[Proposition] Revaloriser les diplômes infos (mais pas que)

Ceux qui font du recrutement pourront vous le confirmer : le niveau des diplômes dans l’informatique a descendu drastiquement ces 10 dernières années alors que c’est un métier qui se complexifie. Les écoles accordent des diplômes à des gens qui n’en ont certainement pas le niveau, la qualité des cours est affolante, les stages de plus en plus courts…

Bref, nous sommes en train de tuer dans l’oeuf une réelle force ; la France pourrait être un acteur majeur du numérique, mais dans les nouveaux diplômés seuls les autodidactes aujourd’hui arrivent à tirer leur épingle du jeu. Sans rentrer dans le détail des programmes, il y a aujourd’hui des aberrations sur les contenus, sans parler de certains profs qui viennent vous enseigner un métier qu’ils n’ont jamais pratiqué (vécu).

De manière très concrète, voici quelques propositions que j’aimerais discuter avec vous :
Supprimer l’article 30 de la loi du 24 novembre 2009 qui impose une rémunération aux stagiaires dès 2 mois (au lieu de 3 précédemment). Ce seuil a dévasté les stages dans le milieu informatique, où 2 mois sont trop courts pour qu’un stagiaire soit productif, alors qu’il passera un mois à s’acclimater aux outils + le temps passé par le personnel pour l’accompagner/le former. Résultat net : seules les grosses entreprises se permettent le luxe de prendre des stagiaires, et souvent ceux-ci se retrouvent à faire du WordPress à la chaîne sans aucun accompagnement. Et bien sûr, s’ils ne sont pas productifs, ils sont virés. Ce n’est pas tout à fait l’idée que j’ai d’un stage, qui doit normalement être une période de découverte et un complément à la formation. Le stagiaire ne touche pas de salaire, mais l’entreprise ne facture pas non plus le temps passé (donnant-donnant). Sans compter que la moitié du boulot fait par les stagiaires part à la poubelle…
Développer un maximum le travail en alternance, qui a un coût moindre pour l’état, confronte les étudiants de manière directe à la réalité professionnelle (et permet à ceux qui se sont trompés de filière de s’en rendre compte plus tôt), leur donne un salaire (autonomie, plus besoin de bourses, lutte contre la précarité des étudiants), implique les entreprises dans le processus. Bref, je suis un fervent défenseur de l’alternance vous l’aurez compris, j’ai connu les deux (BTS en formation continue + licence en alternance), je ne regrette absolument pas le détour. Surtout, peut-être est-ce que les écoles se rendront enfin compte qu’elles sont -un peu- à l’ouest… Il serait bon de donner un objectif chiffré, je manque de données là dessus, mais si la moitié des BTS pouvaient être faits de cette manière je ne dirais pas non.
Valoriser immédiatement et de manière très importante le niveau technique de ces formations. Pour l’anecdote, j’ai failli jeter l’éponge en BTS de lassitude devant un rythme mou et un contenu faible. Résultat net : là où je suis (petite PME de 5 personnes), nous ne prenons plus de jeunes diplômés, car il faut TOUT leur apprendre. Ah, et pour info, on passait plus de temps en éco-droit qu’à programmer. Ce qui est gênant pour une formation à spécialité « développement ».
Mesure plus générale, mais qui serait intéressante à mon avis : peut-être serait-il judicieux d’informer les collégiens/lycéens sur le marché de l’emploi dans les villes environnantes ? Montrer les secteurs forts, là où il y a de la demande, là où c’est saturé… Le but n’est pas de les forcer mais de rendre l’orientation un peu plus concrète que des fiches emploi généralistes (qui ne prennent pas compte des disparités géographiques).

Voilà, ce n’est pas exhaustif, mais ça me tient à coeur car je suis un amoureux de mon métier et ça me navre de voir les nouvelles générations de développeurs qui arrivent sur le marché de l’emploi et à qui on a fait croire qu’ils pourraient s’en sortir. Je leur souhaite du courage…

Tags:

Piratage de Lucia Etxebarria : le monde littéraire espagnol s’agite

Arrêter la littérature parce que l’inspiration vous a quitté se conçoit. Mais être contrainte de poser son stylo parce que le piratage de ses livres dépasse les ventes en librairie… Lucia Etxebarria a surpris son lectorat en annonçant sa décision d’arrêter d’écrire : « C’est aussi simple que ça : je ne peux pas écrire un autre roman parce que je dois manger pour vivre. »
 
Indépendamment de la controverse qu’a suscitée l’auteure, la Coalición de Creadores s’en est emparée pour sensibiliser en Espagne à la menace du piratage. Qui aurait gagné plus de 10 points entre janvier 2010 et 2011. Une nouvelle bataille pour les créateurs, qui agite maintenant le monde pacifique des romanciers ? 
 

Tags:

Ebook et TVA : les éditeurs revoient les prix à la baisse

ePagine, la société française spécialisée dans les services aux éditeurs en matière d’ebooks, a pris la température auprès des éditeurs concernant la réduction de la TVA sur le livre numérique (de 19,6 à 7 %). On savait déjà que Gallimard avait décidé de ne pas attendre le 1er janvier pour revoir le prix de ses ebooks.
 

 
D’autres maisons ont suivi le mouvement et ont déjà pratiqué une baisse du prix de leurs livres numériques. Il en ainsi de Joëlle Losfeld (avec des versions numérique désormais 30 % moins chères que les versions imprimées) mais aussi de P.O.L. dont les prix passent de 12,99 € à 3,99 € (c’est une baisse assez remarquable) ainsi que Ginko dont les titres ne dépasseront pas 9,99 € avec la moitié du catalogue à 4,49 €.
 
Certains éditeurs ont fait savoir qu’ils baisseraient les prix de leurs ebooks à partir du 1er janvier. En l’occurrence, il s’agit de Denoël et Mercure de France qui proposeront en 2012 des ebooks 30 % moins chèrs que leurs équivalent imprimés.
 
Notons que certains, comme Au diable vauvert, Liana Levi et les Editions de la branche n’envisageraient pas pour l’instant de baisser le prix de leurs livres numériques. Pour certains, cela se comprend, attendu que leur politique tarifaire était déjà revue à la baisse.
 
Dans le cas d’un autre acteur comme Bragelonne, dont l’offre numérique est saluée comme l’une des plus pertinentes à ce jour pour un éditeur non pure-player, la non-répercussion des 14,1 % a été annoncée, mais également revendiquée. En même temps, quand on a des tarifs déjà particulièrement  bien conçus, il est assez compréhensible de garder la marge de la TVA, pour la reverser aux auteurs, comme nous l’avait suggéré l’éditeur.

Tags:

Scenius: La scène géniale (par Martin Lessard)

Une écologie des idées demande un ensemble d’acteurs, pas seulement quelques génies. Pour qu’émergent des « génies », il doit d’abord y avoir un écosystème fertile rempli de joueurs de talents. Un génial acteur ne peut apparaître seul: il a besoin de supports, de collègues, de lieux, d’investisseurs, de facilitateurs, chacun étant un petit génie dans son domaine, pour permettre à un « grand » d’émerger et de passer à l’histoire.Brian Eno propose le terme « scenius » (contraction de genius et scene) pour décrire ce qui rend un lieu (spatio-temporel) si fertile pour ses joueurs. Il dit qu’il serait même plus pertinent de voir le tout comme un « scène génial » (scenius) plutôt que de tenter d’expliquer les succès sous forme de « grands génies » sortis de la cuisse de Jupiter.

Brian Eno (2009) : I was an art student and, like all art students, I was encouraged to believe that there were a few great figures like Picasso and Kandinsky, Rembrandt and Giotto and so on who sort-of appeared out of nowhere and produced artistic revolution. 
As I looked at art more and more, I discovered that that wasn’t really a true picture.What really happened was that there was sometimes very fertile scenes involving lots and lots of people – some of them artists, some of them collectors, some of them curators, thinkers, theorists, people who were fashionable and knew what the hip things were – all sorts of people who created a kind of ecology of talent. And out of that ecology arose some wonderful work. 
The period that I was particularly interested in, ’round about the Russian revolution, shows this extremely well. So I thought that originally those few individuals who’d survived in history – in the sort-of “Great Man” theory of history – they were called “geniuses”. But what I thought was interesting was the fact that they all came out of a scene that was very fertile and very intelligent. 
So I came up with this word “scenius” – and scenius is the intelligence of a whole… operation or group of people. And I think that’s a more useful way to think about culture, actually. I think that – let’s forget the idea of “genius” for a little while, let’s think about the whole ecology of ideas that give rise to good new thoughts and good new work. (source)

Internet permet de connecter la scène des idées à Montréal et au Québec en général. Pour qu’un bon blogueur soit reconnu, il lui faut un bon public. Webcom, Yulbiz, La maison Notman, Alliance Internet, tous les camps, ont besoin d’un écosystème pour rayonner. 
Il n’y a pas d’initiative isolée. La scène doit être géniale pour qu’émergent des acteurs géniaux.
Scenius St-Hyacinthe
J’encourage ces temps-ci la création d’un Yulbiz à St-Hyacinthe. Le premier travail consiste à faire prendre conscience aux acteurs du coin qu’un certain talent numérique se trouve dans cette région. Un Yulbiz est une rencontre qui permet d’envoyer ce signal à tous les acteurs de la région que localement un écosystème peut se mettre en place. 
Et cet écosystème mettera en relation des acteurs de talents qui sauront émerger pour créer un scenius distinct (ou complémentaire) de Montréal, comme il existe déjà à Québec et se forme à Trois-Rivières (et probablement ailleurs aussi au Québec)
Un travail qui demande patience et persévérance. 
Un de mes clients de la région, l’Hôtel des Seigneurs, se veut un rassembleur. Il organise un Yulbiz en début 2012 (date à déterminer). Étant au fait que les réseaux sociaux représente une opportunité, il n’hésite pas à provoquer l’émergence d’une scène locale pour qu’elle prenne conscience de son existence (au lieu d’être éclipsée par Montréal, Sherbrooke et Trois-Rivière.)
Et chaque joueur a ensuite intérêt de voir cette scenius se développer près de chez eux.

Tags:

Dryad is an international repository of data underlying peer-reviewed articles in the basic and applied biosciences

Dryad is an international repository of data underlying peer-reviewed articles in the basic and applied biosciences. Dryad enables scientists to validate published findings, explore new analysis methodologies, repurpose data for research questions unanticipated by the original authors, and perform synthetic studies. Dryad is governed by a consortium of journals that collaboratively promote data archiving and ensure the sustainability of the repository.

Tags:

Quand les cigarettiers détournent la science

C’est un cas d’école de toute beauté. Avec trois collègues de l’université de Californie à San Francisco, Stanton Glantz, professeur de médecine et chercheur au Center for Tobacco Control Research and Education, offre, dans la livraison du 20 décembre de la revue PLoS Medicine, un superbe exemple de corruption et de manipulation de la science. Les quatre scientifiques ont voulu vérifier par eux-mêmes les conclusions d’un programme de recherche mené par le cigarettier Philip Morris dédouanant de tout effet nocif les additifs ajoutés au tabac.

Tags:

Google Books désormais accessible Offline

 » We’ve all been there: the Internet is suddenly down, and you can’t keep on reading your ebook to see what the character decides to do next. Or you’re about to head to the airport and want to be able to dive into a newly-purchased ebook during a long flight. »

Tags:

Open Access: there is something wrong!

« If 89% of researchers positively recognise the benefits of OA journals but only 8% of them publish in OA journals, there is something wrong.

OA is an alternative model but it has also created new barriers: the so called “author pays” logic (stressed by 39% of the surveyed researchers). It’s worth working on that in the next few years. »

Tags: