Google Earth shows marine “landscape of fear” visible from space

In a major step for open access to scientific research, Nature Publishing Group’s free, peer-reviewed Creative-Commons-licensed online journal Scientific Reports has just launched, and its inaugural “edition” contains an article on marine predator-prey behaviour, Landscape of fear visible from space, that uses Google Earth imagery as a primary source of evidence:

A Google Earth image survey of the lagoon habitat at Heron Island within Australia’s Great Barrier Reef revealed distinct halo patterns within algal beds surrounding patch reefs. Ground truth surveys confirmed that, as predicted, algal canopy height increases with distance from reef edges. A grazing assay subsequently demonstrated that herbivore grazing was responsible for this pattern. In conjunction with recent behavioural ecology studies, these findings demonstrate that herbivores’ collective antipredator behavioural patterns can shape vegetation distributions on a scale clearly visible from space.

The accompanied imagery is a screen grab from this location is Google Earth/Maps:


View Larger Map

Animal-created habitat transformations visible from space! That is always cool. (For another recent example, see the world’s largest beaver dam in Canada.)

If you want an easy-to-read version of the results, both Monga Bay and Tree Hugger write up the article. Disappointingly, neither of these news sites manages a link to the original research report on which their story is based — thus missing the entire point of open-access scientific research.


Library E-Book Checkouts Get a Major Boost

The number of people who check out e-books via their local library is still pretty small – less than 15% of people in a recent survey indicated that they turned to libraries for their digital content. In part, it’s been difficult for libraries to offer e-books to their patrons, but as the popularity of the e-books and e-readers has skyrocketed, it’s clear that libraries are keen to find a solution to make e-book lending possible. And an announcement today from the digital content distributor OverDrive is a huge leap toward making that possible.



[from sentinelle] Flammarion aligne le prix avec le poche – Aldus – depuis 2006

A signaler un premier titre paru en version numérique l'année dernière avec la sortie grand format et qui subit une baisse significative de son prix, accompagnant la parution de la version poche. C'est le livre "Mainstream" de Frédéric Martel aux Editions Flammarion qui entre dans la collection Champs avec un prix désormais à 7€ dans sa version numérique. Coup d'essai ou mouvement durable?


http://www.delicious.com Bookmark this on Delicious
– Saved by sentinelle
to



More about this bookmark

Des nains sur des épaules de géants

“Des nains sur des épaules de géants (latin : nanos gigantium humeris insidentes) est une métaphore attribuée à Bernard de Chartres, maître du XIIe siècle, utilisée pour montrer l’importance pour tout homme ayant une ambition intellectuelle de s’appuyer sur les travaux des grands penseurs du passé (les « géants »). Citée par Jean de Salisbury dans son Metalogicon, elle est également utilisée au fil des siècles par divers scientifiques, comme Isaac Newton ou Blaise Pascal.”

Tags:

Ecriture web et dimension juridique

Hier, j’étais invité par l’établissement Livre au Centre à donner une conférence au CCDP de Tours sur le thème « Ecriture web et dimension juridique« , dont voici le support.

Excellente expérience et angle d’attaque très intéressant, pour traiter deux sujets au coeur de mes préoccupations : le droit et l’écriture, ainsi que les rapports qu’ils entretiennent.

En préparant le support, je me suis rendu compte que j’écrivais toujours en gardant en arrière plan les règles applicables à l’acte d’écriture en ligne, et que plutôt que de les vivre comme un carcan, elles avaient fini par devenir une sorte de « contrainte oulipienne », dont on peut jouer et même tirer profit pour créer.

C’est ce que j’ai essayé de faire passer dans cette présentation.

Vous y trouverez un panorama des règles applicables à l’écriture web du droit d’auteur à la liberté d’expression, en passant par des questions comme la dimension collaborative de l’écriture en ligne, l’intégration du multimédia, la propulsion et la dissémination des contenus, la curation.

Mise en abîme en temps réel, l’intevention a été copieusement livetweetée par l’auditoire, avec le hashtag #Juriweb, et la conférence sur l’écriture web s’est instantanément volatilisée en écritures sur le web…

Merci @fbon, @GBoutouillet, @Isamaton, @Cecile_k, @s_caillaud, @livreaucentre pour leurs tweets ! Merci aussi à Lionel Dujol, pour son (remarquable) support « L’écriture web au service de la médiation des contenus« , dont je me suis inspiré pour mon plan.

Avant de vous laisser le support de l’intervention (sous licence CC-BY comme d’habitude), je vous part de la dernière question qui m’a été posée. On me demandait quel espoir j’avais de voir évoluer le système et si le droit serait toujours en retard sur l’évolution technologique et les pratiques.

J’ai répondu qu’il y avait à mon sens deux façons de changer le système : par le bas, en libérant dès l’origine les contenus en les plaçant sous licence libre ou par le haut en changeant la loi. La première option a montré son efficacité, mais elle a aussi ses limites (ex : sur les 5 milliards de photos de Flickr, 190 millions « seulement » sont sous licence Creative Commons). La seconde option, le changement de la loi, paraît improbable, surtout dans le contexte d’un pays comme la France.

Mais en réfléchissant, j’ai conclu en disant qu’après tout, le droit d’auteur avait réussi à s’adapter à un grand nombre d’évolutions technologiques parce que son appareil conceptuel était formulé de manière suffisamment large et abstraite pour épouser le changement. On peut penser ce que l’on veut du droit d’auteur, mais il faut reconnaître que jusqu’à une date récente la loi était remarquablement bien écrite. Les notions d’oeuvre, d’auteur, de reproduction, de représentation ou de contrefaçon ont pu ainsi glisser de l’environnement physique à l’environnement analogique, sans grande difficulté.

Mais pour y poser des interdictions et organiser des monopoles…

Ce qui nous manque, ce sont les mots de l’autorisation, un appareil de concepts permissifs, pensés de manière suffisamment abstraite pour s’adapter aux évolutions et organiser l’ouverture.

Et donc, l’évolution du droit d’auteur dépend avant tout de la capacité, du législateur à savoir réinventer les mots de l’autorisation.

Une question d’écriture, en somme…

Filed under: Formations et ressources pour se former Tagged: écriture, curation, dissémination, droit d’auteur, internet, liberté d’expression, partage, propulsion

“Au Japon, les ventes d’e-books connaissent un succès inégalé”

Le livre numérique continue de gagner des parts de marché et redéfinit le secteur de l’édition. Pour autant il semble que les supports doivent encore être améliorés.

Entretien avec Yasuko Matsui, responsable de Payless, une librairie virtuelle japonaise. Cela, à l'occasion du forum mondial de la culture et des industries culturelles, Focus 2011, organisé par l'UNESCO sur le thème du "Livre de demain".

e-reader

en lire plus

Ce que les bibliothèques peuvent apprendre de LibraryThing / Was Bibliotheken von LibraryThing lernen können par Patrick Danowski

Ce que les bibliothèques peuvent apprendre de LibraryThing

Patrick Danowski

Nous avons beaucoup parlé ces dernières années de l’utilisation de la technologie web 2.0 dans les bibliothèques, mais les progrès sont très lents et les projets qui ont testé ces technologies n’ont pas remporté le succès escompté. Si les bibliothèques ont proposé des possibilités de marquage (tagging) et de recensions, rares sont les lecteurs à en avoir fait usage.

Pourtant ont en même temps apparu des services comme LibraryThing, qui connaissent un très gros succès et sont parvenus à attirer une grande communauté autour d’eux. En quoi diffèrent donc ces projets ? Que font-ils autrement ? Et que pouvons-nous apprendre de ces plates-formes ?

Cette conférence soulèvera quelques points clés sur lesquels nous devrions réfléchir avant d’intégrer une infrastructure interactive à nos services.

Was Bibliotheken von LibraryThing lernen können

In den letzten Jahren haben wir viel über den Nutzen von Web 2.0 Technology in Bibliotheken gesprochen, aber dies geht nur sehr langsam voran und Projekte, in den dies probiert wurde, stellten sich nicht als so erfolgreich heraus, wie sie geplant waren. Wenn Bibliotheken Möglichkeiten zum Tagging und für Reviews angeboten haben, wurde davon nur selten Gebrauch gemacht.

Zur selben Zeit entstanden Dienste wie Library Thing, die sehr erfolgreich wurden und eine große Community um sich versammelten. Aber wo sind die Unterschiede in diesen Projekten? Was machen sie anders? Und was können wir von diesen Diensten lernen?

In diesem Vortrag werden einige Schlüsselpunkte aufgezeigt, über die wir nachdenken sollten, bevor wir eine interaktive Infrastruktur in unsere Dienste integrieren.

Patrick Danoswki

Patrick Danowski est informaticien diplômé et bibliothécaire scientifique. Depuis 2010, il est Senior Expert Information Services à l’Insitute of Science and Technology Austria. Auparavant il a travaillé comme Emerging Technologies Librarian au CERN dans le département du Scientific Information Service ainsi qu’à la Bibliothèque nationale (Staatsbibliothek) de Berlin, où il a notamment collaboré au projet DFG « Intégration fonctionnelle des bases de données ZDB et EZB en vue de développer une plate-forme commune de services usagers ». Il a effectué son stage (Referendariat) à la Zentral- und Landesbibliothek Berlin (Bibliothèque centrale et régionale de Berlin), et a poursuivi sa formation théorique à la faculté des sciences de l’information et des bibliothèques de l’Université Humboldt. Il y a conjointement obtenu le Master of Library and Information Science. Il anime depuis 2006 le blog « Bibliothek 2.0 und mehr » (http://www.bibliothek2null.de) et s’intéresse particulièrement aux ressources en libre accès, spécialement à celles qui ont trait au patrimoine culturel et aux données bibliothécaires, à Wikipedia et aux bibliothèques, à la m-library (services bibliothécaires pour des terminaux mobiles) ainsi qu’au web sémantique.

Patrick Danowski ist Dipl. Informatiker und wissenschaftlicher Bibliothekar  Seit 2010 arbeitet er als Senior Expert Information Services am Insitute of Science and Technology Austria. Zuvor arbeitete er als Emerging Technologies Librarian am CERN im Bereich Scientific Information Service und in der Staatsbibliothek zu Berlin, wo er unter anderem in dem DFG Projekt « Funktionale Integration von ZDB und EZB zur Entwicklung gemeinsamer endnutzerorientierter Dienstleistungen » tätig war. Sein Referendariat hat er an der Zentral- und Landesbibliothek Berlin gemacht, während die theoretische Ausbildung an der Humboldt Universität am Institut für Bibliotheks- und Informationswissenschaften stattfand. Dort hat er gleichzeitig den Master of Library and Information Science erworben. Seit September 2006 betreibt er das Weblog « Bibliothek 2.0 und mehr »(http://www.bibliothek2null.de). Seine Interessenschwerpunkte sind Open Access (insbesondere im Zusammenhang mit dem Kulturellen Erbe und bibliothekarischen Daten), Wikipedia und Bibliotheken, m-library (bibliothekarische Dienste fuer mobile Endgeräte) sowie das Semantic Web.

Liens / Links

Weblog « Bibliothek 2.0 und mehr » http://www.bibliothek2null.de

Intervention dans le cadre du colloque « Dans la toile des médias sociaux / Im Netz der sozialen Medien », 27-28 juin 2011 : inscription et programme