Cognito Comics Launches Its First Graphic Novel for the iPad

A few months ago, Cognito Comics and gaming company Tall Chair demonstrated one of the coolest media experiences that I’ve seen on the iPad — Operation Ajax, a graphic novel created specifically for the device. At the time, the idea was still very much in development, but today the Operation Ajax application has gone live in Apple’s App Store.

The major startups in digital comics, ComiXology and Graphic.ly, have focused their energies on making deals with publishers to transfer existing comics to the iPad or other devices. Operation Ajax, on the other hand, was created with the iPad in mind, avoiding some of the issues that come with transferring from print (the iPad screen is slightly smaller than a standard comic book page, for starters), and also making the supplementary material that can’t be delivered in print a natural extension of the experience.

In this case, the comic in question is an adaptation of Stephen Kinzer’s nonfiction book All the Shah’s Men: An American Coup and the Roots of Middle East Terror, which recounts the 1953 coup in Iran. Cognito gives the story dramatic shape by telling it through the eyes of a fictional CIA operative, but the company says it worked with Kinzer to make sure that the underlying facts are correct.

Operation Ajax is a comic, but it features lots of animation to move readers from panel to panel and page to page. Like I said, it’s an impressive experience, though not a perfect one — it can be hard to figure out exactly when each animation is over and it’s time to turn the page. Readers can also tap on drawings to see extra material like character biographies and photos of real-life locations. They can refer to all that material later on through folders that they can access from anywhere in the story.

The Operation Ajax app is free (download it here) and it includes the prologue for the story. After that, each chapter (which is about the length of a normal comic book) will cost $2.99, and Cognito plans to release a new chapter each month (or slightly more frequently).

Tall Chair, meanwhile, built the underlying platform and says that it could be used to create iPad-centric content beyond the political comics that Cognito is interested in — but we’ll have to wait for an announcement sometime early next year to hear the details.

Cognito and Tall Chair are both based in San Francisco.





Lieux de savoir 2. Les Mains de l’intellect (janvier 2011) | Lieux de savoir

« Il s’agit de montrer la part d’intelligence qui s’exprime dans les gestes de la main, dans son habileté, sa capacité à dessiner, écrire, fabriquer ; mais aussi la part des gestes dans l’intelligence : des opérations intellectuelles comme le raisonnement, la mémorisation, l’abstraction, la comparaison peuvent être conçues comme la manipulation d’objets, de problèmes ou d’idées, de concepts qui sont travaillés par des techniques particulières. « 

Tags:

Google Ngram viewer : un extraordinaire corpus mais…

On a pu se rendre compte ces dernières années que deux parcours pouvaient amener à créer des bibliothèques numériques. D’une part, les bibliothèques, qui conservaient, acquéraient et diffusaient des données sur divers supports et ne voyaient pas pourquoi ils ne le feraient pas en ligne. D’autre part, Google, qui cherchait et mettait en ordre l’information sur internet et ne voyait pas pourquoi ils ne le feraient pas dans les livres anciens également.

Ce n’est pas le lieu ici d’évaluer qui le fait le mieux. Mais une chose est sûre : plus les masses de données deviennent gigantesques, plus le moteur de recherche devient important. Et, en cela, Google possède un gros avantage sur Gallica.

En faisant tourner ses robots sur une (grosse) sélection de livres, Google peut donc obtenir des données statistiques de tout premier ordre. Car le corpus est énorme : 5 200 000 ouvrages, soit plus de 500 milliards de mots, nous annonce Google. Passionnant pour l’étude de l’usage des langues, donc. Un matériau dont on peut sortir des centaines de thèses et d’articles et dont on parlait déjà… en 2006.
Google annonce dans l’article de Science que ses chercheurs ont publié avec d’autres de Harvard, du MIT, de l’Encyclopaedia Britannica et de l’Houghton Mifflin Harcourt que cela représente 4% de l’ensemble des livres publiés dans le monde depuis l’invention de l’imprimerie. Je ne m’étends pas sur l’analyse de cette annonce puisqu’on trouve bien des éléments chez Veronis, Affordance, LanguageLog, Hubert Guillaud, etc, etc.

Le fait est d’autant plus intéressant que, non seulement Google ne vend pas ces données mais les place même sous une licence Creative Commons BY, la plus permissive qui soit. C’est à dire que, contrairement à Gallica, elle les ouvre entièrement et en permet la réutilisation la plus large, y compris commerciale. L’idéal si l’on veut que ses données soient réellement réutilisées et permettent des usages imprévus et innovants.

Mais… il y a un « mais ».

Et le lièvre gît bien sûr dans la typographie ancienne. Voici une lettre prise au hasard dans l’édition montbéliardaise (1676) de celles d’Arnauld d’Andilly :

III. Iìa un Prinee, Jy| ONSEIGNEVR,
Ie laí/îc à Mr. à vous mander particulierement les íêntiments de vos Amis , & de vos seruiteurs sur ce qui vous touche , dont ie l’ay entretenu à loiiir. Si le Comte de Mansseld n’entreprend rien contre la France, ce diicours est du tout inutile: Mais s’il afsiege quelque place, & que vous puiíîìez vous jetter de. dans auec moyen de la desendre ; il n’y aura que ceux qui enuieront vostre valeur, qui manqueront à loiier vostre action. Ie sçav bien que quand vous ne le seriez pas , vous n’en sçaun’ez «stre blàsmé, puis que vous n’auez point d’employ qui vous y oblige. Mais si vostre gencroíìte demeuroit dans les bornes des deuoirs ordinaires , eile ne meriteroit ny des louanges extraordinaires, ny la gloire que vous auez d’estre en plus grande estime dans ì’eíprit des gens dç »nerite , par la consideration de vostre vertu, que par celle de vostre naifsance , qui n’auroic pas seule le pouuoir de me rendre aufïî venta »* hlemenc que ie le suis

On comprend vite que faire des statistiques lexicales sur un tel texte est une entreprise audacieuse. Voire absurde.
Il ne sert donc de rien d’améliorer le traitement des données tant que l’on n’aura pas amélioré les données elles-mêmes : il est de toute première instance que les OCR fassent des progrès sur les typographies anciennes.

Pour illustrer le propos, un unique exemple – cher à tous les wikisourciers – l’ſ. L’ « s long », donc, qui trouve place à l’intérieur des mots tandis que notre « s rond » se place à la fin. Cette ſ, de forme inhabituelle pour l’œil actuel, est pris pour une f par les OCR. Google nous permet donc d’obtenir de très belles statistiques sur les mots « eft » ou « prefque »…

Usage comparé de « est » (bleu) et de « eft » (rouge) de 1750 à 1830 dans le corpus francophone

Usage comparé de « est » (bleu) et de « eft » (rouge) de 1750 à 1830 dans le corpus francophone

Usage comparé de « prefque » (bleu) et de « presque » (rouge) dans le corpus francophone de 1750 à 1830.

Usage comparé de « prefque » (bleu) et de « presque » (rouge) dans le corpus francophone de 1750 à 1830.

Outil à prendre pour l’instant avec des pincettes sur les textes anciens, donc… Remarquons tout de même que pour étudier l’usage de l’s long, c’est pas mal du tout (disparition plus tardive que ce que je pensais).

Utiliser le Web2.0 après la classe, pourquoi pas. L’ENT ? non merci.

Pendant la session « retour d’expérience » autour du web 2, un auditeur s’étonnait que des enseignants acceptent de communiquer avec leurs élèves en dehors des heures de cours, alors que les enseignants se retranchent derrière leur statut pour ne pas travailler sur les Environnements Numériques de Travail (ENT) en dehors de leurs obligations de services. Il interrogeait donc les orateurs pour savoir s’ils avaient des éléments de réponse, qui clairement ne savaient pas comment répondre.

Il y a pourtant plusieurs éléments qui se renforcent mutuellement, mais dont la synthèse peut avoir un caractère politique difficile à porter pour des membres de l’Éducation Nationale en représentation.

Web 2 Saint Nicolas ou ENT Prère Fouettard

Tout d’abord, il y a l’argumentaire technique classique entre les outils du web2 et les ENT. Cela peut se résumer en listant les degrés d’ouverture des outils du web :

ouverture d’accès : Il est en général plus facile de s’identifier et d’accéder à la page souhaitée sur le web que dans un ENT ;

visibilité des productions : un document élève produit sur le web l’est pour tout le monde, alors que dans un ENT, le seul lecteur sera probablement l’enseignant ;

ouverture sur les activités : en comparaison à la multitude d’outils disponibles sur le web, les quelques activités prédéfinies font bien pauvres. De plus leur organisation est en général figée, ce qui limite les usages possibles dans la classe ;

On peut également noter que l’ergonomie des outils du web souligne la complexité des interfaces des ENT qui rebute bien souvent les enseignants d’abord, les élèves ensuite.

Conséquence de ces limites, l’élève n’ira pas sur l’ENT s’il n’est pas obligé et donc n’y retournera que pour les activités obligatoires. Ce n’est pas dans cet environnement qu’on peut imaginer y créer du lien social.

Par ailleurs, si il y a un intérêt dans les outils du web, c’est bien de se confronter à des usages qui permettront de développer la littératie numérique. Cette exploration de l’éthique et des médias numériques fait sens auprès des élèves, et les renvoie à leur quotidien, ce que ne fera jamais un ENT qui considère au contraire l’espace numérique d’apprentissage comme étant fermé et isolé du reste du monde. Conséquence, après le cours, un élève retournera facilement sur un outil comme Twitter ou même facebook pour échanger avec un enseignant, jamais sur un ENT, qui nécessitera une dizaine de clicks avant de pouvoir poser une question, qui de plus sera posée dans un contexte ressenti comme plus formel.

Avantage donc aux outils du web sur les ENT, en abaissant les barrières de passage à l’acte, en rendant ceux-ci plus faciles et intégrés dans le quotidien.

Derrière cela, il y a je pense des aspects plus humains, ou sociaux, qui sont moins identifiés dans les explications sur les ENT.

Premier élément, cité dans la conférence, les enseignants semblent prêts à communiquer avec leurs élèves en dehors du temps de classe, via les outils sociaux du web. Il me semble qu’un enseignant est souvent prêt à poursuivre la conversation dans un cadre moins formel, qu’il est disponible pour des échanges qu’il trouve intéressant, et qu’il trouve valorisant qu’on lui demande son avis. Il y a un coté plaisir dans les outils sociaux, tant que cela reste dans un cadre informel.

Deuxième élément, les enseignants qui utilisent ces outils, les utilisent souvent au delà de la classe, pour leur formation personnelle. Ils les utilisent pour préparer leurs cours, au travers de recherches d’information et de documentation, ou via des échanges avec d’autres collègues en se constituant leur réseau d’apprentissage personnel (Personal Learning Network ou PLN en anglais). C’est en effet une étape indispensable avant d’aborder ces outils en classe. Conclusion, si ces outils sont utilisés en classe, ils seront utilisé en dehors de la classe par les élèves ET les enseignants.

A contrario, un ENT n’est d’aucune utilité au delà d’une éventuelle organisation d’activités pour le cadre scolaire. Il sera donc aussi vide qu’une salle de classe en dehors des heures de cours.

Un troisième élément, qui est sans doute plus spécifique au primaire et au secondaire (quoique) est l’instrumentalisation de l’ENT. Notre auditeur qui s’étonnait de voir des enseignants communiquer en dehors des heures de classe, racontait que l’Education Nationale se voyait opposer à l’utilisation de l’ENT les statuts de l’enseignant, notamment les limites horaires.

On voit bien au travers d’une telle remarque que l’ENT n’est donc pas vécu comme un outil d’aide au métier de l’enseignement, mais bien comme une contrainte imposée. Il semblerait que c’est même pire que cela :

On oblige les enseignants à saisir leur cahier de textes sous forme numérique. L’argument avancé est qu’ainsi le cahier est accessible aux élèves et au parents, ce qui est effectivement une avancée tout à fait intéressante. On oublie par contre de préciser, que cette saisie se fait au travers d’une interface cauchemardesque dans un certain nombre de cas, et que ce travail se fait forcément à la maison. C’est donc vécu par un bon nombre d’enseignants comme une nouvelle contrainte.

De par l’ambiance paranoïaque à l’Éducation Nationale, certains pensent qu’il y a une volonté de contrôle du travail des enseignants. L’article « Le cahier de textes numérique, c’est Big Brother en classe » vient de le rappeler. Dans un contexte où il y a clairement une volonté de renfort du contrôle administratif, qu’il soit local ou académique, toute obligation nouvelle, assortie d’un outil non adapté, ne peut qu’être mal vécue ;

Il y a une autre difficulté qui est qu’un enseignant fait cette partie de travail chez lui. Il se retrouve donc à effectuer une obligation de service dans son espace privé. Espace privé ou jusqu’à présent il bénéficie de sa liberté pédagogique.

Dit autrement, l’élargissement de l’usage de l’ENT est vue comme une obligation qui empiète sur l’espace de liberté privé, l’usage des outils du web2.0 est ressenti comme une extension de la liberté pédagogique.

La question qui vient généralement est de se demander si les outils du web2.0 ne pourraient pas être intégrés dans les ENT. Reprenons donc :

d’un point de vue ergonomie et facilité des outils, c’est indéniablement une bonne idée ;

si c’est pour limiter à une série d’outils, il risque toujours de manquer le bon. Sauf à proposer des mécanismes d’extension ;

si c’est pour aborder les principes de la littératie ou de l’éthique numérique, l’accès à l’extérieur de l’ENT restera indispensable ;

si c’est pour amener à utiliser ces outils dans un contexte pédagogique, cela sera insuffisant. Il faut en effet en premier lieu convaincre les enseignants de l’intérêt de ces outils, et cela passe par une phase d’appropriation personnelle comme outil d’efficacité et d’échange ; Il faut donc passer d’un ENT à un réseau d’apprentissage.

si c’est pour imposer des pratiques, cela devra passer par une remise à plat des missions de l’enseignant, des lieux et des temps pour l’exercer. Ici aussi le passage aux outils du web2.0 brouille les frontières entre l’espace de la classe et l’espace privé. Mais pour l’enseignant, il impacte également son espace professionnel. L’ignorer empêche d’avancer.

Parmi les obstacles actuels que l’on peut noter, il y a :

le caractère profondément orthogonal entre la verticalité de la hiérarchie de l’Éducation Nationale et l’horizontalité du Web 2 ;

la nécessité de permettre l’appropriation de ces outils par les enseignants eux-mêmes sans volonté directe d’application dans la classe. Malheureusement la formation continue reste mal maitrisée pour les enseignants.

Une volonté de contrôle ou d’approche hiérarchique semble perdue d’avance. La seule solution pour l’Éducation Nationale serait sans doute de faciliter l’éclosion d’un écosystème permettant aux enseignants d’avancer de manière collaborative. Cet écosystème existe, comme on a pu le voir à Brest. Il est pour l’instant au mieux ignoré. Il faudrait au contraire l’encourager.

Au niveau du supérieur, cela passe par une redéfinition des Universités Numériques (UNT), pour passer d’un portail de diffusion de contenus, à des espaces d’échanges et de construction collaborative., et par une appropriation des outils par les enseignants sans forcément la contrainte du face à face avec les étudiants dans un premier temps, mais plutôt lorsqu’ils se sentiront prêt. Et volontaires.

Cet article est le troisième et dernier d’une courte série de réactions suite à la dernière matinée de la conférence Tice 2010 :

Petit bilan TICE 2010 (1/3) ;

Réseau social pédagogique : l’intention pédagogique avant tout ;

et celui que vous venez de lire.

Par ailleurs, cet article ne serait pas complet si je ne citai pas cette traduction du site de Creative Commons : Des Ressources éducatives libres : pour être plus efficace ?

L’adresse originale de cet article est http://www.a-brest.net/article6896.html

[from sentinelle] Will iPad apps change the concept of books? | TeleRead: News and views on e-books, libraries, publishing and related topics

At The Guardian’s “The Observer” section, John Naughton looks at a couple of iPad apps that change the way reading works, and suggests that they (and others like them) may be changing the entire “concept” of a book.

(…)
Another is an appbook by David Eagleman, a $7.99 iPad-only publication called Why the Net Matters. As with Stephen Fry’s recent appbook, Eagleman’s arranges the text in a different way than simply static text. It can be read non-sequentially, and has multimedia and hypertextual features to enhance the experience. Eagleman has a YouTube video explaining how it works:


http://www.delicious.com Bookmark this on Delicious
– Saved by sentinelle
to







More about this bookmark

Culturomics : Comprendre les “lois” de la culture

La technologie change notre compréhension des sciences humaines et sociales (SHS), comme elle a changé notre compréhension des sciences, expliquait il y a peu Patricia Cohen pour le New York Times. Bien sûr, face à cet objectif, les médias numériques sont des moyens plus qu’une fin, rappelle consciencieusement l’historien Anthony Grafton. Mais pour Brett Bobley, directeur du bureau des humanités numériques de la Dotation nationale des humanités américaines (National Endowment for the Humanities, NEH), l’analyse de quantités sans précédent de données peut révéler de nouvelles caractéristiques et tendances et soulèvent des questions inattendues pour l’étude.

“La technologie a non seulement rendu l’astronomie, la biologie et la physique plus efficaces. Mais elle a permis aux chercheurs de faire des recherches qu’ils ne pouvaient pas faire auparavant”. Et c’est notamment le cas dans le domaine des SHS, où l’accès à de formidables corpus documentaires sous forme informatique peut apporter de nouvelles connaissances. C’est en tout cas, ce que se propose de montrer le concours de Google ou le Digging into data, un programme de subventions pour aider à la recherche en sciences humaines à aller dans de nouvelles directions, propulsées par le bureau de Brett Bobley au NEH.

Les Humanités numériques pour comprendre le monde
Comme bien souvent dans le domaine des Humanités numériques (Digital Humanities), pour les non-spécialistes, ce sont les résultats qui sont les plus intéressants. L’un des projets ayant bénéficié de ce programme est celui de Dan Edelstein, professeur de français et d’italien à l’université de Stanford qui a réalisé une cartographie de la circulation des idées au Siècle des Lumières, en étudiant, avec l’aide de l’informatique, la correspondance des grands penseurs de l’époque (Locke, Newton, Voltaire, Swift, Rousseau, Bentham…). La cartographie interactive mise en place permet de mieux mesurer le réseau relationnel des grands penseurs du XVIIIe siècle et montre qu’il a des structures très différentes selon les penseurs (vidéo). La cartographie a montré par exemple, la rareté des échanges entre Paris et Londres, alors que les historiens pensaient que les penseurs français avaient été inspirés par les penseurs britanniques : dans les faits, les penseurs du Continent semblent avoir peu échangé avec les îles Britanniques.

siecledeslumieres.1291743566.png
Image : La cartographie des échanges de courriers de la république des Lettres au Siècle des Lumières pour quelques-uns des plus importants penseurs de l’époque.

Les universités américaines semblent se mettre activement aux outils numériques. L’université de Virginie a ainsi développé pour ses étudiants une interface web, baptisée Visual Eyes, permettant de réaliser facilement des visualisations dynamiques et interactives.

Digital Mappaemundi est un projet d’étude des cartes et textes géographiques médiévaux, permettant aux chercheurs d’annoter leurs cartes simultanément et de partager leurs annotations avec d’autres, explique Martin Foys K, médiéviste à l’université Drew dans le New Jersey. “Ces cartographies numériques ont le potentiel de transformer les études médiévales”, estime enthousiaste le chercheur, notamment parce qu’elles sont communautaires, c’est-à-dire partagées par un réseau d’experts dont les apports contribuent à la qualité du projet. “La facilité avec laquelle une communauté peut être amenée à collaborer via ces outils est quelque chose qui change fondamentalement la façon dont nous faisons notre travail”. Sauf que la culture du partage n’est pas nécessairement de mise entre les spécialistes, et que bien souvent toutes les fonctions sont loin d’être utilisées par les chercheurs, qui sont plutôt en concurrence les uns les autres sur leurs recherches.

Le phénomène des humanités numériques est encore nouveau et les praticiens sont encore souvent surpris par ce qui se développe. Lorsque les œuvres complètes publiées d’Abraham Lincoln ont été mises en ligne il ya quelques années, le directeur des Cahiers d’Abraham Lincoln, Daniel W. Stowell, s’attendait à ce que les historiens soient plus attentifs à son projet. Mais il a été surpris de découvrir que les plus grands utilisateurs étaient des gens connectés depuis les Presses de l’université d’Oxford : les rédacteurs du dictionnaire d’Oxford étaient allés traquer dans les archives de Lincoln les premières occurrences de certains mots.

“Les gens vont utiliser ces données de manières que nous ne pouvons pas encore imaginer”, s’enthousiasme Daniel Stowell, “et je pense que c’est l’un des développements les plus excitants des sciences humaines actuellement”. Pour Tom Scheinfeldt, directeur du Centre pour l’histoire et les nouveaux médias à l’université George Mason, le milieu universitaire est entré dans une ère “post-théorique”. Un “moment méthodologique” semblable à celui qu’on a connu à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. “Les questions pratiques de la construction de la discipline, de l’assemblage d’une bibliographie annotée, de la définition d’un programme de recherche et de la signification du rôle de l’historien” ont alors été les principaux travaux d’un grand nombre de savants. Sommes-nous en train d’entrer dans une phase similaire ? C’est ce qu’espèrent les partisans des humanités numériques en tout cas.

Comprendre l’évolution des lois du langage
C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre le nouvel outil que vient de dévoiler Google : Google N-Grams – un nom qui s’inspire des travaux du théoricien de l’information Claude Shannon et qui évoque les n-grammes (des suites de mots consécutifs), visiblement très utilisés par les programmes de traitement automatique du langage. Google N-Grams est moteur de recherche qui fouille dans les 5,2 millions de livres numérisés par Google et accessibles librement au public, explique le New York Times, soit 500 milliards de mots, comme s’en émerveille avec raison Jean Véronis sur son blog, soit “4 % des livres jamais publiés sur Terre”. Un outil qui permet de tracer des courbes lexicales sur plusieurs siècles, puisque la base de livres sur laquelle il est construit est constituée de livres publiés entre 1500 et aujourd’hui, provenant d’un corpus réparti en 5 langues (anglais, français, espagnol, allemand, chinois et russe : interrogeables séparément).

On peut ainsi constater que Marilyn Monroe et Mickey Mouse ne reçoivent pas la même attention dans les livres imprimés … Ou que Freud est devenu une référence plus importante que Galilée, Einstein ou Darwin

“L’objectif est de donner à un enfant de 8ans la possibilité de parcourir les tendances culturelles de l’histoire telle qu’inscrite dans les livres”, a expliqué Erez Lieberman Aiden, un chercheur de Harvard parmi les auteurs provenant du MIT, de Google, de l’Encyclopaedia Britannica et d’Houghton Mifflin Harcourt, signataires de l’article de la revue Science qui fait l’actualité. “Nous voulions montrer ce qui devient possible lorsque vous appliquez de très hautes capacités d’analyse de données à des questions de sciences humaines”, a déclaré M. Lieberman Aiden. Une méthode que les chercheurs ont baptisée Culturomics, et qui a pour volonté, comme l’indique son nom, de dégager les “lois”, les principes de la culture – rien de moins ! D’un coup, avec ce corpus rendu accessible, le mot devient un organisme vivant, dont on peut percevoir l’écosystème, permettant de regarder les trajectoires culturelles des termes, des noms, des formes grammaticales et orthographiques.

Comme le dit très justement Erez Lieberman Aiden : “Plus qu’une machine à apporter des réponses, nous avons là une machine génératrice d’hypothèses”.

Ce nouvel outil va exiger beaucoup de réflexion sur les divers biais dans la façon dont les données sont recueillies, a déclaré le biologiste Paul Ehrlich, dont les enquêtes sur l’évolution de la pirogue polynésienne a transformé les études culturelles, et qui remarque, par exemple, que la fréquence de l’obscénité ne peut pas seule être un indicateur de tendance culturelle.

Culturomics, Genomics… “Il y avait un grand battage autour du projet de cartographie du génome humain à l’origine… Avant qu’on comprenne que cette liste n’était pas très utile à ceux qui n’en sont pas spécialistes”, estime Mark Pagel, biologiste de l’évolution à l’université de Reading. Nous comprenons maintenant que ce n’est pas les gènes qui importent, mais comment ceux-ci sont exprimés dans les organes”.

“Je ne dis pas que les données ne sont pas utiles”, a-t-il précisé. “Mais que la base de données ne va pas “cracher” des réponses simples”. Rien ne sera plus facile en effet, que d’en faire sortir beaucoup de banalités.

Le hub Dilicom : au service de la librairie numérique « immatériel.fr

On nous demande parfois à quoi sert d’avoir une boutique en ligne lorsqu’on est distributeur. En premier lieu, comme l’explique Élisa Boulard, à comprendre les pratiques des lecteurs d’ouvrages numériques, afin de leur fournir des systèmes compatibles avec leurs habitudes de navigation. En deuxième lieu à payer les serveurs qui abritent nos bases de données et les web services utilisés par nos partenaires éditeurs et libraires.

Tags: