Amazon censure certains livres érotiques

“D’autres auteurs, Jess C. Scott, Esmeralda Green, et Frances Gaines Bennett, ont vu leurs livres qui traitaient d’inceste également disparaître des rayonnages d’Amazon. Pire encore, les livres ont été supprimés des Kindles de leurs acheteurs, à l’image de ce qui s’était déjà passé avec 1984 (lire Kindle : Amazon efface des livres à distance).

Une des lectrices a contacté le service clientèle d’Amazon pour se faire rembourser le livre désormais disparu, pour se voir reprocher par son interlocuteur la “gravité” de ses lectures, qu’elle avait osé acheter auprès d’Amazon…”

Tags:

Amazon refait le coup d’Orwell et vide totalement le Kindle d’une cliente, sans explication #fail #kindle

” “nous avons découvert que votre compte est lié directement à un autre qui a été précédemment fermé pour violation de nos politiques”, et de lui rappeler que le contrat d’utilisation d’Amazon l’autorise à supprimer un compte et des contenus “à sa seule discrétion”. Elle n’a jamais pu obtenir le nom du compte qui aurait été lié au siens, ni la ou les clauses contractuelles qui aurai(en)t été violée(s). 

“Nous vous souhaitons bonne chance pour trouver un meilleur commerçant capable de répondre à vos besoins et ne nous pourrons pas vous fournir d’autres explications ou actions sur ces sujets”, a fini par répondre un cadre d’Amazon. (via Numérama).”

Tags:

Amazon améliore son format (propriétaire) pour les ebooks : Kindle Format 8

We’re pleased to announce that Kindle Publisher Tools – KindleGen and Kindle Previewer with Kindle Format 8 (KF8) support are now available for download. Kindle Format 8 is Amazon’s next generation file format offering a wide range of new features and enhancements – including HTML5 and CSS3 support that publishers can use to create all types of books. KF8 adds over 150 new formatting capabilities, including drop caps, numbered lists, fixed layouts, nested tables, callouts, sidebars and Scalable Vector Graphics – opening up more opportunities to create Kindle books that readers will love. Kindle Fire is the first Kindle device to support KF8 – in the coming months KF8 will be rolled out to our latest generation Kindle e-ink devices as well as our free Kindle reading apps.

Tags:

« C’est la nature même des livres qui est en train de changer »

Contrairement à ce qu’on aurait pu passer, le Graal de la numérisation des livres ne repose pas sur le fait de rendre disponible tous les livres qui ont été édités par le passé, comme nous le laissait penser le projet de numérisation de Google. Le passage par le numérique consiste avant tout à faire naître de nouvelles formes de livres. La numérisation ne consiste pas à redonner naissance à des formes anciennes, mais avant tout à faire naître et se multiplier des formes nouvelles – même si celles-ci ne sont pas forcément particulièrement innovantes.

Le numérique, en proposant une nouvelle place de marché et de nouvelles formes de distribution, plus accessibles à de nouveaux entrants et moins coûteuses que le livre traditionnel, propose de renouveler considérablement le marché du livre. Si le livre traditionnel (“homothétique” comme le décrivait le rapport Zelnik) est parfois encore hésitant à se rendre au numérique, ce n’est pas le cas de nouvelles formes, qui proviennent d’autres acteurs que les acteurs de l’édition traditionnelle.

Certes, ces nouvelles formes ne dominent pas encore les ventes, même si parfois elles s’immiscent dans les classements des meilleures ventes au format numérique. Mais elles se disséminent déjà dans tous les tuyaux de diffusion, faisant apparaître de nouveaux contenus et aussi bien sûr, de nouveaux auteurs. Nous avions déjà souligné le boom de l’auto-édition et de l’édition personnalisée… Il faut lui ajouter, le boom de l’édition purement numérique et ses nouvelles formes : des formes courtes le plus souvent, vendues à des prix inférieurs à ceux du livre de poche, mais finalement très adaptées à ces nouvelles places de marchés. Aux Etats-Unis ces nouveaux entrants s’appellent par exemple Atavist ou Byliner. En France on pense à Publie.net, à Walrus Studio, à NumerikLivre… (voire la liste des pures players recensés par Lorenzo Socavo, même si il s’y mêle un peu tout…).

Comme le rappelle le New York Times, ce sont aujourd’hui des groupes de presse qui font leur entrée sur ce marché et viennent vendre eux-mêmes des livres au format électronique, qu’ils soient des compilations d’articles par auteur ou sujet, des nouvelles ou de brefs essais (le New York Times avec Open Secrets ; le Huffinghton Post avec How we won ou Great Recession, utilisant les services de BookBrever ; mais c’est également ABC News, Politico, le New Yorker, le Boston Globe ou encore Vanity Fair qui s’essayent à ce marché…). En France, Owni a lancé les siens. InternetActu.net s’apprête également à s’y lancer en partenariat avec Publie.net dans le cadre de la collection Washing Machine que je dirigerais… Et je suis persuadé que bien d’autres acteurs de la presse traditionnelle ou pure players vont suivre à mesure que les supports seront accessibles et que les ventes de livres numériques vont commencer à frémir.

Les Single d’Amazon jouent un rôle central dans cette stratégie (voir les conditions du Label Single expliquées par eBouquin.fr) en offrant une place de marché structurée pour ces formats courts, avec des partenariats prestigieux, comme les TEDbooks. L’iBookstore d’Apple vient de lancer quant-à lui les Quick Reads annonce eBouquin. On peut supposer que bien d’autres partenaires seront demain intéressés à proposer leurs contenus sous ces nouveaux formats, à la recherche d’un potentiel nouveau marché ou cherchant juste à rendre leurs contenus accessibles à d’autres formes de lecture électronique que la lecture en ligne… Cours en ligne, somme d’articles de blogs, varia de papiers de recherche, fan fictions… : les agrégats imaginables sont multiples.

Comme le dit Jon Meacham éditeur chez Random House et à Newsweek : “Nous pensons que la nature du livre est en train de changer. La ligne de séparation entre les articles et les livres devient toujours plus ténue.”
Le numérique brouille les questions. Ce n’est pas tant la numérisation du patrimoine qui est en jeu, que la recherche, pour bien des acteurs, de nouveaux modèles économiques et d’accès. L’arrivée des supports et des plateformes permettent d’envisager à de nouveaux entrants d’accéder à la vente unitaire…

Je ne suis pas sûr qu’elle rapporte beaucoup d’argent à tous ces acteurs, notamment pour beaucoup par manque de stratégie. Mais je suis convaincu que l’essentiel de l’explosion des volumes du livre au format numérique ne sera pas le fait du livre “homothétique”, mais bien de l’arrivée de nouveaux livres. De livres “spam”, comme le dénonçait Virginie Clayssen avec raison, mais d’abord et avant tout de nouvelles formes de livres, qui n’ont pas le papier pour origine ni comme but ultime. Cela signe surtout l’arrivée de nouveaux auteurs et de nouveaux contenus dans des formes de plus en plus nativement ou exclusivement numériques.

A nouveau, ce qu’annonce le numérique, ce n’est pas la disparition de la culture livresque, mais bien son explosion.

Anti-trust : Apple et 5 éditeurs auraient créé un “cartel du livre électronique”

Aux Etats-unis, Apple et 5 maisons d’édition se retrouvent accusés d’avoir conspiré contre Amazon, pour l’obliger à augmenter le prix de vente de ses e-books. Au détriment des consommateurs.

Kindle : Amazon prépare son équipe européenne

Doucement, mais sûrement, Amazon se prépare à débarquer massivement sur le Vieux Continent. Ces derniers mois, deux têtes de pont ont été établies : en août, le nouveau Kindle était mis en vente sur Amazon.co.uk tandis l’Allemagne a reçu ses premiers exemplaires il y a quelques semaines. Le choix de ces deux marchés n’est pas étonnant. En effet, il s’agit aujourd’hui des marchés européens les plus dynamiques pour le livre numérique. Autre avantage du Royaume-Uni, un catalogue quasiment commun avec celui d’Amazon.com.

Tout cela n’est que la première étape. D’ici la fin de l’année, la firme de Seattle sera présente sur plusieurs nouveaux marchés, notamment l’Italie, l’Espagne ainsi que la France. Mais pour répondre à la demande et aux nouveaux débouchés, qui d’ici quelques années devraient être équivalents au marché américain, Amazon doit reconstruire un management identique à celui qui existe aux Etats-Unis. Le récent flot d’offres d’emploi mises en ligne sur le site d’Amazon viennent confirmer ce mouvement.

Le coeur du dispositif européen du Kindle sera basé au Luxembourg, comme le reste des activités numériques de la firme. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 18 offres d’emplois concernant le reader d’Amazon qui sont proposées. Les postes brossent plusieurs domaines, du management au déploiement technique du reader tout en passant par la négociations de contrats de distribution (pour l’Espagne et l’Italie). Une solide expérience est requise pour chaque poste tout comme un pratique parfaite de l’anglais. La société ne fait pas les choses à moitié et cela reflète l’importance de son investissement en Europe. On est bien loin des efforts déployés par Apple pour l’iBookstore dont l’équipe reste réduite.

Est-ce que l’importance de ce recrutement permettra un dialogue apaisé avec les éditeurs, avec une bonne capacité d’écoute de leurs besoins et leurs attentes? Cette large équipe n’ayant pas encore été recrutée, nous ne pouvons pas en être sûr. Les éditeurs ont aussi leur rôle, et des intérêts à défendre, dans les négociations qui vont être menées. Jusqu’à aujourd’hui, les premiers contacts entre Amazon et le monde de l’édition ont été organisés par le staff américain qui n’a pas manqué de rencontrer quelques difficultés avec ses interlocuteurs. La constitution d’une équipe européenne dédiée devrait palier à ce problème…

Luxembourg (Luxembourg)

Irlande (Cork)

L’Irlande va accueillir la direction du service après-vente d’Amazon. Comme la plupart des sociétés d’électroniques (Apple, Dell etc.), Cork est la ville de prédilection pour installer un service clientèle. Le Kindle ne déroge pas à la règle et un poste de manager est à pourvoir pour organiser ce futur service.

Royaume-Uni (Slough)

Amazon continue son expansion au Royaume-Uni. Après avoir connu un vif succès lors des fêtes de fin d’année, la firme de Seattle cherche à consolider sa position de leader sur son premier marché européen. Mais visiblement, Amazon veut améliorer ses contacts avec les éditeurs locaux en recrutant une nouvelle personne pour cette mission. Ce poste vient compléter l’équipe britannique déjà en place depuis quelques mois.

France (Paris)

Le stade de la rumeur a été dépassé depuis plusieurs semaines et c’est avec certitude que l’on peut dire que le Kindle va arriver dans nos contrées, d’ici la fin de l’année. Actuellement, Amazon France recherche trois personnes qui prendront le relais des équipes américaines pour s’occuper des négociations des contrats de distribution avec les éditeurs. Particularité française, l’ensemble de ces postes seront basés dans les locaux parisiens d’Amazon et non pas au Luxembourg (comme pour le personnel en charge de l’Espagne ou de l’Italie). Enfin, une dernière offre propre à la France a attiré notre regard. Amazon recherche également un ingénieur logiciel qui s’occupera du Kindle. On peut penser qu’il sera en charge dans un premier temps de la localisation de l’appareil. Un vrai privilège pour le marché français, là où les utilisateurs allemands doivent aujourd’hui se contenter d’un Kindle avec une interface en anglais…

Japon (Tokyo)

Enfin, Amazon semble aussi s’intéresser de près au marché japonais. A la grande surprise de l’entreprise, les utilisateurs japonais ont été attentifs à la sortie du Kindle 3. Très utilisé par les amateurs de mangas en raison de son écran E-Ink Pearl à fort contraste, l’aspect un peu rustique du produit n’a pas empêché les ventes. Du coup, la firme de Seattle se prépare à investir de manière plus organisée ce grand pays de l’électronique. A la clef, une offre d’emploi de “Kindle Book Evangelist”. Rien que pour le titre sur sa carte de visite, cela vaut le coup ! ;-)

Si le Kindle fonctionne dans une centaine de pays depuis bientôt plus d’un an, Amazon se prépare à amorcer la deuxième étape de sa stratégie. En ligne de mire, le marché européen avec des zones clefs bien définies, comme le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et la France. Pour chacun de ces pays, une petite équipe d’environ cinq personnes va préparer le lancement local du Kindle, épaulée par une solide équipe européenne. On ne peut que constater l’ampleur des moyens mis en oeuvre autour du Kindle, ce qui vient confirmer le poids considérable que pèse désormais le terminal de lecture dans les comptes de la firme. Amazon prépare donc un déploiement massif qui devrait modifier durablement le marché européen. Un effort qui sera sûrement renforcé par la sortie d’un nouveau Kindle et/ou d’une très attendue tablette. La vague Amazon ne passera pas inaperçue.

[from sentinelle] Amazon multiplie les annonces concernant les ebooks

Amazon n'a jamais autant annoncé de nouveautés que ces dernières semaines. Il semble très clair que la marque accélère. Beaucoup de choses sont en cours et en préparation chez le n°1 mondial de l'ebook.

Depuis un peu plus d'une semaine, les annonces s'enchaînent chez Amazon, au point qu'on ne parle plus que de la marque Américaine lorsqu'on parle ebooks. Mais au vu des news qui tombent en ce moment, c'est plutôt justifié. Manifestement, Amazon a préparé beaucoup de choses ces derniers temps, et cherche manifestement à conforter sa position de leader du marché.


http://www.delicious.com Bookmark this on Delicious
– Saved by sentinelle
to




More about this bookmark

DIY publishing: getting Amazon and Lulu to co-exist

My new Publishers Weekly column has just gone up, documenting the progress with my DIY short story collection, With a Little Help. This month, I talk about the Baroque process of getting a book listed on both Lulu and Amazon:

Getting the book on Amazon was much harder than I anticipated. At first, I considered selling the book using Lulu’s wholesale channel, which can feed into Amazon. But once both Lulu and Amazon had taken their cut of the book, my net price would have been in nosebleed territory, somewhere in the $20 range. Add to that a $2 royalty for me and the book would be remembered as one of the most expensive short story collections in publishing history.

In order to list on Amazon at a decent price point, I needed fewer wholesale discounts. For me, that meant cutting out Lulu and listing directly on Amazon through CreateSpace, Amazon’s own POD program. But CreateSpace, frankly, is a pain in the ass. First, it refuses to print any book that already has an ISBN somewhere else, a very anticompetitive practice. To overcome this, I had to create an “Amazon edition” of the book with a slightly different cover and some additional text explaining the weird world of POD publishing.

But the fun was just beginning. CreateSpace also has a cumbersome “quality assurance” process that effectively throws away all the advantages of POD. For example, every time I change so much as one character in the setup file, CreateSpace pulls the book out of Amazon. A human being must recheck the book, and then I am notified that I have to order (and pay for) a new proof to be printed and shipped from the U.S. to London. I then have to approve the proof before CreateSpace will notify Amazon that the book is ready to be made available again. It can then take three to five days before the book is actually back for sale on Amazon. Practically speaking, this means that fixing a typo or adding an appendix with new financial information costs about $20 upfront, and takes the book off Amazon’s catalogue for two weeks.

With A Little Help: Hitting My Stride