Olivier Andrieu (Abondance.com) : « Google Panda : il faudra davantage trier le contenu à référencer »

L’expert en référencement Internet commente les premiers effets liés à l’implémentation du “filtre moteur” Google Panda qui divise la communauté des professionnels Internet.

Anti-trust : Apple et 5 éditeurs auraient créé un “cartel du livre électronique”

Aux Etats-unis, Apple et 5 maisons d’édition se retrouvent accusés d’avoir conspiré contre Amazon, pour l’obliger à augmenter le prix de vente de ses e-books. Au détriment des consommateurs.

Photoshop envahit le monde des tablettes

Adobe dévoile trois nouvelles applications de retouches Photoshop pour l’iPad, et démontre son envie de continuer à investir dans l’univers des tablettes.

La FNAC s’inspire de Barnes&Noble, bar numérique et FnacBook 2 à venir

Alors que la FNAC propose depuis seulement une semaine une mise à jour logicielle de son premier reader, les rumeurs au sujet de la prochaine génération d’appareil se font de plus en plus insistantes. Dernière information en date, un entretien entre le magazine Actualitté et Marie-Pierre Sangouard, directrice du Livre à la Fnac au sujet de l’ebook. Plutôt que de chercher un modèle inédit, la FNAC regarde ce qui se fait ailleurs et notamment chez Barnes&Noble aux Etats-Unis. En effet, le libraire américain est un exemple de réussite, avec 20% des parts de marché sur les readers, numéro 2 derrière Amazon.

Nook area at Barnes&Noble

Ainsi, l’“agitateur de curiosité” va installer prochainement des bars numériques dans ses magasins, un lieu d’échange et de découverte de la lecture numérique. Cela n’est pas sans rappeler les Nook Area en photo ci-dessus. Pour s’y rendre, il faudra attendre le mois de septembre ou d’octobre, date de leur mise en place. Enfin, la FNAC présentera dans cette même période le FnacBook 2, la nouvelle tablette de lecture de l’enseigne. D’après Marie-Pierre Sangouard, l’évolution devrait être de taille, notamment avec un possible abandon de l’écran en papier électronique, même si aujourd’hui rien ne semble décidé. « Nous pensons évidemment à ce type d’innovation, que représente le NookColor, mais il m’est impossible de vous dire, pour le moment, si nous proposerons un produit similaire, ni même si travaillerons sous Android, avec notre prochain FnacBook. » précise-t-elle au journal.

Pourtant, les récents mouvements d’Amazon et de Barnes&Noble en direction des écosystèmes Android laisse penser que la FNAC pourrait faire de même. En effet, l’entreprise gagnerait à disposer d’un appareil multimédia capable de s’approvisionner sur ses boutiques numériques aussi bien en ebook qu’en musique ou vidéo… puis des applications. Après tout, il ne serait pas surprenant que les produits culturels de demain soient des applications… A suivre.

USA : les ventes de livres électroniques explosent

L’association des éditeurs américains vient de rendre public les derniers chiffres concernant les ventes de livres électroniques aux Etats Unis. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le marché de la lecture numérique outre-Atlantique se porte bien. Les ventes ont en effet progressé de 115,8% entre janvier 2010 et janvier 2011 avec un chiffre d’affaire mensuel passant de 32,4  à 69,9 millions de dollars.

Alors que les ventes globales de livres aux Etats Unis pour le mois de janvier s’élevaient à 805,7 millions de dollars, le segment du livre numérique est en passe de franchir la barre des 10% de parts de marché. Une progression vertigineuse qui tend à montrer que les efforts réalisés par Amazon, Google, Apple, Barnes & Noble et les éditeurs américains sont en train de porter le fruit. La démocratisation du livre électronique aux Etats Unis ne fait que commencer, mais elle a le mérite de déjà exister…

R&D : Google et le CNRS mutualisent leurs ressources

Dans le cadre de son plan d’investissement en France, concernant notamment la R&D, Google va financer des équipes travaillant au sein de laboratoires d’informatique du CNRS dans le domaine de l’optimisation.

Une mise à jour majeure pour iBooks

On l’attendait depuis plusieurs semaines, c’est désormais chose faite. Apple vient de réaliser une mise à jour importante de son application iBooks. Estampillée 1.2, cette nouvelle version apporte plusieurs améliorations bienvenues telles que la gestion des collections (PDF, Livres + Collections Personnalisées) ou le support d’AirPrint pour l’impression de documents PDF.

Côté visuel, on observera qu’Apple a également revu la texture et la couleur du bois de la bibliothèque, désormais plus claire, plus légère, pour faire davantage ressortir les livres posés sur les étagères.

Les principales nouveautés d’iBooks 1.2

  • Profitez de livres illustrés, allant des livres d’images pour enfants à de magnifiques livres d’art, disponibles dans l’iBookstore.
  • Rangez vos livres et PDF dans des collections personnelles. Balayez l’écran vers la gauche ou la droite pour passer d’une collection à l’autre.
  • Servez-vous de la fonction AirPrint pour imprimer des documents PDF et des notes que vous avez prises dans iBooks.
  • iBooks permet désormais l’affichage de plus de mots par page grâce à la fonction de coupure de mot automatique, disponible uniquement sur les appareils équipés d’iOS 4.2 ou ultérieur.

Partager cet article :

Twitter
Facebook
Identi.ca
Digg
del.icio.us
Wikio
Netvibes
email
Print
PDF

Le processus de design de l’application iPad du Washington Post

Sarah Sampsel, directrice adjointe du département digital du Washington Post, évoque dans plusieurs billets publiés sur son blog la démarche de design pour l’application iPad du journal. Elle y résume ses questionnements de départ : comment aborder le design d’une interface pour un terminal dont les standards et principes n’ont pas été encore fixés ? […]

InDesign vers l’iPad et l’ePub : Adobe donne des détails

Sur son blog, Adobe vient d’apporter un certain nombre de précisions à propos de la publication vers l’iPad (et autres tablettes) de documents mis en page dans InDesign.
La solution complète comprendra trois parties, l’une existante partiellement, les deux autres à venir. Depuis la CS5, InDesign comprend plusieurs outils “interactifs”, permettant (entre autre) d’intégrer des vidéos, des diaporamas et des boutons de navigation. Ces différentes fonctionnalités ne nécessitent aucune forme de programmation. L’inconvénient est que le résultat obtenu n’est actuellement exportable qu’en Flash. A la fin de l’été, une mise à jour du logiciel (ou un plug-in, Adobe ne précise pas) permettra d’exporter les documents InDesign interactifs vers la deuxième partie de la solution : Digital Content Bundler, une sorte d’intégrateur.

Digital Content Bundler (littéralement un “paquet de contenu digital”) est une sorte de mini système de gestion de flux éditorial (du type Woodwing ou Quark Publishing System), mais très simplifié. Il permet de formater le document interactif : méta-données pour l’indexation (fondamentale pour l’édition numérique), gestion du chemin de fer et, enfin, exportation vers l’iPad dans un nouveau format : “.issue” (rappelons que “issue” signifie “numéro” en français, dans le sens d’une publication périodique : le numéro de juillet de Wired, “the July issue of Wired” par exemple).

La dernière partie sera en fait un “player” (logiciel de lecture qui permet la consultation d’un type de document : vidéo, PDF, musique, image, etc.) Digital Content Viewer, qui permettra de consulter les documents au format “.issue”. Adobe ne précise pas s’il aura des fonctions de “gestion de bibliothèque” (comme le logiciel de lecture vidéo VLC par exemple) pour les anciens numéros. L’aspect le plus important de cette annonce est l’arrivée d’un nouveau format de document, le “.issue”. En attendant d’avoir plus de détails nous pouvons nous poser quelques questions.

Tout d’abord, pourquoi Adobe n’essaye-t-il pas d’adapter les fichiers PDF pour qu’ils soient lisibles sur iPad et autres tablettes en exploitant toutes leurs possibilités ? Le format PDF est capable de gérer de la vidéo, d’avoir des boutons, d’intégrer de la 3D, etc. Alors quand on sait que l’éditeur a bataillé pendant plusieurs années avant de réussir à l’imposer aussi bien auprès du grand public que des professionnels (de la chaîne graphique par exemple), nous nous demandons pourquoi Adobe n’essaie pas de développer les fonctions interactives de ce format pour les rendre plus performantes. A moins que la structure du format PDF n’ai atteint ses limites ?

Et si une de ses principales limites est qu’il n’est pas réellement “reformatable” comme l’ePub (permettant ainsi d’adapter la mise en page du texte sur des écrans 3,5″ aussi bien que sur des écrans de 10″), il serait surprenant que le format “.issue” le soit. D’autre part, quelle sera la nature de ce format “.issue” ? Sera-t-il un dérivé enrichi du PDF, de l’ePub (ce dernier ayant déjà pour cœur un autre format, le xHTML), voir même du format de base d’InDesign (INDD) ou un nouveau format inconnu ?

Et sera-t-il lisible sur d’autres supports que les tablettes ? Cette vidéo le laisse supposer, via Adobe Air qu’Adobe essaie de promouvoir depuis quelques temps. Et dans ce cas, à quel point pourrait-il être un concurrent du format SWF (généré par le logiciel Flash d’Adobe) ? Ce qui signifierait que Digital Content Viewer serait porté sur iOS (le système d’exploitation de l’iPad), sur MacOS et sur Windows…

Ensuite, si les outils paraissent assez simple pour les graphistes et les non-développeurs, ils n’auront certainement pas (du moins dans un premier temps) la puissance d’un développement spécifique avec du code. Solution qui permet une totale liberté et une puissance de de navigation interactive inégalée mais à un prix bien supérieur. Le format “issue” sera-t-il le bon compromis entre capacité de navigation interactive et coût réduit ?

Enfin, nous avions mentionné l’un des possible (mais conséquent) inconvénients de la publication numérique avec InDesign : être obligé de créer plusieurs fois le même document, une par destination. Sauf bonne surprise, les précisions apportées vont, malheureusement, dans ce sens : un document InDesign pour la version imprimée, un document InDesign vers le format .issue pour les tablettes, un document InDesign pour l’ePub à destination des livres électroniques, des smartphones et des tablettes (mais alors avec une interactivité et un contenu très limités pour l’instant, même s’il commence à être possible d’intégrer de la vidéo) et jusqu’à trois document InDesign pour le format PDF (un par taille de document…) !

Mais, quelque part, cette quête du Graal de la publication (un seul document lisibible sur tous les supports électroniques – née avec le Web et le HTML) n’est-elle pas vaine ? Jusqu’à présent, un éditeur doit souvent réaliser plusieurs documents informatiques pour chacune des éditions papiers d’un même ouvrage…

Ces questions purement techniques s’ajoutent aux très nombreuses interrogations que se posent les auteurs, les éditeurs et les différents acteurs de la chaîne du livre et que nous relayons régulièrement. Les mois qui viennent devraient enfin voir des solutions de publication concrètes et économiquement viables émergées…

Partager cet article :

Twitter
Facebook
Digg
del.icio.us
Wikio
Netvibes
email
Print
PDF