La schizophrénie des éditeurs franchouillards

“Les Anglo-saxons savent qu’on ne peut pous­ser deux mes­sages à la fois. Ils ont choisi le plus impor­tant. En France, il faut croire que l’éditeur passe avant l’auteur. Certes ils s’affichent en plus petit, mais tou­jours à une place de choix. En plus de limi­ter les pos­si­bi­li­tés gra­phiques, ce qui peut-être explique la médio­crité de nos cou­ver­tures, cette pra­tique résume le pen­chant nar­cis­sique de notre indus­trie du livre. « Nous d’abord. » La ren­contre entre un texte et un lec­teur n’est pas leur priorité.”

Tags: