Ditch the jargon and back away from those tired slides

There’s nothing worse than sitting through a dry presentation about a new business product or concept. And there’s nothing worse for a presenter than seeing negative reactions to his or her dry presentation broadcast in realtime Twitter streams. But the good news is that presenters and audiences both are realizing there’s an art to presenting, and when it’s done right, even the driest topic can engage an audience.

Nancy DuarteIn a recent interview, Nancy Duarte, author of “slide:ology” and CEO of Duarte Design, talked about bad speaker habits, great presentations, and the importance of storytelling.

People approach their presentations the same way they do a research paper, and they shouldn’t. Presentations should really be about story and about human-to-human connection.

There’s almost this otherworldly ability for a human to connect to another human, and yet that’s all left on the table. We use our slides as a barrier to protect ourselves from having to connect at a human level.

There's a lost opportunity to connect deeply to people. People hide not only behind their slides, but behind their jargon — people stay in their industries for years, and there's this other weird language that develops around their own subject matter, and that makes them unaccessible and not human. They have to break that down. People won't be able to identify if they don't.

For more on business presenting — what we're doing right, and what we're doing wrong — and how not to get banished from the presentation stage, you can view Duarte's entire interview in the following video:

Related:

DIY publishing: getting Amazon and Lulu to co-exist

My new Publishers Weekly column has just gone up, documenting the progress with my DIY short story collection, With a Little Help. This month, I talk about the Baroque process of getting a book listed on both Lulu and Amazon:

Getting the book on Amazon was much harder than I anticipated. At first, I considered selling the book using Lulu’s wholesale channel, which can feed into Amazon. But once both Lulu and Amazon had taken their cut of the book, my net price would have been in nosebleed territory, somewhere in the $20 range. Add to that a $2 royalty for me and the book would be remembered as one of the most expensive short story collections in publishing history.

In order to list on Amazon at a decent price point, I needed fewer wholesale discounts. For me, that meant cutting out Lulu and listing directly on Amazon through CreateSpace, Amazon’s own POD program. But CreateSpace, frankly, is a pain in the ass. First, it refuses to print any book that already has an ISBN somewhere else, a very anticompetitive practice. To overcome this, I had to create an “Amazon edition” of the book with a slightly different cover and some additional text explaining the weird world of POD publishing.

But the fun was just beginning. CreateSpace also has a cumbersome “quality assurance” process that effectively throws away all the advantages of POD. For example, every time I change so much as one character in the setup file, CreateSpace pulls the book out of Amazon. A human being must recheck the book, and then I am notified that I have to order (and pay for) a new proof to be printed and shipped from the U.S. to London. I then have to approve the proof before CreateSpace will notify Amazon that the book is ready to be made available again. It can then take three to five days before the book is actually back for sale on Amazon. Practically speaking, this means that fixing a typo or adding an appendix with new financial information costs about $20 upfront, and takes the book off Amazon’s catalogue for two weeks.

With A Little Help: Hitting My Stride






Polifile, produire des ePub de qualité : bienvenue

“Appuyé sur les technologies du web, Polifile est d’un accès ergonomique et permet de créer des livres numériques valides, pouvant être vendus ou diffusés sur les principales plate-formes mondiales, ou sur les sites des éditeurs. Polifile dispose d’outils de typographie, d’organisation et de relecture. Il permet l’intégration d’images.”

Tags:

Designing For The Future Web – Smashing Magazine

“Designing for the future Web. That’s a big subject. Where do we start when we’re talking about something that isn’t here yet?

In this article, we’ll look at what the future Web might look like and how we can adapt our current skills to this new environment, as well as how to create fluid websites that are built around a consistent core and that adapt to the limitations and features of the device on which they are viewed. We’ll also look at how our conceptual approach to designing websites should evolve: designing from the simplest design upwards, and not from the richest website down.”

Tags:

Les technomades vivent et lisent léger

Nous dirigeons-nous vers une technoculture du prêt, du partage, du streaming ?

Trop d’objets autour de nous, trop de bruit dans notre champ visuel, dans nos agrégateurs, dans nos résultats de recherche, trop de super-butinage (power-browsing), trop consommer, accumuler, remplir, excéder, évaluer, élaguer, se débarrasser, recycler-réduire-réutiliser, ouvrir la fenêtre, pas quinze fenêtres, respirer, relaxer, se vider l’esprit. C’est le printemps et une saison nouvelle qui s’annonce aux teintes discrètes (chromophobes ?) du néominimalisme.

After the bacchanal of post-modernism, the time has again come for neo-minimalism, neo-ascetism, neo-denial and sublime poverty.  (Juhani Pallasmaa, cité dans Wikipedia)

ou encore :

By definition, « neo-minimalists » don’t have an overabundance of things in their lives. But one thing they tend to have more and more of these days is visibility. Recently, The New York Times talked to some people participating in the 100 Thing Challenge about how it has affected their lives; The BBC looked into the « Cult of Less; » and here on Boing Boing, Mark has beengetting down to the nitty-gritty of what the « lifestyle hack » involves. The common thread here is a growing number of people are realizing that our mountains of physical stuff are actually cluttering up more than just our houses. »

Cet extrait provient d’un article publié sur Boing Boing (traduit dans Le Courrier International), dans lequel Sean Bonner explore la dématérialisation ou la décroissance matérielle comme une possibilité issue des technologies actuelles et qui nous permet de reconsidérer nos interactions avec le monde et les autres en favorisant l’expérience plutôt que la consommation. À Toronto, le même auteur a aussi animé une présentation [en] sur le courant des technomades.

L’usage de circonstance par le prêt, le partage, le streaming

D’autres journalistes, comme Ramon Munez d’El Païs ont, dans la même perspective, élaboré l’idée que la propriété est un fardeau et que l’avenir de la consommation de la culture n’est plus lié à la propriété mais à l’usage de circonstance par le prêt, le partage, le streaming :

Après avoir été pendant trois siècles la valeur suprême de la civilisation occidentale, la propriété cesse d’être à la mode. Ne vous y trompez pas : il ne s’agit pas d’un retour du communisme ou d’une vague de ferveur qui nous ramènerait au détachement matériel des premières communautés chrétiennes. Ce sont le capitalisme lui-même, son incitation permanente à consommer et les technologies liées à Internet qui viennent bousculer des habitudes que l’on croyait bien enracinées. À quoi bon posséder des biens, les stocker, les entretenir, les protéger des voleurs, lorsqu’on dispose d’une offre illimitée de produits et de services accessibles en quelques clics ou moyennant la signature d’un contrat de location ?

Si cette tendance ne se limite pas au numérique, c’est sur Internet que la révolution est le plus avancée. Le téléchargement de contenus cède du terrain au streaming [diffusion en continu], c’est-à-dire à la reproduction instantanée de musique et de vidéos sans qu’il soit besoin de les conserver sur le disque dur de l’ordinateur. Des milliers de sites, légaux et illégaux, proposent un catalogue illimité de logiciels, films, morceaux de musique et jeux vidéo. Le succès du site de musique suédois Spotify ou du portail espagnol de séries télévisées Seriesyonkis vient bousculer les habitudes des consommateurs.

YouTube, le célèbre portail de vidéos en ligne de Google, est le symbole de la révolution en marche. Ses chiffres laissent pantois. Sur toutes les vidéos regardées chaque mois aux États-Unis, 43% (14,63 milliards) sont diffusées par YouTube, selon la société d’études de marché comScore. YouTube est suivi de près par Hulu, un site de streaming qui propose gratuitement des films et des séries télévisées. Avec 1,2 milliard de vidéos regardées, Hulu dépasse non seulement des monstres d’Internet comme Yahoo! ou Microsoft, mais aussi les portails de chaînes et de studios comme Viacom, CBS ou Fox.

D’après une étude sur le paysage audiovisuel espagnol réalisée en 2010 pour le compte de l’opérateur Telefónica et de la chaîne de télévision privée Antena, 3, 30% des internautes espagnols déclarent télécharger moins de fichiers, tandis que la moitié d’entre eux assurent que le streaming est leur manière habituelle de consommer des contenus audiovisuels sur Internet. “On constate un essor du streaming depuis au moins le printemps 2009”, assure Felipe Romero, l’un des auteurs de l’étude. “À court terme, les deux méthodes – téléchargement et streaming – vont coexister, mais il est clair que la seconde va prendre de plus en plus d’ampleur.”

Sur le blog Agnostic, May Be, on mentionne également cet article qui témoigne de l’émergence de la culture du partage dans le Time [en] :

[T]he ownership society was rotting from the inside out. Its demise began with Napster. The digitalization of music and the ability to share it made owning CDs superfluous. Then Napsterization spread to nearly all other media, and by 2008 the financial architecture that had been built to support all that ownership — the subprime mortgages and the credit-default swaps — had collapsed on top of us. Ownership hadn’t made the U.S. vital; it had just about ruined the country.

L’étape suivante franchie par le blogueur Andy Woodworth [en] (incidemment élu dans le palmarès 2010 des Shakers and Movers [en])  m’intéresse tout particulièrement. Il fait l’hypothèse qu’en ce moment l’attrait pour les bibliothèques reposerait peut-être moins sur la récession économique que sur l’accroissement du nombre de gens qui préfèrent emprunter plutôt que posséder.

L’émergence de cette culture suggère des possibilités et des tendances sur lesquelles les bibliothèques pourraient largement capitaliser, dit-il. Comment ? Pas seulement en incarnant elles-mêmes les instances équipées pour prêter des documents à partir de leurs collections mais peut-être surtout en se positionnant  comme des facilitateurs, ou des médiateurs, capables de négocier et de supporter les citoyens en vue d’accéder aux ressources disponibles dans la déferlante du web.

Mais la question la plus évidente est la suivante : est-ce que les bibliothèques seront en mesure de profiter de l’apparition de cette société du prêt et du partage ? Elles apparaissent elles-mêmes souvent éreintées par les résistances, trop déboussolées pour servir de guide à qui ce soit, sans vision, sans plan pour penser la culture numérique au-delà de cet effort qui les amène à prononcer et à servir à toutes les sauces, le mot magique de la « bibliothèque numérique ».

Billet initialement publié sur Bibliomancienne

Image Flickr AttributionNoncommercialShare Alike Gubatron et AttributionNoncommercialShare Alike Michael D. Dunn

Lire un article scientifique : critères de choix

C. Tenopir et al., Perceived value of scholarly article, Learned publishing, april 2011, pp. 123-132 Comment les chercheurs sélectionnent-ils les articles qu’ils lisent ? Quels sont les critères qui président leur choix ? L’article propose les résultats d’une enquête menée sur ce thème :  445 réponses de chercheurs, émanant de 12 pays (en majorité d’Amérique du nord) et de disciplines variées  : 28% en sciences sociales, 19% en sciences, 17% santé/médecine et 16% sciences humaines. Il  leur était demandé de classer par ordre d’importance […]

Circulation des savoirs à l’ère numérique – Circulation of knowledge at the Digital Age

“Du 12 au 16 septembre 2011, le Cléo organise sa « deuxième université d’été de l’édition électronique ouverte ». Comme pour la première édition, c’est un ensemble cohérent de conférences, de cours et d’ateliers pratiques qui seront proposés aux participants au cours d’une semaine complète de formation à Marseille sur le campus Saint-Charles de l’Université de Provence. Tous les aspects de l’édition électronique seront abordés. Le développement des supports mobiles de lecture, la recherche de nouveaux modèles économiques pour le libre accès, l’émergence de nouveaux métiers pour l’édition (community manager) et de nouveaux dispositifs de médiation en bibliothèque (learning centers) feront l’objet d’une attention particulière.”

Tags: