Colloque sur l’évaluation des productions scientifiques en SHS, CNRS 09-10 juin 2011

A partir des résultats de l’étude comparative « JournalBase » réalisée de 2008 à 2010, en partenariat avec plusieurs organismes d’information scientifique, le CNRS organise un colloque sur l’évaluation des productions scientifiques en SHS. Il se tiendra les 9 et 10 juin 2011 à Paris.

Ebooks : de l’influence du prix sur la vente

Dan Lubart, directeur de l’agence spécialisée en stratégie informatique Lobyte Solution, présente chaque semaine sur son blog, les résultats de ses enquêtes sur les systèmes de vente en cours chez les détaillants qui font le plus de chiffre, qu’il réalise dans le but d’aider les éditeurs à identifier et comprendre le modèle émergeant.

Car s’il est difficile de se faire une idée de l’état du marché de l’ebook en ce moment. Il est plus difficile encore, pour les éditeurs (non-français), de fixer un prix sur les produits numériques qu’ils proposent.

Après avoir étudié les prix des différents livres numériques disponibles sur Kindle la semaine dernière, Dan Lubart a choisi un livre parmi les bestsellers et a analysé l’évolution de son prix en fonction des ventes au jour le jour, depuis le début de l’année 2011.

Le parcours d’un livre

Il a donc observé que la version numérique d’American Assassin de Vince Flynn publié aux éditions Simon et Schuster, se vendait 12,99 dollars le 1er janvier 2011, lorsque l’étude à commencé.

Progressivement dans le courant du mois, sa popularité a chuté et il est passé du 22eme rang au 53eme dans la liste des meilleures ventes. Suite à quoi le prix a été largement baissé pendant une semaine où le livre s’est vendu 8,99 dollars, afin d’augmenter les ventes.

Cette stratégie a été efficace puisqu’American Assassin est remonté à la 33eme place dans la liste des meilleures ventes et s’est maintenu au dessus de la 40eme position jusqu’à la fin de la promotion, le 17 janvier. Alors, au lieu de retrouver le prix initial, le prix du livre a été fixé à 14,99 dollars et après une brusque chute à la 75e position, les ventes ont repris leur courbe décroissante normale.

Pas cher ? on achète. Cher ? on achète aussi.

Ce que Dan Lubart nous fait remarquer, c’est que le classement du livre à repris sa tendance d’origine après une augmentation des ventes d’une semaine générée par la promotion. Prouvant que si un prix bas motive les ventes, un prix haut ne les démotive pas de façon notable. On peut donc supposer qu’en fixant un prix très élevé dès le début, les ventes d’American Assassin auraient été plus fructueuses.

D’autre part, l’analyse montre que, lorsqu’il était à son prix le plus bas, les ventes du livre étaient stables et non décroissantes. On peut donc supposer que, vendu dès le départ à 8,99 dollars, American Assassin aurait pu maintenir durablement une bonne position dans la liste des meilleures ventes.

En conclusion, pour en tirer le meilleur profit, il faut fixer le prix du livre numérique soit très haut, soit très bas mais éviter les intermédiaires ainsi que les changements de prix à répétition. (via Digital Book World)

L’Union des Photographes veut la mort du Libre – LinuxFr.org

“L’UPP, dit l’Union des Photographes Professionnels, a déclaré la guerre aux photographies Libres de droits. Visiblement, les microstocks mais aussi les licences CC, largement utilisés dans les projets tels que Wikipedia, sont dans leur ligne de mire. Selon le communiqué publié sur le site de l’UPP c’est une une nouvelle structure, nommée L’Association Contre le Libre de Droits qui a été créée lors du dernier congrès.

Le but de cette association est, je cite, de lutter contre l’utilisation d’oeuvres visuelles dites « libres de droits » et contre leur commercialisation à un prix dérisoire. Le danger est plus réel qu’il n’y parait, au Portugal un texte de loi sera bientôt proposé qui interdira purement et simplement le Libre (le logiciel n’est pas impacté).

Parce que le Libre, ce n’est pas que Linux ou l’informatique, mais c’est aussi la musique, la photographie ou l’écriture. Il faut veiller à ce que ce genre d’initiative ne s’étende par en Europe, car le risque d’une interdiction pure et simple des médias Libres est un avenir possible. Si un tel texte de loi voyait le jour en France, même un site tel que LinuxFr.org pourrait être déclaré illégal puisqu’une partie au moins de son contenu est sous licence CC.”

Tags:

Traitement de formules mathématiques en édition électronique

Le titre de ce billet est imprécis à dessein. Il vise à ouvrir la discussion sur deux sujets auxquels nous sommes confrontés dans l’édition électronique de BibNum.

Le premier sujet est la façon dont on peut faire figurer les formules de mathématiques dans une page HTML, si possible dans la même graphie que la page HTML. Par exemple, voir l’onglet analyse de ce dossier BibNum, il n’est pas facile d’harmoniser les formules avec le reste du texte. Certes, existe MathML – mais j’aimerais voir concrètement ce que sont des pages avec du MathML.

Le deuxième sujet (qui m’est plus proche) concerne les formats d’édition avec des formules mathématiques. Les mathématiciens professionnels utilisent LaTex (les physiciens très rarement). Or, dans BibNum, nous avons une mise en forme (vers Verdana + logos en bas de page + divers formats d’intertitres) et des corrections (de forme, ou de fond à proposer à l’auteur) – bref le travail que tout éditeur est en droit et en devoir de faire. C’est pourquoi j’ai longtemps cherché des convertisseurs PDF vers Word – puisque le LaTeX a pour format d’affichage le PDF. Je n’ai trouvé aucun convertisseur qui traite correctement les formules mathématiques (vers MS Equation ou MathType sous Word) – tous ne font que d’horribles pâtés quand ils voient des formules de mathématiques. En revanche, si l’on prend les fichiers de compilation du LaTeX (avant l’affichage en PDF), ce sont des .tex et je viens de trouver un convertisseur TEX vers Word qui a l’air correct pour les formules mathématiques (GrindeQ).

Une remarque complémentaire de l’éditeur électronique que je suis, sur le second sujet. Certains mathématiciens s’offusquent auprès de moi que « l’État » (le ministère qui a le site BibNum en tutelle – encore que les liens soient un peu lâches – on pourrait dire pareil d’un labo de recherche) utilise des formats Word, Microsoft, etc. au détriment des logiciels gratuits. D’abord, je m’identifie assez peu à « l’État » , et travaille avec des outils que je m’achète moi-même. Ensuite, comme me le fait remarquer judicieusement un auteur BibNum (un autre mathématicien), les formats DOC ne sont pas réservés à Microsoft – beaucoup de suites gratuites, telles OpenOffice, utilisent ce format – donc on a quand même le deuxième problème. Toujours suivant ce même auteur, et c’est aussi mon avis, ce qui est scandaleux, c’est que les suites MS Office soient proposées à prix très bas au monde de l’éducation nationale, l’État complétant lui-même la différence par un abondement ! D’un autre côté y a-t-il beaucoup d’entre nous qui se sont réellement mis à travailler avec OpenOffice, sans continuer par paresse à travailler avec MS Office qu’ils ont déjà sur leur ordinateur ?

Autre remarque sur LaTeX et les mathématiciens. C’est évidemment un logiciel magnifique. Mais existe-t-il des éditeurs (au sens humain donné plus haut à ce terme) qui entrent dans le LaTeX de leurs auteurs pour faire les changements de fond et de forme mentionnés plus haut ? S’il en existe, qu’ils se dénoncent ! Je pousse même plus loin mon hypothèse heuristique : certes LaTeX est un logiciel extraordinaire pour gérer les maths (d’où son succès), mais n’est-ce pas aussi un moyen pour son utilisateur d’éviter d’avoir à subir toutes corrections (ou du moins les gérer soi-même en tant qu’auteur) que d’envoyer le PDF produit sous LaTeX ? Manière de dire « Voici mon fichier, à prendre ou à laisser » …Peut-être y a-t-il de cela, aussi, non ?

Les Presses universitaires de Grenoble investissent le numérique

Les Presses universitaires de Grenoble (PUG) souhaitent penser l’ouvrage numérique comme un véritable complément au livre papier et publient leur premier ouvrage avec une édition numérique enrichie : Grenoble, cité internationale, cité d’innovations – rêves et réalités, sous la direction de Daniel Bloch (disponible en librairie dès le 6 juin).

Un site compagnon complète la version papier. Il est accessible par QR codes et/ou adresses internet mentionnés directement dans l’ouvrage et met à la disposition des lecteurs une page de commentaires permettant à ceux qui le souhaitent d’apporter leurs réflexions sur le livre et de poursuivre le débat sur internet.

Une présentation de l’ouvrage sera réalisée par Philippe Frémeaux, éditorialiste au mensuel Alternatives Economiques, le 6 juin à Grenoble (consultez l’encadré dans notre rubrique « événements »).

Les possibilités du numérique ne s’arrêtent pas là ! Les PUG inaugurent une page Facebook : « PUG – Le réseau FLE ». Elle a pour but d’animer une communauté FLE, caractérisée, entre autres, par un grand nombre de blogueurs qui ont pour habitude de surfer et d’échanger sur Internet. L’objectif est de créer une interaction directe entre les utilisateurs des manuels FLE et les auteurs, et de proposer un complément ludique d’apprentissage aux apprenants.

Informations pratiques :

Pour accéder à la page « Facebook – Le réseau FLE » :
– Si vous avez un compte Facebook : tapez « PUG – Le réseau FLE » dans la barre de recherche Facebook
– Si vous n’avez pas de compte Facebook : insérez « PUG – Le réseau FLE » dans le moteur de recherche Google.

Découvrez ainsi de nombreux articles, anecdotes ou encore témoignages d’auteurs et les nouveautés et actualités en rapport avec le département FLE !

Photoshop envahit le monde des tablettes

Adobe dévoile trois nouvelles applications de retouches Photoshop pour l’iPad, et démontre son envie de continuer à investir dans l’univers des tablettes.

Des habitudes d’utilisation de l’iPad

Une enquête a été réalisée par Business Insider sur 855 personnes possédant un iPad (et un iPad 2 pour un peu moins de la moitié). Elle s’est déroulée en deux parties, une première vague de réponses datant de novembre 2010 et la seconde de mai 2011.

Elle démontre encore une fois le succès incontesté de l’iPad, utilisé désormais entre 2 et 5 heures par jour pour plus de 30% des personnes interrogées, ce qui représente une augmentation de 5% par rapport à novembre 2010. De plus, les deux tiers des personnes avouent utiliser de plus en plus leur iPad.

Le périphérique préféré mais pas le plus utilisé

Pourtant, il demeure un périphérique secondaire pour les deux tiers des utilisateurs, qui favorisent toujours les ordinateurs portables ou de bureaux. Toutefois ce chiffre est en augmentation, puisqu’en novembre seulement 30% utilisaient l’iPad comme ordinateur principal, contre 40% aujourd’hui.

34% l’utilisent pour surfer sur le web, ce qui en fait avant tout un navigateur mais ce chiffre est en légère baisse depuis novembre (37%) et semble être compensé par le visionnage de vidéo et les jeux, qui occupent près de 30% des personnes interrogées en mai, contre 21% en novembre. D’ailleurs, si l’on utilise aujourd’hui autant l’iPad que l’ordinateur pour naviguer sur la toile, on utilisait plus facilement l’iPad pour ce faire, il y six mois.

Toutefois, pour ce qui est de l’utilisation personnelle, toutes utilités confondues (internet, traitement de texte, lecture, etc.) l’iPad est désormais le favori pour près de 40%, relativement loin devant l’ordinateur portable (27%), viennent ensuite les smartphones (environ 15%).

Un bon support de lecture

En effet, plus de 70% des possesseurs d’iPad s’en servent pour lire des livres. Ce qui va dans le sens du succès remarqué des applications de lecture (notre actualitté) en particulier l’application iBook, dont le téléchargement à considérablement augmenté depuis novembre.

Enfin, l’enquête prouve que l’iPad connaît un succès supérieur à celui des tablettes Android, puisque seulement 12% des personnes interrogées avait songé à l’éventualité d’acheter un Android au moment d’acquérir leur iPad, parmi ceux-ci, c’est toutefois vers le Xoom de Motorola que l’on se tourne majoritairement.

“Bibliometrics: A New Feature for Institutional Repositories”

Merceur Frederic, Le Gall Morgane, Salaun Annick have self-archived "Bibliometrics: A New Feature for Institutional Repositories" in Archimer.

Here's an excerpt:

In addition to its promotion and conservation objectives, Archimer, Ifremer’s institutional repository, offers a wide range of bibliometric tools described in this document.

As early as the recording stage, numerous automatic operations homogenize the information (author’s name, research body, department…), thus proving the quality of the bibliometric analyses.

Now, Archimer enables, among others, the automatic calculation of several indicators defined by Ifremer and the different ministries in charge in the framework of its four-year contract. It also offers various criteria aimed at analysing its document production (eg. distribution of the value of the journals' impact factors, evolution of the number of quotations in other publications, presentation of international collaborations…).

| Digital Scholarship | Digital Scholarship Publications Overview | Institutional Repository Bibliography |

Share

Mendeley’s research catalog is now wikified! Come help us organize the world’s research.

This week’s update could be the start of something big. At Mendeley, we know that as you read, annotate, share, and organize research documents, your knowledge and expertise is encoded in your collection. Decisions such as what groups a paper belongs in, what tags are meaningful for a paper, and whether or not you’ve read the paper through to the end are all important signals about how important a given paper is and how it’s related to others. Our mission at Mendeley is to help you leverage this latent information to more effectively organize, share, and discover research. Today, we’ve taken an important step in this process by using tags to group related documents and groups together, and we’ve also added a wiki-like page for each tag to describe the concept the tag represents and to link to related concepts. Intrigued?