Le financement participatif prend son envol dans le livre aussi

Unbound, une société anglaise, vient de lancer un évenement original mais appelé à se répéter, Unbound Live. Des auteurs présenteront des idées de livre qu’ils aimeraient écrire. Le public choisira quelles propositions lui agréent le plus et les montants qu’il est prêt à promettre à chaque projet. À partir d’un certain montant de promesse, il restera à l’écrivain à écrire et à l’éditeur à éditer.

 

Différentes récompenses en fonction des montants sont proposés aux donateurs. À 10 £, vous avez votre nom dans le livre. À 250 £, vous avez, pour l’essentiel, une invitation pour la soirée de lancement, vous déjeunez avec les auteurs et les fondateurs d’Unbound au restaurant, et vous avez droit à deux exemplaires dédicacés. 

 

Seules 5 500 personnes ont pour l’instant rejoint Unbound, mais en seulement trois mois, ce qui n’est pas négligeable. Un des co-fondateurs, Mitchinson, a l’avantage de bien connaître les circuits du journalisme et de l’édition, car il a travaillé à Waterstone’s dans les années 80 (qui prend l’eau : notre actualitté et notre actualitté) puis à la BBC comme directeur marketing.

 

Mitchinson se réjouit des opportunités qu’offrent le réseau des réseaux « Ce qu’il y a de bien est que vous pouvez parler à des millions de personnes en même temps pour presque rien. Bien plus que de produire de simples textes, vous pouvez construire des mailings-listes et des communautés entière en ligne. Je pense qu’il s’agit d’une excellent nouvelle pour le futur des livres, de la lecture et de l’édition. Mais il faudra innover pour exploiter ces possibilités. »

 
Pour lui, les initiatives telles celles de JK Rowling font monter la pression sur les éditeurs. « Mais c’est ce qui rend la période une des plus intéressantes pour l’édition depuis la fondation de Waterstone’s (NdT : 1982). J’ai vraiment beaucoup de plaisir à faire ce que je fais. »
 

 Le financement partifipatif (en anglais crowdfunding) a déjà été utilisé pour lever des centaines de milliers d’euros, dans le logiciel pour Diaspora via Kickstarter ou dans la musique avec MyMajorCompany par exemple.

(Via PublishingPerspectives)

L’impression à la demande sans frontières

Ingram Content Group, une firme américaine du Tennessee, a conclu un premier partenariat avec Singular Digital, un éditeur et distributeur brésilien qui dispose d’une soixantaine de canaux de vente au Brésil ainsi qu’un service d’impression à la demande.

 
Pour Ingram Content, c’est le premier pas de son programme Global Connect, qui vise à proposer un réseau mondial d’accord avec des entreprises d’impression à la demande. L’intérêt est de pouvoir imprimer les livres là où ils se vendent.

 

Dans un marché sans frontières comme Internet, les livres n’ont pas toujours du succès là où celui-ci est attendu. Pour autant que l’impression à la demande revient moins cher que les frais de transport, autant imprimer là où la demande existe.

 
En passant par un acteur local, Ingram veut permettre à ses clients d’« accéder à de nouveaux canaux de ventes sans les problèmes de douane et d’importation, et sans les frais d’envoi et de stockage. »

 
Ingram espère conclure des accords en Allemagne et au Japon dans l’année qui vient. L’entreprise a mis en place un programme de norme qualité pour standardiser les qualités d’impression, la sécurité et le respect des commandes malgré la diversité des machines et du personnel qui imprimeront.

L’impression à la demande semble à la mode (ainsi, en Allemagne, le sujet intéresse beaucoup, voir notre actualitté sur le sujet). Une bonne idée pour conquérir progressivement de nouveaux marchés ?

(Via PublishersWeekly Voir aussi le communiqué d’Ingram Content Group)

Journée "Edition et publication en Sciences humaines et Sociales : libre, ouverte, équitable, efficace ?" | Laboratoire de Recherche sur le Langage – Université Blaise Pascal

“Quoi de neuf sur le front de l’édition de SHS ? Malgré les apparences, les choses bougent, aussi bien sur le front des technologies que des usages, et même des modèles économiques. C’est non seulement le paysage éditorial qui se recompose, mais aussi les pratiques de lecture et d’écriture des chercheurs sous l’effet du développement des technologies numériques.

La MSH invite les responsables du centre pour l’édition électronique ouverte, Le Cléo (cleo.cnrs.fr ) / Revues.org (revues.org ), afin d’ouvrir un débat avec les acteurs de l’Université Blaise Pascal (UBP) et de l’Université d’Auvergne (UA) impliqués à titre professionnel ou d’usager par l’évolution à court terme des modèles et systèmes d’édition scientifique en SHS. La journée se décline sous forme de présentations-débats, en accès libre.”

Tags: