""Est-ce que, par l’annonce de ce Nobel, notre qualité de la recherche s’est radicalement améliorée d’un coup, entre 11 heures et 11 h 30 ? Evidemment non."

Un Nobel, ça vaut combien de places dans le classement de Shanghaï ? Alain Beretz, président de l’université de Strasbourg, fait un calcul au doigt mouillé : “Peut-être vingt ou trente…” Lundi 3 octobre, l’un de ses professeurs, Jules Hoffmann, directeur de recherche émérite au CNRS, a décroché le prix Nobel de médecine. Cette distinction pourrait permettre à l’université de Strasbourg de monter dans le top 100 de Shanghaï. Mais M. Beretz garde la tête froide. “Est-ce que, par l’annonce de ce Nobel, notre qualité de la recherche s’est radicalement améliorée d’un coup, entre 11 heures et 11 h 30 ? Evidemment non.”

C’est toute l’ambiguïté de ces classements. Décriés, mais redoutés, ils font aujourd’hui loi dans le paysage mondialisé de l’enseignement supérieur. Dans la foulée de Shanghaï, créé en 2003 par l’université Jiao-Tong, d’autres classements ont éclos. Le Times Higher Education (THE), par exemple, dont l’édition 2011 sort le 6 octobre. L’université de Leiden (Pays-Bas) a le sien, le Financial Times ou Die Zeit également.

“Les classements ne sont pas une maladie, mais le symptôme de l’importance de l’enseignement supérieur dans le monde actuel”, souligne Richard Yelland, de l’Organisation pour la coopération économique et le développement (OCDE). Là est sans doute leur principale utilité. Le supérieur est un enjeu de carrière pour les étudiants (qui seront 200 millions en 2015, prévoit-on). Pour les Etats, il représente un enjeu de compétitivité économique (en tant qu’incubateur d’innovations) et d’attractivité (comme pépinière de l’élite à venir).

Dans cet environnement mouvant et foisonnant, les classements paraissent d’utiles boussoles. Par leur brutalité mathématique, ils ont en effet le mérite de simplifier le paysage à outrance.

“Les responsables politiques ont trouvé là un thermomètre parfaitement adapté à la nature des choix qu’ils devaient opérer”, souligne Ghislaine Filliatreau, directrice de l’Observatoire des sciences et des techniques, qui conçoit et produit des indicateurs sur la recherche.

Certes, dit-elle, la prise de conscience avait déjà débuté. Avec le processus de Bologne, l’unification du système d’enseignement supérieur européen est en marche depuis 1999. Avec la Stratégie de Lisbonne (2000), l’Union avait projeter de devenir “l’économie de connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde”.Les classements n’en ont pas moins servi de révélateurs. “La bataille mondiale de l’intelligence a commencé et le fameux classement de Shanghaï, aussi critiquable soit-il, le montre sans discussion possible”, déclarait Valérie Pécresse, alors ministre de l’enseignement supérieur, en 2007.

“Beaucoup de gouvernements ont réagi très fortement aux performances de leurs universités dans les classements, constate Ellen Hazelkorn, professeur au Dublin Institute of Technology et auteur d’un livre sur les classements. Partout dans le monde, ils sont obsédés par l’idée de créer des universités de rang mondial.”Restructuration, investissement, développement… Le supérieur est en chantier.

Une évolution somme toute banale, estime Richard Yelland : “Après cinquante ans d’expansion, une certaine rationalisation était inévitable. Il n’y a pas que les classements.””Shanghaï nous a permis de nous secouer, reconnaît Laurent Wauquiez, actuel ministre de l’enseignement supérieur. Mais il ne faut pas sombrer dans le fétichisme. Ces classement sont utiles mais on ne peut réduire notre politique à une obsession de gagner des places dans Shanghaï.” Le ministre a tout de même demandé à Jiao-Tong de faire une simulation de classement en intégrant les pôles de recherche et d’enseignement supérieur (qui unient les universités sur un territoire). “Les résultats sont extraordinaires, s’est-il enthousiasmé peu après. Quatre regroupements pourraient intégrés directement le Top 50.”

L’impact des classements est à la fois “positif et pervers”, analyse Ellen Hazelkorn : “Les gouvernements restructurent l’enseignement supérieur afin de le rendre plus élitiste et conforme aux critères des classements. De ce fait, il devient plus inégalitaire.”

Tags:

Revues qui comptent, revues qu’on compte :produire des classements en économie et gestion

“Cet article présente une sociologie des classifications de revues en économie et gestion. S’appuyant sur un vaste ensemble de sources documentaires et d’entretiens complémentaires, il étudie la trajectoire du classement de revues de la section 37 du CNRS, depuis ses prémisses de 2001 jusqu’à sa version actuelle, et documente quatre principales étapes de fabrication et de transformation. Ce classement est d’abord conçu comme un outil de justice sociale pour les candidats et les laboratoires, fondé sur une expertise largement externe à la section 37. Il devient ensuite une catégorisation raisonnée, solidifiée par l’examen en comité restreint d’arguments partageables afin de résister à la comparaison avec d’autres classements. Puis, l’AERES l’érige en un instrument de comptage et d’évaluation, sur la base d’un contenu presque identique au précédent, mais dont l’usage convenable est radicalement transformé. Il est enfin une partie d’une liste de revues beaucoup plus longue servant seulement au calcul du taux de « produisants en recherche et valorisation ». Chacune des classifications produites est systématiquement accompagnée de clauses de révision ou d’actualisation : elles sont d’emblée définies comme provisoires, sujettes à certaines formes de critique, et donc ontologiquement instables. Elles sont donc soumises à un cycle publication/usages/révisions quasi-continu, proposant de nouvelles frontières et normes d’exercice professionnel.”

Tags:

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search