sur abonnement)

Voici la traduction du résumé de l'article :

Cet article donne une vue d'ensemble du développement historique des réflexions théoriques sur le document et de la formulation des théories du document. Partant de son prédécesseur latin documentum et des pratiques de la bureaucratie des États européens depuis le dix-septième siècle, le premier intérêt pour une théorie du document a été professionnel et se repère au début du vingtième siècle avec les noms de Paul Otlet et Suzanne Briet. Tandis que la notion de document et de documentation a été bien établie vers 1930, elle a été remplacée par celle d'information après la seconde guerre mondiale, au moins chez les anglophones. Néanmoins, à la même époque, une autre sorte de théorie du document a vu le jour, une théorie critique où l'on retrouve les noms de Michel Foucault, Harold Garfinkel et Dorothy E. Smith. Tandis que la théorie du document « professionnelle » développée par Paul Otlet et les autres insistait sur les connaissances plus ou moins contenus dans les documents et sur la façon dont quelque chose pouvait devenir document, la théorie générale développée par les théoriciens critiques comme Michel Foucault se préoccupait plus de ce qu'était et faisait un document. Depuis les années quatre-vingt-dix, on observe un renouveau de l'intérêt pour la notion de document et de documentation toujours à l'intérieur des sciences de l'information et des bibliothèques, avec des auteurs comme Michael Buckland, Ronald Day, and Bernd Frohmann. Ensemble avec un accent mis sur le document numérique, des théoriciens du document en Amérique du nord, en Scandinavie et en France ont souligné la complexité d'une théorie du document et la nécessité d'approches complémentaires articulant les dimensions physiques, sociales et culturelles pour comprendre ce qu'ils sont et ce qu'ils font.

Et voici en complément, quelques éléments de mon cru sur cette question, puisant largement dans l’article ci-dessus et dans les réflexions du RTP-DOC (ici) :

Pour la plupart des textes réglementaires ou des normes, le document est un objet (matériel ou électronique) sur lequel est consignée une information, en anglais on dira un record, un enregistrement. L’objet a une forme et l’information est un texte, au sens large c'est-à-dire aussi bien de l’écrit que de l’image ou du son représentés par des symboles. De ces premières définitions, il faut surtout retenir le terme « consigné ». Les sciences de l’information se sont construites autour de cette notion d’enregistrement, sans toujours bien le concevoir. Quand on y parle d’information il s’agit implicitement d’une information consignée.

Mais ces définitions officielles, aussi opérationnelles soient-elles pour régler bien des situations, restent à la surface des choses. Un document ne se réduit pas à sa forme et son contenu, sinon tout écrit en serait un. Dire qu'un écrit est document, c'est lui donner un statut, une fonction particulière. Plus précisément, un document a deux fonctions complémentaires qui se sont affirmées au cours des siècles avec la mise en place de procédures spécifiques : transmettre et prouver. La fonction principale du document est donc mémorielle : on enregistre une information sur un objet pour pouvoir la transmettre ou s’y référer. L’ensemble du système documentaire est en quelque sorte notre mémoire externe pour paraphraser M. Serres (ici).

Le RTP-DOC, au cours d’une réflexion collective, a proposé une représentation tri-dimensionnelle pour rendre compte de ces différentes facettes : forme, contenu ou texte et médium (ici). Les deux premières dimensions sont les plus communément indiquées, la troisième, le médium, renvoie à sa fonction sociale. En voici un petit résumé rapide que j’ai un peu adapté.

La première dimension du document, celle de la forme, est anthropologique. Il s’agit du rapport de notre corps et de nos sens à l’objet document, quelle que soit sa forme ou son support. Elle se traduit par l’équation Document = Support + inscription. L’inscription doit être lisible, c’est-à-dire déchiffrable. L’exemple le plus traditionnel est le livre imprimé. Pour bien des documents aujourd’hui, notamment les documents numériques, cette dimension passe par un appareillage spécial pour permettre leur lecture, et leur forme variera suivant le terminal de lecture. Cette dimension privilégie le repérage, le document doit pouvoir être vu.

La seconde dimension est intellectuelle. Il s’agit du rapport de notre cerveau et de ses capacités de raisonnement au contenu du document, au texte donc, quelle que soit la façon dont il est représenté. Elle se traduit par l’équation Document = Code + représentation. La représentation est préjugée être fidèlement rendue par le code, ce qui suppose donc qu’elle soit transposable et qu’elle existe préalablement. Si l’on reprend l’exemple de notre livre imprimé, l’accent cette fois est mis sur le texte, sur son sens sans se préoccuper de son support. La productivité du code informatique autorise une manipulation inédite des documents sous forme numérique, jusqu’à parfois les faire apparaître à la demande. Cette fois il ne suffit plus de repérer, cette dimension met en avant la signification, le document doit pouvoir être compris ou lu.

La troisième dimension est sociale. Il s’agit du rapport de notre humanité, de notre position dans une société, à la fonction du document, à sa capacité de médiation donc, quelle que soit sa forme ou son contenu. Elle se traduit par l’équation Document = Mémoire + transaction. Nous retrouvons alors les fonctions de transmission et de preuve. Dans le cas du livre imprimé, cette transmission passe par l’acte de lecture qui fait que l’information présentée est interprétée par le lecteur qui l’assimile. Le lecteur est transformé par l’information qui a été mise en mémoire sur le livre. Une fois de plus le numérique, cette fois principalement par la capacité des réseaux, modifie considérablement le rapport au temps et à l’espace, à la lecture au sens large et par la même sinon la fonction documentaire, du moins à la place du document dans le social. Cette dernière dimension insiste donc sur la fonction du document, la capacité de son contenu à être assimilé en dépassant le cercle intime et la barrière du temps, autrement à être su.
3-dimensions-document.jpg
Chacune de ces dimensions a sa propre logique qui ne réduit pas aux autres et pourtant aucune n’est complètement indépendante des deux autres, et un document doit intégrer et coordonner les trois. Ses modalités anthropologiques (lisibilité-perception, forme-signe), intellectuelles (intelligibilité-assimilation, texte-contenu) et sociales (sociabilité-intégration, médium-relation) doivent non seulement être efficientes prises chacune séparément, mais encore être cohérentes entre elles.

Pour chacune de ces dimensions, les professions traditionnelles du document, archivistes, bibliothécaires et documentalistes, ont développé des outils adaptés : les classifications pour repérer les documents, l’indexation pour rendre compte du contenu et retrouver l’information, la conservation et les services d’accès pour les partager. Le numérique a fait surgir chaque fois des questions nouvelles qui ont été analysées et traitées par des expertises différentes, aussi bien en informatique que dans les sciences humaines et sociales.

J'ai souvent appliqué, sur ce blogue et ailleurs, cette grille de lecture pour analyser les développements actuels et leurs hésitations. Elle me parait tout à fait éclairante. Qu'est-ce que le web, sinon de l'information consignée et donc un système documentaire ?

Visualize Your Gmail Activity With Graph Your Inbox

“Created by Bill Zeller, a Ph.D at Princeton University, Graph Your Inbox is a Google Chrome extension that can search your Gmail account by phrases, keywords, sender, receiver or label. It then presents the data related to those queries as a bar graph that charts the number of messages month-by-month and day-by-day.”

Tags:

A Survey of Scholarly Journals Using Open Journal Systems | Edgar | Scholarly and Research Communication

“A survey of 998 scholarly journals that use Open Journal Systems (OJS), an open source journal software platform, captures the characteristics of an emerging class of scholar-publisher open access journals. The journals in the sample follow traditional norms for peer-reviewing, acceptance rates, and disciplinary focus, but as a group are distinguished by the number that offer open access to their content, growth rates in new titles, participation rates from developing countries, and extremely low operating budgets. The survey also documents the limited degree to which open source software can alter a field of communication, for OJS appears to have created a third path, dedicated to maximizing access to research and scholarship, as an alternative to traditional scholarly society and commercial publishing routes.”

Tags:

Linux-HA

The Linux-HA project maintains a set of building blocks for high availability cluster systems, including a cluster messaging layer, a huge number of resource agents for a variety of applications, and a plumbing library and error reporting toolkit.

You usually want to deploy the Pacemaker Cluster Resource Manager on top of the Heartbeat infrastructure layer. If you happen to be still under the impression that this CRM would be part of Heartbeat, please see Why was the Pacemaker Project Created?

La fin de la guerre (des fontes) est possible (sur le Web)

Waou, voici le WOFF !

Comment avoir pu manquer cette annonce du W3C le 17 août dernier ? Voici donc une réparation et un rattrapage :

Le W3C élargit la typographie pour le Web – Le standard du format de police de caractère (WOFF) soulève l’enthousiasme de l’industrie [1]

Tels sont le titre et le sous-titre du communiqué de presse officiel du W3C à propos de Web Open File Format, WOFF. Et que dit le W3C ?

Le Web Open File Format (WOFF 1.0) élargit la palette typographique à la disposition des concepteurs Web, et améliore la lisibilité, l’accessibilité, l’internationalisation, la stratégie de marque et l’optimisation de la recherche. Bien qu’encore en phase précoce de standardisation, le WOFF représente un accord essentiel entre les éditeurs de navigateurs, les éditeurs de polices et les fournisseurs de service de police qui s’allient au W3C pour faire évoluer la typographie Web, objectif de longue date.

Voici donc la fin possible de la guerre des fontes sur le Web : elle se déroule avec les formats propres à chaque fonte et au navigateurs qui sait (ou pas) l'utiliser. Mais il n'y a là aucune interopérabilité et peu de richesse pour le rendu de l'écrit des pages Web : or le texte est très présent sur le Web, en plus d'être tout à fait indexable.

Le communiqué de presse du W3C développe 3 caractéristiques essentielles de WOFF :

  • Un choix illimité de caractères ;
  • Des avantages qui dépassent l’esthétisme ;
  • L’industrie l’a déjà mis en oeuvre.

Donc à suivre : que vive le WOFF et qu'il soit bientôt un standard ouvert de typographie du W3C ! Ce sera au bénéfice du Web et de ses acteurs : utilisateurs, auteurs, concepteurs, éditeurs et autres sociétés.

Sources et liens :
Le 11 septembre sur Formats-Ouverts.org :

Prise en main de la Samsung Galaxy Tab en vidéo ! | Le Journal du Geek

“Pour rappel, Galaxy Tab est compatible 2.5G (GSM/ GPRS/ EDGE), 3G, tourne sous Android 2.2 et elle est équipée d’un écran TFT-LCD WSVGA 7″ (résolution 1024×600 pixels), d’un processeur Cortex A8 cadencé à 1.0GHz, d’un capteur 3 megapixels avec auto-focus et flash, d’un capteur frontal 1.3 megapixels pour les appels vidéo, d’Adobe Flash 10.1, d’un port microSDHC, de 2 slots SIM, des logiciels Thinkfree Office, Swype, Hybrid Widget, des WiFi 802.11n, Bluetooth 3.0, d’SNS, d’un gyroscope, d’un accéléromètre, d’un capteur de lumière, de 16 ou 32Go de mémoire, de 512Mo de RAM, d’une compatibilité DivX, XviD, MPEG4, H.263, H.264, du son 5.1 Sound Alive 3D et d’une batterie 4000mAh capable de tenir la charge 7h en lecture vidéo. Elle affiche des dimensions de 190.09×120.45×11.98mm pour un poids de 380g.”

Tags: