La schizophrénie des éditeurs franchouillards

« Les Anglo-saxons savent qu’on ne peut pous­ser deux mes­sages à la fois. Ils ont choisi le plus impor­tant. En France, il faut croire que l’éditeur passe avant l’auteur. Certes ils s’affichent en plus petit, mais tou­jours à une place de choix. En plus de limi­ter les pos­si­bi­li­tés gra­phiques, ce qui peut-être explique la médio­crité de nos cou­ver­tures, cette pra­tique résume le pen­chant nar­cis­sique de notre indus­trie du livre. « Nous d’abord. » La ren­contre entre un texte et un lec­teur n’est pas leur priorité. »

Tags:

Rendre compatible un thème WordPress pour BuddyPress | WordPress Channel

« BuddyPress est le complément idéal à WordPress pour créer votre propre réseau social mais on déplorera l’absence de thèmes compatibles. La solution ? Utiliser un thème WordPress et l’adapter. 5 minutes suffisent à l’aide du plugin BuddyPress Template Pack. »

Tags:

Je ne voulais pas venir sur Facebook

« En bref, Facebook n’est pas un lieu d’échanges d’idées aussi approprié que les forums de type « Usenet » (malheureusement délaissés par les fournisseurs d’accès) : il semble bien qu’on y ait plus de mal à supporter des opinions qui sont trop extérieures non seulement aux siennes propres mais aussi à celles du réseau social auquel on appartient, puisque l’on s’exprime en public. FaceBook est un lieu d’entretien du lien social, donc, mais pas un outil de communication. Je peux reprendre à mon compte ce que disait Bruno Latour pendant l’émission Place de la toile : avec Internet (et notamment les réseaux sociaux), on ne passe pas du « matériel » au « virtuel », mais bien au contraire : « ce que le web fait, c’est de matérialiser des éléments qu’on ne voyait pas et qu’on ne pouvait pas tracer auparavant, par le fait d’avoir un login, un écran, un clavier, des avatars ».

Reste que FaceBook est sans doute bel et bien un outil dangereux, ne serait-ce que par l’étendue de son succès. Non pas dangereux parce qu’on y organise des apéritifs géants ou parce qu’on y expose son intimité, mais dangereux pour l’avenir du réseau tout entier. En effet, pour un nombre croissant d’internautes, FaceBook et Internet ne font qu’un. Le mail, les forums, la discussion instantanée, le blog, tout converge vers cette unique plate-forme dont le pouvoir ne fera qu’augmenter. FaceBook est par ailleurs devenu le plus important dépôt d’identité numérique, un endroit où il est presque impératif d’exister. Bien sûr, il sera toujours possible pour beaucoup de gens de snober FaceBook, comme il est presque admissible aujourd’hui de se passer de téléphone mobile8 mais on peut imaginer que l’usagede FaceBook vienne à être, de facto, imposé à certaines catégories professionnelles, je pense en fait aux simples employés, déjà de plus en plus contraints à être joignables sur leur téléphone portable, qui pourraient se voir forcés non seulement à être présents sur FaceBook, mais aussi à s’y déclarer « amis » de leurs supérieurs hiérarchiques, ce qui ferait

Tags:

Les 12 suggestions d’un chercheur (pour les bibliothécaires)

« Peter Murray-Rust est enseignant-chercheur au département de chimie de l’Université de Cambridge. Il s’intéresse depuis longtemps à l’Open science, à l’Open data et à l’Open Access. Pour changer la façon dont les bibliothécaires (et les bibliothèques) servent la communauté universitaire, il leur propose dans 12 suggestions for how librarians can build the future les idées suivantes : »

Tags:

Le prix de la gratuité | Blogo-Numericus

« On y apprend que le programme général coût 3,7 millions de dollars. Ce montant, de toute évidence, n’intègre pas le salaire des professeurs qui donnent les cours… De toute évidence, également, le montant n’est pas surestimé ni affolant. Il est simplement élevé parce qu’il faut fournir beaucoup de travail dans différents métiers (voir Les cinq piliers de l’édition électronique). Le MIT indique qu’il paie directement la moitié de cette somme, qu’une autre moitié est payée par des sponsors et des financements publics, et qu’il reçoit 200 000$ de dons de ses lecteurs chaque année. Belle performance, qu’ils veulent pousser à 500 000$. La crise est bien sûr passée par là, mais elle ne change rien à la situation : le libre accès a un coût. Cecilia d’Oliveira, executive director du MIT OpenCourseWare utilise l’expression « The Cost of Free« , que je reprends dans ce court billet : le coût de la gratuité. Comme je l’ai indiqué plus haut, la gratuité n’est pas le bon terme, mais il est frappant. »

Tags:

WordPress › BuddyPress Template Pack « WordPress Plugins

Add support for BuddyPress to your existing WordPress theme. This plugin will guide you through the process step by step. Once you are finished, your existing WordPress theme will be able to manage and display all BuddyPress pages and content. The process is completely reversible and does not modify any of your existing template files.

Le prix unique du livre numérique doit-il s’opposer à la création libre ? | AFUL

« Le monde du numérique et les modèles économiques associés sont complexes et mouvants, et la prudence doit probablement prévaloir avant d’y figer quoi que ce soit. Du moins faut-il préciser avec soin quels objets sont visés par le législateur. Il nous semble important que les nouveaux modèles de création et d’exploitation aient le droit de se faire entendre au même titre que les modèles traditionnels. Il y va de la compétitivité économique et culturelle de notre pays dans un univers bouleversé par le numérique. Le meilleur témoin de l’intérêt économique et social de ces modèles est le soutien que leur apportent les collectivités territoriales par leur adhésion à l’association ADULLACT présidée par l’un de nous.

Le rapport Patino préconise (6) de « mettre en place des dispositifs permettant aux détenteurs de droits d’avoir un rôle central dans la détermination des prix ». Nous ne demandons rien d’autre. »

Tags:

Quelle place pour les TIC dans les pratiques de l’enseignant chercheur ?

« Nous avons rencontré un enseignant chercheur de philosophie, Luc Foisneau, directeur de recherche au CNRS, qui appartient au Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron ( équipe de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales rattachée au CNRS) et son témoignage est éclairant sur les usages des outils numériques dans les milieux académiques. Ici comme ailleurs, il convient de ne pas surévaluer les changements mais de voir comment peu à peu les les initiatives pionnières, comme les carnets de recherche, éveillent l’intérêt des chercheurs en sciences humaines. »

Tags: