De InDesign à l’iPad : les nouvelles solutions de publication


eBouquin participait mardi soir à la première réunion du Paris InDesign User Group (groupe d’utilisateur d’InDesign de Paris). Cette session était consacrée aux fonctions de publication plurimedias à partir d’InDesign, le logiciel professionnel de mise en page d’Adobe. Quelques informations et réflexions par rapport à ce qui a été dit et montré sur InDesign et sur l’actualité récente de l’iPad.

Tout d’abord l’iPad. Comme il est possible de le constater en lisant la presse spécialisée (abandon des projets de Microsoft et de HP – sans doute jugés pas assez compétitifs par rapport à l’appareil d’Apple –, portage de la solution de lecture d’Amazon sur l’iPad, adaptations plus ou moins réussie de journaux et de livres, portages d’applications iPhone, etc.), l’iPad est pris très au sérieux par les différents acteurs technologiques et éditoriaux. Et Adobe fait partie de ces entreprises qui ont compris le potentiel offert par la tablette. Ses équipes sont en train d’adapter certains de leurs logiciels pour qu’ils puissent publier des documents lisibles sur l’iPad (rappelons que pour différentes raisons, Apple refuse l’implémentation du plug-in Flash sur ses appareils mobiles). Comme d’autres, l’éditeur de San Jose a compris combien les possibilités de navigation offertes par la tablette allait changer notre rapport à l’outil informatique (l’un des principaux animateurs de la soirée, Branislav Milic, parlait d’une “immersion complète” pendant la navigation, ce que ne permettent ni les interfaces – clavier, souris, écran non tactile – d’un ordinateur, ni les dimensions trop réduites de l’iPhone).

D’autre part, Adobe a compris que l’avenir de la publication papier était de plus en plus compromis (même s’ils ne l’expriment pas aussi directement). Chaque nouvelle version d’InDesign apporte de nouvelles fonctions de publication vers l’écran. S’il était déjà possible de générer des PDF interactifs (donc exploitable avec plus ou moins de facilité sur un livre électronique en fonction de son écran, tactile ou non), des pages HTML, des données XML, de l’ePub depuis la CS3, InDesign CS5 permet de transformer facilement un document destiné à l’impression en document Flash ! A chaque nouvelle version, InDesign se positionne un peu plus comme un logiciel de mise en page multi-supports plutôt que comme un “simple” logiciel de mise en page “papier”.

Enfin deux produits, plus ou moins concurrents ont récemment été présentés en France : Woodwing Entreprise de Woodwing mardi soir donc et PressDisplay de NewspaperDirect lors du forum ePaperWorld à La Villette. Dans les deux cas, l’objectif est de générer un document lisible sur l’iPad avec une “expérience utilisateur enrichie”.

Woodwing Entreprise (réservé à une gestion de flux multi-supports à grosse échelle, de par son prix envisagé et la richesse de l’outil) est un système de gestion éditoriale, dans lequel InDesign n’est qu’une brique. Le système est centré sur la gestion du contenu (articles, photos, vidéos, fichier audio, etc.) qui peut être adapté et diffusé, via InDesign pour la mise en page, vers un document imprimé, un site Web, un smartphone, une tablette iPad, etc. L’exemple d’adaptation le plus connu est celui du Time Magazine.

Tandis que PressDisplay est un système de kiosque à journaux très amélioré, qui intervient (sans InDesign) à la post-publication des titres. Il permet de s’abonner à la lecture des journaux avec qui NewspaperDirect à passé un accord (1500 environ). Il est alors possible d’y accéder n’importe ou dans le monde depuis de nombreux appareils (ordinateur, smartphone, tablette, livre élecronique, etc.) avec un accès Internet, bien sur.

Pour l’iPad, une fois le journal téléchargé sur son ordinateur, une moulinette analyse le contenu et enrichie le fichier : surlignage des titres, affichage des articles dans une fenêtre déroulante optimisée, création d’une table des matières interactives, etc. De nombreuses fonctions permettent d’accéder à l’information : filtres thématiques, recherches avec mots-clés, alertes emails, etc.

Avec le succès de l’iPad (aux Etats-Unis pour l’instant), les éditeurs de presse ont la possibilité de renouveler complètement la notion de “journal” ou de magazine, aussi bien dans le contenant que dans le contenu (lire ce que nous en disions à propos de Vanity Fair). Les outils de production (logiciel, plateforme en ligne, système de gestion de contenu, etc.) et les formules vont certainement se multiplier : un “journal-application” à télécharger à chaque nouveau numéro (comme les CD-Roms culturels des années 90 mais plus facilement accessible et beaucoup plus interactif – un logiciel comme Director pourrait retrouver toute sa raison d’être), une web-application (ce que semble permettre le HTML5) une application de lecture (à ne télécharger qu’une fois) et un contenu séparé, une application indépendante pour chaque article, une application thématique qui génère “mon journal” en récupérant les articles de différents journaux (comme un agrégateur de flux RSS mais en recomposant les différents articles), etc. Les possibilités ne manquent pas et nous ne manquerons pas de vous signaler les plus intéressantes.

Partager cet article :

Twitter
Facebook
Digg
del.icio.us
Wikio
Netvibes
email
Print
PDF

France : Le livre numérique ne fait pas recette… pour l’instant

lapremierenuit-marclevy
Que se passe-t-il lorsqu’un auteur vedette sort un livre aux Etats-Unis? Certains éditeurs se posent la question suivante : est-ce que la version numérique ne va pas venir cannibaliser les ventes de la version papier? Réflexion propre à la période de transition dans laquelle nous nous trouvons, un tel débat n’a pas encore lieu en France.

Si l’existence d’un marché du livre électronique aux Etats-Unis est une chose indéniable, la situation est bien différente en France. La sortie simultanée en papier et en numérique du dernier roman de Marc Levy, La première nuit, tiré à 400 000 exemplaires, n’a pas rencontré le succès en numérique. En effet, le Nouvel Observateur a annoncé dans ses colonnes que la version numérique de l’écrivain français s’est vendue à… 140 exemplaires ! Par rapport à l’opération médiatique engagée pour la promotion du livre, le résultat est décevant.

Comment peut-on expliquer ce chiffre? Plusieurs éléments peuvent l’expliquer et confirme le fait que le marché français du livre électronique est encore à bâtir. Tout d’abord, la faiblesse du parc existant de readers. En effet, le nombre de readers epapers en circulation en France est assez limité. Aucun chiffres officiels existent mais on peut estimer le parc actuel entre 20 000 et 30 000 appareils, toutes marques confondues. Alors que le marché américain atteint presque les deux millions d’unités après un dernier trimestre de ventes historiques, le marché français n’est pas arrivé à maturité. On peut aussi déplorer l’existence d’un “reader star” comme le Kindle qui a réussi, aux Etats-Unis, à attirer l’attention des médias sur la lecture numérique, comme l’avait fait l’iPod à son époque.

Deux autres éléments sont aussi reconnus comme limitant le développement du marché français : le prix des ebooks et les DRM. Quoiqu’on en dise, les prix sont encore trop élevés. Il est difficile de faire comprendre au consommateur d’acheter un livre numérique à un prix plus proche de livre papier que des prix numériques qui ont été atteints sur d’autres produits culturels comme la musique et la vidéo. La pérennité d’un ebook n’est pas aussi sûre que celle d’un livre papier. L’existence de DRM est un obstacle complémentaire. Comme s’assurer qu’un fichier ePub protégés par des DRM Adobe sera lisible dans quelques années? On passera également sur le fait que l’utilisateur néophyte devra lire quelques pages d’instructions d’utilisations pour comprendre comme installer un ebook sur son reader. Et cela sans même envisager les conditions d’utilisations du fichier qui surprendrait plus d’une association de consommateurs.

Paradoxalement, les plateformes intégrées, comme celles d’Amazon ou de Barnes&Noble, semblent plus simples d’utilisation pour le consommateur. Chaque ebook est lisible sur les appareils compatibles avec la plateforme, l’achat étant mémorisé par les serveurs de l’entreprise, qui vous donnera accès à votre ebook même si vous l’avez effacé par mégarde de votre appareil. Les DRM individuels s’évanouissent dans la plateforme globale. Bien entendu, ces plateformes ont aussi leurs inconvénients. La bibliothèque de chaque lecteur semble à la merci du fournisseur, tant sur le plan de la suppression à distance des données que sur celui de la mémorisation des pratiques de lectures avec une visée commerciale.

L’émergence d’un marché autour de la lecture numérique est dans l’ère du temps et inévitable. En revanche, la question du chemin à suivre pour arriver à construire un modèle durable, tant sur le point de vue culturel que sur le point de vue économique, demeure encore sans réponse.

Partager cet article :

Digg
Twitter
Facebook
RSS
del.icio.us
Wikio FR
Wikio
Google Bookmarks
Mixx
Scoopeo
Print

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search