Nouvelle version 4.0.10 du Kit SPIP CNRS

Pour information, la prochaine version majeure du Kit SPIP CNRS (v5) est en préparation. Elle simplifie la personnalisation du Kit et la gestion du multilinguisme. Les logos des tutelles et les bandeaux images pourront être changés depuis le formulaire de configuration du Kit, sans avoir à se connecter au serveur par FTP. Les mises en pages (actualités et annuaire) pourront être réutilisées dans l’espace privé grâce à l’utilisation du plugin Squelettes par mots clés. La redirection vers les traductions des articles et des rubriques sera prise en charge [2]. Autre amélioration majeure : Un nouveau menu permettant l’affichage mélangé des articles et des rubriques. Ce menu évite de créer systématiquement des sous-rubriques pour faire des liens vers des articles.

Tags:

Shocking! La British Library fait de la pub pour Amazon

Les libraires anglais s’émeuvent que les notices du catalogue de la British Library proposent un lien vers la librairie en ligne Amazon. Johnny De Falbe, copropriétaire de la librairie Sandoe à Londres, formule ainsi son sentiment : “La British Library considère comme acquis que les gens qui cherchent quelque chose sur son catalogue préfèrent faire leurs achats en ligne, chez Amazon, plutôt que d’aller en librairie.”

Pour le porte-parole de la British Library, cette initiative "a pour but de  fournir aux utilisateurs le choix d'une méthode alternative pour accéder à un document si, pour quelque raison, il n'est pas disponible dans les salles de lecture de la bibliothèque." Ce lien vers Amazon était fourni clé sen main avec le logiciel Primo d’Ex Libris.

Lire la suite: British Library attacked for Amazon link. Benedicte Page. The bookseller, 14 octobre 2011
 


Xavier de Jauréguiberry
, CC BY-NC-ND 2.0

Pour aller plus loin :

OpenOffice Is Dying (And IBM Won't Help)

jfruhlinger writes “OpenOffice.org, now separate both from corporate sponsor Oracle and the Document Foundation’s LibreOffice, is in trouble, with its team putting out a dramatic press release detailing the organization’s trouble. One missing player in all this is IBM, who has backed OpenOffice.org in the past. One possible reason for Big Blue’s silence is that it might be a prelude to the killing of Lotus Symphony, its OpenOffice-based suite.”
The Apache Software Foundation, on the other hand, insists OpenOffice.org is not at risk.

Read more of this story at Slashdot.

Le succès de Wikipedia expliqué en cinq leçons

cd

Il y a eu jusqu’à huit projets concurrents tentant d’occuper le créneau des encyclopédies collaboratives. De feu Interpedia en 1993 au toujours vivant Everything 2, aucun n’a pourtant réussi à égaler le succès de Wikipedia, la référence en ligne, avec ses 270 langues et ses bientôt quatre millions d’articles en anglais, et plus d’un million en Français.

Pourquoi Wikipedia a-t-elle si bien réussi là où ses homologues restent – toujours – à la traîne ? C’est la question que s’est posée Benjamin Mako Hill, jeune doctorant au Berkman Center et au MIT. Après de nombreux entretiens et d’enrichissantes lectures, il a exposé les premiers résultats de son travail lors d’une conférence au Berkman Center for Internet and Society d’Harvard University.

Au-delà de la belle et noble idée de l’encyclopédie ouverte à tous en ligne, voilà – selon lui – en cinq points quelques-unes des recettes du succès de Wikipédia :

1. Se sentir en famille

Appliquer le principe de l’encyclopédie sur le Web était déjà porteur des germes du succès, souligne Benjamin Hill, car il jette un pont entre l’œuvre physique et sa réinvention en ligne. Mais cela n’est pas suffisant : encore faut-il réussir à la rendre aussi familière à l’écran qu’elle peut l’être sur une étagère.

C’est dans son design même que Wikipedia a su créer une sorte de pagination neutre, où tout le monde se retrouve : des cadres simples et épurés et une palette de couleur blanche-grise ont su rendre le projet tout de suite familier et accessible.

2. Privilégier les contenus avant les prouesses techniques

Toujours dans cette volonté d’accessibilité, Wikipedia n’a pas cherché à réinventer le développement web :

« De tous les projets que j’ai analysé, Wikipedia est le seul à ne pas avoir construit sa propre technologie » pointe le chercheur.

Un bon contre-exemple à GNUpedia qui malgré ses innovations en matière de développement, a rencontré moins de succès au niveau de la rédaction des articles. Alors que le point-clé est vraiment de mobiliser une communauté active autour de soi.

3. Deux fondateurs prosélytes

Libérés d’une image de techniciens de l’Internet, les deux fondateurs de Wikipedia ont pu se concentrer sur la mobilisation de cette fameuse communauté de « Wikipediens ». Jimmy Wales et Larry Sanger ont ainsi pu agir comme de vrais « évangélistes », selon le doctorant. Là où d’autres projets sur Internet doivent leurs succès à leurs prouesses techniques, concentrer toutes ses forces dans la séduction et le rassemblement de nombreux contributeurs a été l’une des clés du succès de Wikipedia.

4. Limiter au maximum les barrières à la contribution

Peut-être l’avez-vous déjà constaté par vous-même : contribuer sur Wikipedia est assez facile, rapide et demande peu d’engagement. Il n’est même pas obligatoire de fournir une adresse mail pour se créer un compte.  Au point que les micro-contributeurs sont nombreux :

« Vous pouvez arriver, opérer une petite modification et ne jamais contribuer à nouveau. […] Wikipedia se nourrit de ces contributions marginales » explique Benjamin Hill.

5. Une encyclopédie « sans auteurs »

C’est peut-être le point sur lequel Wikipedia reçoit le plus de critiques, notamment de la part du monde universitaire. Et pourtant, c’est aussi son meilleur atout : son organisation « sans auteurs ». Alors oui, on ne sait pas qui se cache derrière les articles, et cela peut s’avérer problématique, en particulier sur des sujets sensibles, susceptibles de beaucoup évoluer.

Mais l’absence de signature permet d'éviter le poids de la réputation des auteurs et surtout de ne pas décourager toutes les petites mains de l’encyclopédie, avides d’apporter leur pierre à l’édifice, sans pour autant avoir à se mettre en avant.

Pour aller plus loin :

> Visuels :

[Billet édité le 18 octobre 2011, suite au commentaire de « Léna »]

Almost Wikipedia: What Eight Collaborative Encyclopedia Projects Reveal About Mechanisms of Collective Action

Tuesday, October 11, 12:30 pm
Berkman
Center, 23 Everett
Street, second floor

This event has reached capacity; it will be webcast
live
at 12:30 pm ET and archived on our site shortly after.

From Benjamin Mako Hill:

I’m going to present some preliminary findings from a qualitative, inductive, case-study based analysis of 8 early projects to create online collaborative encyclopedias. It’s quite likely that the only project in my dataset that you’ve heard of is Wikipedia. I’m am still finishing interviews but I’m hoping I can use feedback from the group to help frame the work going forward.

My initial results are based on data from 8 projects — the full population — in the form of interviews of the projects’ founders and extensive archival data. My findings are a set of propositions focused on suggesting why Wikipedia succeeded in attracting contributors while the other projects did so less effectively. In a follow-up project, I’m hoping to test these in a quantitative dataset I’ve been building.

The project is part of a larger research project that attempts to use failure cases to understand why some attempts at online collective action are successful while most never take off.

About Benjamin Mako Hill

Benjamin Mako Hill is an scholar, activist, and consultant working on
issues of technology and society. He is currently a researcher and PhD
Candidate in a joint program between the MIT Sloan School of Management
and the MIT Media Lab, a fellow at the Berkman Center for Internet and
Society, and a Research Fellow at the MIT Center for Future Civic Media.
His research focuses on social scientific analyses of social structure
in free culture and free software communities. He has been an leader,
developer, and contributor to the Free and Open Source Software
community for more than a decade as part of the Debian and Ubuntu
projects. He is the author of several best-selling technical books, and a
member of the Free Software Foundation board of directors. He is an
advisor to the Wikimedia Foundation and the One Laptop per Child
project. Hill has a Masters degree from the MIT Media Lab.

Links

Le SUDOC accessible sur mobile

La version mobile du catalogue Sudoc (Système universitaire de documentation) est désormais disponible à l’adresse suivante : http://m.sudoc.fr/
Elle est issue d’une coopération entre l’ABES et l’Université numérique Paris Ile-de-France (UNPIdF). Cette application a été développée dans le cadre du programme UnivMobile qui offre divers services aux étudiants lorsqu’ils se connectent avec leur téléphone portable sur le portail de leur université :
– l’application GéoCampus  pour s’orienter physiquement dans les locaux de l’université,
– des podcasts pédagogiques,
– une connexion directe à leur ENT (environnement numérique de travail), qui comprend un accès à leur messagerie, à leur dossier administratif, aux résultats d’examens, etc.).

A cela s’ajoute donc l’accès aux 10 millions de notices bibliographiques du Sudoc, catalogue collectif français réalisé par les bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche.
L’ABES (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur)  précise sur son site : « Cette première version ne vise pas à proposer l’intégralité des services et des fonctionnalités actuellement disponibles dans la version classique du catalogue, mais propose une offre adaptée à une consultation de courte durée. »

Pour en savoir plus : Bibliothèques : le catalogue du SUDOC disponible sur mobile, ID BOOX, 9 octobre 2011.
smartphone UnivMobile
Portail UnivMobile

Pour aller plus loin :