Longue vie à Red Lemonade

Richard Nash, ancien dirigeant de Soft Skull Press, vient de lancer Red Lemonade.  Qu’est-ce que Red Limonade ? En quoi ce site se différencie-t-il de tant d’autres sites dédiés aux livres ? Est-ce que Richard Nash a véritablement inventé quelque chose ? Il me semble que oui, et je vais essayer d’expliquer pourquoi.

On trouve des livres sur Red Lemonade, les trois premiers livres publiés aux éditions Red Lemonade. L’un, Zazen de Vanessa Veselka sera également publié en France en septembre aux éditions Zanzibar. Ces trois premiers livres donnent le ton à la communauté, car Red Lemonade est avant tout un outil communautaire. D’autres livres suivront, puisés parmi les manuscrits qu’il est possible de consulter sur la plateforme, mais aussi de commenter, d’annoter et de critiquer. Chacun peut charger son manuscrit, ou le charger chapitre par chapitre.

On peut uploader un manuscrit complet, ou des chapitres d’un manuscrit (cette partie est encore en version beta privée). Chacun des membres de la communauté peut ajouter des commentaires, répondre à un commentaire déjà posté. L’idée de Richard Nash est de faire en sorte que le dispositif ainsi créé permette une nouvelle forme d’édition, confiante dans l’intelligence collective, et qui permette de reproduire en ligne ce qui existe bien souvent dans la vie des auteurs : des influences, des conseils, des rencontres intellectuelles, des références partagées, une dynamique créative. On trouve également sur le site des textes issus de revues littéraires qui ont accepté de collaborer au site, des billets qui guident les commentateurs, expliquant comment écrire des contributions constructives. Il est possible de suivre les membres de la communauté que l’on choisit, on accède ainsi à la liste de leurs écrits, qu’il s’agisse de leurs manuscrits ou des textes qu’ils ont commentés.

Pratiquement tous les ingrédients de ce site existent déjà ailleurs, ce sont ceux de ce que l’on décrit lorsque l’on évoque la «  lecture sociale  » : annotations et commentaires partagés, liens vers les réseaux sociaux. Ce sont ceux que le web 2.0 (comme ça sonne ancien, déjà, cette expression…) a banalisés, avec la possibilité d’uploader un fichier, d’éditer son profil, de modifier un contenu facilement. Ce que je n’avais jamais vu ailleurs, c’est l’agencement de tous ces éléments ensemble et cette notion d’édition contributive, cette confiance faite à l’intelligence et au talent, et la possibilité que ce travail collectif autour du travail initial d’auteurs bien identifiés, auquel chaque texte est rattaché, débouche sur le publication de livres. Qui décide qu’un manuscrit parmi tous les autres sera publié ? L’éditeur qui héberge et anime la plateforme. Pour Red Lemonade, c’est Richard Nash. Comme l’explique un membre de la communauté dans les FAQ, à tout moment Richard Nash peut «  taper sur l’épaule  » de l’un des auteurs qui a chargé son texte sur RL, et lui proposer de le publier. Mais l’auteur ne cède aucun droit en chargeant simplement son manuscrit sur la plateforme, et peut parfaitement, s’il en a l’opportunité, signer avec un autre éditeur.

À celui qui lui demande pourquoi les gens iraient acheter un livre qu’ils peuvent lire gratuitement en ligne, Richard Nash répond ceci :

Nous croyons que si un lecteur est si touché par ce que vous écrivez qu’il a passé quinze heures sur le site à le lire, il y a de bonnes chances qu’il souhaitera l’acheter lorsqu’il sortira en version imprimée. En fait, je dirais même qu’il ne se contentera pas de l’acheter, il dira à ses amis de l’acheter, mourra d’envie de vous rencontrer, et fera toutes sortes de choses qui valent bien plus que le prix d’un livre de poche. Souvenez-vous que la principale chose dont vous avez besoin, en tant qu’auteur, ce n’est pas de l’argent du lecteur, mais de son temps, et pas du temps au rabais, mais du sérieux, de la solitude, de l’attention, qu’il laisse votre voix envahir  son esprit pendant quinze heures ou plus (…) Tout ce qu’il y a à dire, c’est que nous pensons que de donner accès au texte complet de votre œuvre sur ce site augmentera votre audience, améliorera vos chances de publication dans d’autres formats, et augmentera le nombre de livres que vous vendrez dans ces formats.

Avant d’ouvrir Red Lemonade, Richard Nash parlait de son projet qu’il nommait Cursor, et je n’arrivais pas bien à faire le lien entre Cursor et Red Lemonade. La lecture du blog de Richard Nash ne me permettant pas d’éclaircir cette question, je lui ai demandé par mail de m’expliquer. En réalité, Cursor est le nom de la plateforme qui a été créée, et Red Lemonade est le premier éditeur à utiliser cette plateforme. L’idée de Richard Nash est de proposer cette plateforme nommée Cursor, pour permettre à des éditeurs ou à des personnes qui désirent monter une maison d’édition, ou à des gens qui animent déjà des communautés en ligne et qui désirent publier des livres, de se doter d’une plateforme semblable, d’en modifier l’aspect, et de se lancer dans un projet utilisant les mêmes fonctionnalités, mais avec leur propre sensibilité, qui attirera à chaque fois des auteurs différents, et des lecteurs / commentateurs / éditeurs différents. Il est donc possible d’obtenir une licence d’utilisation, et d’ouvrir sa propre plateforme, en utilisant la même technologie que Red Lemonade.

Cette initiative est à suivre de près. Elle est beaucoup plus radicale que celle qui consiste pour un éditeur à publier ses livres en version numérique, ou même à publier des livres directement et exclusivement en numérique. Elle inaugure une nouvelle forme d’exercice de la fonction d’éditeur, qui s’appuie sur ce que le numérique change dans la relation entre auteur et lecteur, qui associe l’expertise des lecteurs contributeurs au processus de sélection des œuvres, un changement qui me semble bien plus fondamental que le changement de support de lecture qui occupe tant les esprits aujourd’hui.

En complément à ce billet, j’ai traduit un texte dans lequel Richard Nash explique les idées qui ont inspiré son projet.

auteurs : cesser de se la jouer Titanic ?

C’est une position que je n’exprime pas ici pour la première fois (voir ici et ici).

Mais, ce soir, la Société des Gens de Lettres en confirme officiellement et solennellement le principe : si vous n’avez pas signé d’avenant spécifique pour la diffusion numérique, et même si votre contrat comporte des clauses d’avenir, vous pouvez en toute légitimité disposer de votre texte et en organiser vous-même la diffusion numérique.

Chers auteurs,

Les négociations menées entre le Syndicat national de l’édition (SNE) et le Conseil permanent des écrivains (CPE) sur les conditions de cession et d’exploitation des droits numériques sont arrivées à leur terme le 4 mars 2011.

Elles portaient sur six points essentiels pour lesquels les demandes des auteurs continuent de constituer les préconisations principales de leurs associations. Les discussions collectives n’ayant pas abouti, c’est à chacun d’entre nous d’être attentif à ces points lors de la signature d’un avenant ou d’un nouveau contrat.

Six mois après l’annonce d’un protocole d’accord sur les livres indisponibles entre Google et Hachette Livre, à l’heure où plusieurs éditeurs réfléchissent à la possibilité de rejoindre cet accord, les propositions d’avenants numériques devraient d’ailleurs se multiplier à partir du mois de juin 2011.

Lorsque la cession des droits numériques n’est pas explicite, notamment en cas de « clauses d’avenir » faisant allusion de manière vague à tout support présent ou à venir, l’auteur reste en effet titulaire de ses droits numériques.

A vous de négocier ces droits numériques au mieux, en fonction des informations et des préconisations de la SGDL que vous trouverez ci-joint en fichier pdf ou bien en ligne sur notre site :

http://www.sgdl.org/les-services/les-contrats/921-le-contrat-numerique

N’hésitez pas à contacter le service juridique pour de plus amples renseignements.

Bien cordialement.

La SGDL

POURQUOI ? Parce que, tout simplement (lire encore récemment déclarations de François Gèze, du SNE, au Salon de Genève, et d’Arnaud Nourry au Pen Club de New York), la position de nos éditeurs papier c’est de faire traîner, gagner du temps – la plupart refusent d’être présents sur la plateforme de vente d’Apple, iTunes, où pourtant la diffusion est considérable, et dans des conditions de respect commercial irréprochable (11 mois que nous y sommes présents avec publie.net), idem pour la diffusion numérique d’Amazon qui commencera en septembre. Ce faisant, c’est nous – les auteurs – qu’ils lèsent : le temps de présence moyen d’un livre en librairie est de 5 semaines, chacun de nous sait parfaitement dans combien de librairies on trouve physiquement nos livres au bout de 2 ans et combien il en sort. La diffusion numérique c’est une accessibilité permanente, une disponibilité immédiate, et la présence de notre travail sur des supports de plus en plus répandus (iPad, téléphones Androïd, liseuses Opus ou Orizon du français Bookeen, et le Kindle déjà présent sur Amazon.fr).

LES AVENANTS ? Si la SGDL prend ce ton solennel et brise ce tabou où on se sentait un peu seuls, c’est que les discussions auteurs-éditeurs de ces derniers mois ont échoué, malgré l’insertion vertueuse dans la loi (d’ailleurs inapplicable, c’en est presque comique) dite Prisunic de cette louable phrase : rémunération juste et équitable. La plupart de mes amis ayant signé un avenant confirment que, à condition qu’on le demande, les éditeurs proposent désormais un pourcentage dans la fourchette 18-23%, donc déjà rien à voir avec les pourcentages papier. Mais si vous ne demandez pas, on vous laissera dans la fourchette papier (11-14%), voire moins.

CONCLUSION : pourquoi laissez-vous dormir vos textes dans vos disques durs ? L’édition numérique, c’est une fabuleuse opportunité de rendre visible votre laboratoire, votre atelier. Vous n’avez strictement rien à perdre. Pas forcément beaucoup d’argent à gagner, mais une respiration qui peut s’avérer vitale pour votre travail – voire, tout simplement, pour préparer votre prochain livre imprimé.

A PUBLIE.NET, nous travaillons sur un principe de coopérative : l’idée de départ (novembre 2007) c’est un partage à 50/50 de la recette nette des téléchargements. Autre point décisif : la lecture depuis abonnement ou bibliothèque. Toutes les pages feuilletées en ligne sont décomptées, pour un reversement aux auteurs (clôture d’exercice 30 juin) de 30% de la recette nette. Combien recevez-vous de vos éditeurs sur des livres parus il y a 2, 4 ou 6 ans ? Combien de vos livres à être passés sous la barre des 50 exemplaires annuels ? Passez-les en numérique…

Notre choix parallèle : ce que nous proposons c’est un service. D’abord, l’editing. Faire un epub c’est complexe. On commence à savoir. C’est une expérimentation à faire maintenant, à mesure que les liseuses et tablettes évoluent. Nous prenons en charge la préparation éditoriale depuis votre fichier texte (ATTENTION : nous ne scannons pas les livres, nous repartons de VOTRE fichier). Ce service n’a rien à voir avec la vente d’un livre : les éditeurs traditionnels adaptent le prix du livre numérique sur le prix du livre papier moins un petit chouïa, c’est une hérésie. Nous proposons nos fichiers multi-formats à 3,49 euros (2,92 HT ou hors UE), ça laisse encore 1,26 euros net à l’auteur, autant que le pourcentage sur un livre papier à 18 euros, si téléchargé directement sur le site, la moitié si le livrel est téléchargé via iTunes ou Fnac, c’est encore autant que sur un livre de poche.

ATTENTION aussi : publie.net c’est un catalogue, donc une cohérence. Nous ne cherchons pas à étendre massivement notre catalogue. Nous nous en tenons à la ligne éditoriale décidée ensemble. Avant de nous proposer un texte, faites le tour des éditeurs 100% numérique et des conditions qu’ils vous proposent. Nous ne publierons que les livres qui coïncident avec notre démarche, mais nous sommes prêts à élargir considérablement notre offre – avec les moyens humains nécessaires.

Le service publie.net : distribués par l’immatériel-fr, nous disposons de la plateforme la plus innovante en France, et par pudeur je ne donne pas les détails par rapport à celles de nos camarades pourtant bien plus considérables de taille. Cela veut dire la diffusion par les librairies en ligne : iTunes, bientôt Amazon, Fnac.com, Bibliosurf, FeedBooks (un autre novateur considérable, achat one clic sur les téléphones Androïd), Bookeen, Fnac.com et par le biais de ePagine.fr la redistribution par une quarantaine de libraires indépendants. C’est parce que ce paysage désormais est mûr et en état de marche, que la lecture numérique se propage à vitesse considérable, qu’il faut franchir le pas.

La seule question : à quoi tenez-vous dans votre travail ? Pour quels textes et quelles étapes de votre travail estimez-vous ce partage, cette respiration, essentielles à rendre disponibles, et les raviver même dans un mode de lecture radicalement différent du livre imprimé, et d’autant plus valorisateur pour le texte ?

DONC le temps est venu : à vous de savoir si oui ou non vous souhaitez que votre travail soit accessible. Et tous les amis qui ne m’envoient même plus d’e-mail par timidité (ou ?), c’est maintenant qu’il faut y aller. On attend vos textes…

L’accès à Internet dans les bibliothèques menacé ?

“La loi Hadopi menace-t-elle l’accès à Internet des bibliothèques ? La Commission nationale de l’informatique et des libertés a indiqué que leur responsabilité pouvait être engagée si un manquement à l’obligation de sécurisation de la connexion est constaté. En pratique, la riposte graduée ne devrait pas aboutir à la déconnexion des bibliothèques…en ce qui concerne la France.”

Tags:

CORPUS

“CORPUS c’est la Coopération des Opérateurs de Recherche Pour un Usage des Sources numériques

CORPUS est une plateforme de coopération pour l’accès aux principaux ensembles documentaires (images, sons, textes) produits en priorité dans le cadre de recherches dans les SHS en général, et notamment en linguistique, psychologie, histoire, archéologie, philosophie, anthropologie, géographie, lettres et arts.

CORPUS est un dispositif de financement, de coopération et de mise en commun de ressources et de savoir-faire par le biais de consortiums labélisés afin d’accompagner et de favoriser les effets d’apprentissage et les synergies pour la constitution et le développement de l’usage des sources numériques par les chercheurs des sciences humaines et sociales.”

Tags:

ISIDORE, de l’interconnexion de données à l’intégration de services

L’inauguration officielle par le CNRS de la plateforme SHS ISIDORE, déjà en ligne en version beta depuis décembre 2010, est l’occasion de rappeler quelques caractéristiques de cette réalisation, en matière de méthodologie de projet, mais surtout de souligner l’ambition de cette infrastructure en matière de connexion de données exprimées en RDF et les perspectives de développement en matière d’intégration de services que l’on peut attendre du Web de données pour les sciences.

Parution de « Cultures du numérique » (Ed. du Seuil)

“« Cultures du numérique » propose un panorama des études francophones sur les usages des technologies de l’information et de la communication. Vingt-trois chercheurs, venant des domaines les plus disparates, ont participé : psychologues, philosophes, médecins, économistes, sociologues, experts de digital humanities et de sciences de la communication.”

Tags:

WordPress for iOS – Big Update: WordPress for iOS 2.8 Available Today! (Isaac Keyet/WordPress for iOS)

Isaac Keyet / WordPress for iOS:
WordPress for iOS  —  Big Update: WordPress for iOS 2.8 Available Today!  —  It's been in the works for about two months, and we hope you agree with us that it was worth the wait.  This is the first app version in a long time where we're actually adding features, previously we've …

Defining the Digital Humanities April 6, 2011

Sean pointed me to a YouTube video from Columbia in which Dan Cohen starts the talk by talking about our Day of Digital Humanities. See Research Without Borders: Defining the Digital Humanities April 6, 2011. Dan talks about definitions for the digital humanities and talks about what they do at their Center for History and New Media.

Dan talks about how he doesn’t think there is anything like “armchair digital humanities”. He argues that you learn about technologies like blogging and twitter by doing.

JISC ITT: Study of Benefits of Open Access to Scholarly Research Outputs to the Voluntary and Community Sectors : JISC

“The JISC invites tenders to conduct a study of the benefits of Open Access (OA) to scholarly research outputs to Voluntary and Community Sectors in the UK.

The aims of the study are:

To present the best evidence available of the benefits of OA to voluntary and community-based organisations.
To quantify, where possible, any financial benefits that have accrued.
To provide case studies of voluntary or community-based organisations which have realised benefits from OA.”

Tags: