Le monde de l’édition tente de séduire les développeurs

L’édition américaine serait-elle en train de faire sa mue? Il y a quelques semaines se tenait un événement rassemblant les dirigeants des plus prestigieuses maisons d’édition américaines et ce fut le moment de constater que toute la profession se dirige vers une nouvelle ère. Livres Hebdo rapporte cette semaine le contenu des ces échanges qui permettent de réfléchir au tournant que prend actuellement l’édition américaine.

Sur les 80 dirigeants présents, ils ont été nombreux à avoir recruté des profils jadis absents des maisons d’éditions, comme des ingénieurs, des développeurs, des webdesigners ainsi que des statisticiens. Pour Scott Lubeck, directeur du Book Industry Study Group, ces recrutements d’un nouveau type concernent environ 10 à 15% des éditeurs qu’il étudie. Le reste des acteurs n’a pas encore amorcé ce changement de mentalité mais il est fort probable que ce pourcentage comprenne les éditeurs les plus importants (Random House, Simon & Schuster, Penguin etc.). Ainsi, l’édition adopterait progressivement la composition qui existe dans les start-ups évoluant dans l’édition numérique, dont les équipes sont majoritairement composées de développeurs mobiles et de designers.

Cependant, pour certaines entreprises, le choix de l’externalisation est fait au dépend de la constitution d’équipes en interne. HarperCollins fut le seul éditeur à détailler son choix, visant à trouver un juste milieu entre recrutement de compétences en interne et emploi de prestataires. Aujourd’hui, 22 salariés dédiés au numérique ont été recrutés par HarperCollins et l’entreprise envisage de continuer les recrutements dans les prochains mois. Une maison comme Random House est également engagée dans le même processus de recrutement, notamment avec cette récente annonce pour un Senior Digital Producer qui conviendrait parfaitement à un profil technique (mêlé d’une expérience marketing).

Pourtant, même si ce volontarisme est à souligner, qu’est-ce qui poussera un jeune développeur à venir sur la côte Est? En tout cas, ce ne sera pas la feuille de paie. D’après le site Payscale (un outil de comparaison de salaires), la rémunération d’un développeur chez un éditeur (presse ou livres) est de 61 100$ (soit plus de 42 000€) tandis que dans la Silicon Valley, une même personne pourra prétendre à un salaire de 69 000$ (47 600€). Bien entendu, ces chiffres ne reflètent pas forcément la réalité et l’écart peut s’avérer être plus élevé suivant les entreprises.

La situation est semblable en France où l’édition peine encore à séduire les techniciens du numérique dont elle a besoin. Aujourd’hui, les éditeurs se contentent d’externaliser leurs tâches de développement et d’élaboration de contenus. Concernant la production, Jouve ou Nord Compo récupère la majorité des contrats. Mais lorsqu’il s’agit de mettre un peu d’originalité, les maisons s’adressent à de petits structures, des start-ups qui exercent dans l’univers encore jeune de l’édition numérique ou du webdesign. Cependant, ce tissu de compétences est encore maigre et l’on ne peut déplorer le manque (actuel) d’innovations ou de créations en provenance de ces structures.

Encore jeunes, elles ont du mal à se mettre en phase avec les groupes d’éditions pour lesquels le numérique est encore un marché peu rentable. L’édition française est particulièrement hiérarchisée et les avis sur un projet numérique divergent souvent. De plus, l’absence de culture partagée entre le monde éditorial et celui des nouvelles technologies laisse parfois ces deux acteurs perplexes, l’un en face de l’autre. Une réponse intelligente passera par une intégration en interne de ces talents issus du monde du numérique, soit par un recrutement (mais comment séduire ces spécialistes?) ou bien des rachats de sociétés. Même si certaines d’entre elles laissent penser le contraire, les grands groupes d’édition ont encore une situation financière qui leur permet de réaliser des investissements, tant en ressources humaines qu’en technologies. Des investissements essentiels qui, s’ils sont faits, seront un pas important de l’édition vers l’ère du numérique.

iBookstore : 60 à 70 % de parts de marché en France

Lors de la grande présentation de l’iPad 2 par Steve Jobs, le grand patron d’Apple n’avait pas tari d’éloges sur la réussite de son produit. Ni sur l’enthousiasme des éditeurs. Surtout que Random House, le dernier réfractaire parmi les gros américains, venait tout juste d’intégrer le catalogue.

Au menu, clamait Steve, 2500 éditeurs présents. Et 17.000 titres de plus au catalogue avec l’arrivée de RH. Mais surtout 100 millions de livres téléchargés, affirmait Steve, pas peu fier d’un joli chiffre aussi rond. Et aux dernières nouvelles, le catalogue devait contenir quelque chose comme 100 ou 110.000 ebooks au catalogue. Bien trop peu pour rivaliser avec l’offre d’Amazon, évidemment. (notre actualitté)

Des millions de … téléchargements…

D’autant plus que 100 millions de téléchargements n’ont jamais fait 100 millions d’ebooks vendus. Et l’on sait combien le culte du chiffre victorieux est primordial chez Apple. Alors pourquoi aucun résultat n’est-il donné ?

Or, voilà quelques jours, Apple a tenu l’éternelle Keynote, durant laquelle ont été dévoilés tous les résultats dont la Pomme peut se glorifier. Le nombre de Mac, d’iPads, d’iPhones, d’iPods vendus, bref, tout ce qui pouvait se faire en la matière. Mais une fois encore, absolument rien sur les ventes effectuées via l’iBookstore.

Je suis le maître du monde

Pourtant, les analystes sont formels : Apple va dominer le marché des tablettes pour plusieurs années encore. Même en 2015, la firme de Cupertino devrait détenir 47 % de parts de marché, d’après les estimations de Gartner. Domination outrancière, certes, mais qui pour l’heure ne donne aucunement lieu à une communication sur les chiffres de ventes de livres numériques. (notre actualitté)

Des renseignements qui sont vagues, ou volontairement imprécis, un chiffre de téléchargement annoncé début mars, et pas suivi d’un nombre de ventes… Tout cela montre qu’il y a une résistance à diffuser les chiffres – mais après tout, l’iPad sert avant tout à jouer, et pas à lire des livres. Une seule conclusion, pour eBooknewser : « Les ventes que l’iBookstore effectue sont si mauvaises qu’Apple ne veut pas me communiquer le chiffre réel. Alors, à quel point sont-elles mauvaises ? »

Cela dit, Amazon n’a jamais communiqué sur quoi que ce soit, ni ventes de Kindles, ni ventes de livres numériques…

Mais en France ?

Tout cela est bien beau – ou pas, d’ailleurs – mais qu’en est-il réellement ? Selon nos sources, Apple serait en fait plutôt satisfait des chiffres de ventes, « surtout après une année de mise en place de l’IBookstore ». De toute manière, nous confirme-t-on, Apple ne communique sur des chiffres qu’à partir du moment où ils désignent un cap symbolique, « comme le milliard d’applications dépassé, ou ce genre de choses ».

Et puis, impossible d’accéder aux chiffres de vente précis, pays par pays. Ce que l’on nous fait remarquer, c’est que la France « a quatre ans de retard sur les États-Unis en terme de ventes. Mais cela commence à monter. Les résultats restent cependant loin derrière ceux des États-Unis ou même de l’Angleterre ».

« Le seul chiffre officiel est celui des 100 millions de téléchargements, qui inclut une part de livres gratuits, évidemment. » Quelle part ? Mystère…

Reste que les chiffres de vente sont en progression et plutôt en importante progression, pour les USA, où Apple se félicite d’avoir pris des parts de marché à la concurrence. « En France, on se positionne de toute manière en leader, avec 60 à 70 % de parts de marché, comme nous le font remonter tous les acteurs avec lesquels nous travaillons. »

Et puis, avec des expérimentations comme celle de XO Editions, qui a été le premier éditeur du groupe Editis à oser l’aventure de l’iBookstore, les résultats ne peuvent qu’aller en s’améliorant… (notre actualitté)

Eh bien !

PS de 16h10 :
L’éditeur NumerikLivres nous avait livré en toute transparence, ses propres chiffres, confirmant une certaine tendance : pour le mois de février, les résultats étaient de 69,4 % de ventes réalisées via l’iBookstore.

iBooks 1.2.2 : maintenant, les ebooks améliorés – Actualitté.com


Actualitté.com

iBooks 1.2.2 : maintenant, les ebooks améliorés
Actualitté.com
Apple a fait récemment une mise à jour d'iBooks, le logiciel de lecture de livres numérique et de fichiers PDF pour IOS. La version précédente : iBooks 1.2 permettait d'afficher des images et plus de mots par pages, toutefois elle n'avait pas

et plus encore »

Forum mondial de l’Unesco sur le livre de demain, en juin en Italie

Le livre de demain “et le futur de l’écrit” sera le thème du deuxième forum mondial de l’Unesco sur la culture et les industries culturelles, FOCUS 2011, qui se déroulera du 6 au 8 juin près de Milan et rassemblera quelque 200 spécialistes venus du monde entier.
Ce forum permettra aux participants (auteurs, éditeurs, professionnels des médias, bibliothécaires, sociologues, blogueurs, chercheurs, décideurs politiques et économiques…) de débattre “à un niveau mondial de la révolution numérique et de son impact culturel et économique sur les droits d’auteur et le droit commercial, la chaîne de production et de distribution des livres”, a souligné lundi Milagros del Corral, prédidente du Comité scientifique de FOCUS 2011, lors d’un point de presse. Lire la suite


So_cult’

Periodicals Price Survey 2011: Under Pressure, Times Are Changing

“There’s no way to sugarcoat the impact higher serials prices have on the information marketplace, or the dire state of funding for libraries. Libraries are no longer in a position of having to cut low-use journals in order to make room for high-use ones; instead, they are now being forced to cancel heavily used, even essential subscriptions, much to the dismay of their patrons. The economy still drives any discussion of serials pricing, and it remains a very ugly story.”

Tags:

New 4Humanities Initiative: Humanities, Plain & Simple | 4Humanities

“The Humanities, Plain & Simple is a comprehensive and targeted campaign that calls out to individuals and groups inside and outside of academia to write statements in “plain language” as to why the Humanities matter. How has Humanities-based thinking directly or indirectly altered or innovated strategies, ideas, research, leadership, learning? The statements will be published on the 4Humanities site and/or in mainstream print publications or digital media sites.”

Tags: