La mondialisation de la recherche > Qu’est-ce qu’un livre ? Grandeurs et misères de la numérisation – Roger Chartier – Collège de France

Qu’est-ce qu’un livre ? Grandeurs et misères de la numérisation. Roger Chartier
Qu’est-ce qu’un livre ? Un discours qui a cohérence et unité, ou bien une anthologie de citations et d’extraits ? La conversion numérique d’objets de la culture écrite qui sont encore les nôtres, le livre, mais aussi la revue ou le journal, oblige de faire retour sur la question fondamentale. Cette opération est au fondement même de la constitution de collections électroniques permettant l’accès à distance des fonds conservés dans les bibliothèques. Bien fou serait celui qui jugerait inutile ou dangereuse cette extraordinaire possibilité offerte à l’humanité. « Quand on proclama que la Bibliothèque comprenait tous les livres, la première réaction fut un bonheur extravagant », écrit Borges,

Des nains sur des épaules de géants

“Des nains sur des épaules de géants (latin : nanos gigantium humeris insidentes) est une métaphore attribuée à Bernard de Chartres, maître du XIIe siècle, utilisée pour montrer l’importance pour tout homme ayant une ambition intellectuelle de s’appuyer sur les travaux des grands penseurs du passé (les « géants »). Citée par Jean de Salisbury dans son Metalogicon, elle est également utilisée au fil des siècles par divers scientifiques, comme Isaac Newton ou Blaise Pascal.”

Tags:

DIY publishing: getting Amazon and Lulu to co-exist

My new Publishers Weekly column has just gone up, documenting the progress with my DIY short story collection, With a Little Help. This month, I talk about the Baroque process of getting a book listed on both Lulu and Amazon:

Getting the book on Amazon was much harder than I anticipated. At first, I considered selling the book using Lulu’s wholesale channel, which can feed into Amazon. But once both Lulu and Amazon had taken their cut of the book, my net price would have been in nosebleed territory, somewhere in the $20 range. Add to that a $2 royalty for me and the book would be remembered as one of the most expensive short story collections in publishing history.

In order to list on Amazon at a decent price point, I needed fewer wholesale discounts. For me, that meant cutting out Lulu and listing directly on Amazon through CreateSpace, Amazon’s own POD program. But CreateSpace, frankly, is a pain in the ass. First, it refuses to print any book that already has an ISBN somewhere else, a very anticompetitive practice. To overcome this, I had to create an “Amazon edition” of the book with a slightly different cover and some additional text explaining the weird world of POD publishing.

But the fun was just beginning. CreateSpace also has a cumbersome “quality assurance” process that effectively throws away all the advantages of POD. For example, every time I change so much as one character in the setup file, CreateSpace pulls the book out of Amazon. A human being must recheck the book, and then I am notified that I have to order (and pay for) a new proof to be printed and shipped from the U.S. to London. I then have to approve the proof before CreateSpace will notify Amazon that the book is ready to be made available again. It can then take three to five days before the book is actually back for sale on Amazon. Practically speaking, this means that fixing a typo or adding an appendix with new financial information costs about $20 upfront, and takes the book off Amazon’s catalogue for two weeks.

With A Little Help: Hitting My Stride






Les technomades vivent et lisent léger

Nous dirigeons-nous vers une technoculture du prêt, du partage, du streaming ?

Trop d’objets autour de nous, trop de bruit dans notre champ visuel, dans nos agrégateurs, dans nos résultats de recherche, trop de super-butinage (power-browsing), trop consommer, accumuler, remplir, excéder, évaluer, élaguer, se débarrasser, recycler-réduire-réutiliser, ouvrir la fenêtre, pas quinze fenêtres, respirer, relaxer, se vider l’esprit. C’est le printemps et une saison nouvelle qui s’annonce aux teintes discrètes (chromophobes ?) du néominimalisme.

After the bacchanal of post-modernism, the time has again come for neo-minimalism, neo-ascetism, neo-denial and sublime poverty.  (Juhani Pallasmaa, cité dans Wikipedia)

ou encore :

By definition, « neo-minimalists » don’t have an overabundance of things in their lives. But one thing they tend to have more and more of these days is visibility. Recently, The New York Times talked to some people participating in the 100 Thing Challenge about how it has affected their lives; The BBC looked into the « Cult of Less; » and here on Boing Boing, Mark has beengetting down to the nitty-gritty of what the « lifestyle hack » involves. The common thread here is a growing number of people are realizing that our mountains of physical stuff are actually cluttering up more than just our houses. »

Cet extrait provient d’un article publié sur Boing Boing (traduit dans Le Courrier International), dans lequel Sean Bonner explore la dématérialisation ou la décroissance matérielle comme une possibilité issue des technologies actuelles et qui nous permet de reconsidérer nos interactions avec le monde et les autres en favorisant l’expérience plutôt que la consommation. À Toronto, le même auteur a aussi animé une présentation [en] sur le courant des technomades.

L’usage de circonstance par le prêt, le partage, le streaming

D’autres journalistes, comme Ramon Munez d’El Païs ont, dans la même perspective, élaboré l’idée que la propriété est un fardeau et que l’avenir de la consommation de la culture n’est plus lié à la propriété mais à l’usage de circonstance par le prêt, le partage, le streaming :

Après avoir été pendant trois siècles la valeur suprême de la civilisation occidentale, la propriété cesse d’être à la mode. Ne vous y trompez pas : il ne s’agit pas d’un retour du communisme ou d’une vague de ferveur qui nous ramènerait au détachement matériel des premières communautés chrétiennes. Ce sont le capitalisme lui-même, son incitation permanente à consommer et les technologies liées à Internet qui viennent bousculer des habitudes que l’on croyait bien enracinées. À quoi bon posséder des biens, les stocker, les entretenir, les protéger des voleurs, lorsqu’on dispose d’une offre illimitée de produits et de services accessibles en quelques clics ou moyennant la signature d’un contrat de location ?

Si cette tendance ne se limite pas au numérique, c’est sur Internet que la révolution est le plus avancée. Le téléchargement de contenus cède du terrain au streaming [diffusion en continu], c’est-à-dire à la reproduction instantanée de musique et de vidéos sans qu’il soit besoin de les conserver sur le disque dur de l’ordinateur. Des milliers de sites, légaux et illégaux, proposent un catalogue illimité de logiciels, films, morceaux de musique et jeux vidéo. Le succès du site de musique suédois Spotify ou du portail espagnol de séries télévisées Seriesyonkis vient bousculer les habitudes des consommateurs.

YouTube, le célèbre portail de vidéos en ligne de Google, est le symbole de la révolution en marche. Ses chiffres laissent pantois. Sur toutes les vidéos regardées chaque mois aux États-Unis, 43% (14,63 milliards) sont diffusées par YouTube, selon la société d’études de marché comScore. YouTube est suivi de près par Hulu, un site de streaming qui propose gratuitement des films et des séries télévisées. Avec 1,2 milliard de vidéos regardées, Hulu dépasse non seulement des monstres d’Internet comme Yahoo! ou Microsoft, mais aussi les portails de chaînes et de studios comme Viacom, CBS ou Fox.

D’après une étude sur le paysage audiovisuel espagnol réalisée en 2010 pour le compte de l’opérateur Telefónica et de la chaîne de télévision privée Antena, 3, 30% des internautes espagnols déclarent télécharger moins de fichiers, tandis que la moitié d’entre eux assurent que le streaming est leur manière habituelle de consommer des contenus audiovisuels sur Internet. “On constate un essor du streaming depuis au moins le printemps 2009”, assure Felipe Romero, l’un des auteurs de l’étude. “À court terme, les deux méthodes – téléchargement et streaming – vont coexister, mais il est clair que la seconde va prendre de plus en plus d’ampleur.”

Sur le blog Agnostic, May Be, on mentionne également cet article qui témoigne de l’émergence de la culture du partage dans le Time [en] :

[T]he ownership society was rotting from the inside out. Its demise began with Napster. The digitalization of music and the ability to share it made owning CDs superfluous. Then Napsterization spread to nearly all other media, and by 2008 the financial architecture that had been built to support all that ownership — the subprime mortgages and the credit-default swaps — had collapsed on top of us. Ownership hadn’t made the U.S. vital; it had just about ruined the country.

L’étape suivante franchie par le blogueur Andy Woodworth [en] (incidemment élu dans le palmarès 2010 des Shakers and Movers [en])  m’intéresse tout particulièrement. Il fait l’hypothèse qu’en ce moment l’attrait pour les bibliothèques reposerait peut-être moins sur la récession économique que sur l’accroissement du nombre de gens qui préfèrent emprunter plutôt que posséder.

L’émergence de cette culture suggère des possibilités et des tendances sur lesquelles les bibliothèques pourraient largement capitaliser, dit-il. Comment ? Pas seulement en incarnant elles-mêmes les instances équipées pour prêter des documents à partir de leurs collections mais peut-être surtout en se positionnant  comme des facilitateurs, ou des médiateurs, capables de négocier et de supporter les citoyens en vue d’accéder aux ressources disponibles dans la déferlante du web.

Mais la question la plus évidente est la suivante : est-ce que les bibliothèques seront en mesure de profiter de l’apparition de cette société du prêt et du partage ? Elles apparaissent elles-mêmes souvent éreintées par les résistances, trop déboussolées pour servir de guide à qui ce soit, sans vision, sans plan pour penser la culture numérique au-delà de cet effort qui les amène à prononcer et à servir à toutes les sauces, le mot magique de la « bibliothèque numérique ».

Billet initialement publié sur Bibliomancienne

Image Flickr AttributionNoncommercialShare Alike Gubatron et AttributionNoncommercialShare Alike Michael D. Dunn

Pour un cinéma numérique durable et open source

“L’équipement des salles de cinéma en numérique est un enjeu financier et culturel majeur pour les réseaux de salles indépendantes. Et si la solution était du côté du modèle économique open source ? Les salles Utopia ouvrent le débat.

Le cinéma est en pleine transition vers le numérique : la dématérialisation de la bobine 35 mm. Déjà se dresse une lutte entre les Majors et les salles indépendantes, un David contre Goliath. Le logiciel libre tiendra-t-il le rôle de David  ? Un article publié sur OWNI et le blog des cinémas Utopia présente les enjeux à venir pour le cinéma.

Au cours des R.M.L.L. 2010, une conférence présentait aussi cette évolution, au travers d’une présentation générale et une autre se focalisant sur la spécification du D.C.I. (proposé par 7 majors américaines) et ses nombreuses contraintes.

Les cinémas Utopias se sont déjà illustrés l’année dernière dans le domaine de l’open source par le lancement de Vidéo en poche. Une solution libre de diffusion de film via clef USB. “

Tags:

Net Attacks ! Nos cerveaux attaqués par le net… vraiment ?

Arrêtez tout de suite de lire cet article, il pourrait vous rendre stupide ! Ne cliquez pas sur les liens, ils pourraient vous distraire !

thesshallowsTel est le cri d’alarme que lancent (à nouveau) quelques Cassandres des nouvelles technologies, estime Nick Bilton pour le New York Times. Nicholas Carr (blog), dans son nouveau livre, The Shallows (qu’on pourrait traduire par le bas-fond, pour désigner quelque chose de peu profond, de superficiel, de futile : le livre est sous-titré “ce que l’internet fait à nos cerveaux”), affirme qu’internet, les ordinateurs, Google, Twitter et le multitâche transforment notre activité intellectuelle au détriment de notre capacité à lire des choses longues, activité critique pour le fonctionnement de nos sociétés. Carr estime que le web avec son hypertexte coloré et son abîme sans fin d’information morcelée, nous rend stupide, comme il le résume dans une tribune introduisant son livre qu’il a publié récemment sur Wired :

“Il n’y a rien de mal à absorber rapidement et par bribes des informations. Nous avons toujours écrémé les journaux plus que nous ne les avons lus, et nous gérons régulièrement les livres et les magazines avec nos yeux pour en comprendre l’essentiel et décider de ce qui nécessite une lecture plus approfondie. La capacité d’analyse et de navigation est aussi importante que la capacité de lire et de penser profondément attentivement. Ce qui était un moyen, un moyen d’identifier l’information pour une étude plus approfondie, est devenu une fin en soi, est devenu notre méthode préférée à la fois pour apprendre et analyser. Eblouis par les trésors du Net, nous sommes aveugles aux dégâts que faisons peser sur notre vie intellectuelle et notre culture.

Ce dont nous faisons l’expérience est, dans un sens métaphorique, une inversion de la trajectoire de civilisation : nous évoluons de cultivateur de la connaissance personnelle en cueilleurs de la forêt de données électroniques. Dans ce processus, il semble que nous soyons voués à sacrifier une grande partie de ce qui rend nos esprits si intéressants.”

Soucieux de propositions concrètes, Nicholas Carr va même jusqu’à proposer de repousser les liens hypertextes en fin d’article, pour faciliter la lecture et la concentration et éviter toute distraction (voir Narvic, “Le lien est-il en train de tuer le texte ?”).

L’expérience modifie le cerveau… et alors !?

Pourtant, tout le monde n’est pas aussi catégorique. Le psychologue et cogniticien Steven Pinker rappelle dans le New York Times que la défiance actuelle n’a rien de nouveau. Les mêmes choses ont été dites après l’invention de l’imprimerie, des journaux, du livre de poche ou de la télévision. C’est la fonction même de nos cerveaux d’apprendre de nouvelles choses. “Les critiques des nouveaux médias utilisent parfois la science elle-même pour faire valoir leur cause, en invoquant des recherches qui montrent comment “l’expérience peut modifier le cerveau”. Mais les neuroscientifiques roulent des yeux à un tel discours. Oui, chaque fois que nous apprenons une information ou une compétence, la façon dont sont reliés nos neurones change. L’existence d’une plasticité neuronale ne signifie pas que notre cerveau est une masse d’argile broyée par l’expérience.”

Le journaliste scientifique, Jonah Lehrer, auteur de Comment nous décidons, affirme également dans une magistrale réponse à Nicholas Carr, qu’il est encore trop tôt pour tirer une conclusion sur les effets négatifs du web. Les éléments de preuves qu’utilisent les Cassandres de l’internet pourraient tout à fait être utilisés pour affirmer que nous ne devrions pas marcher dans une rue parce que la charge cognitive y est beaucoup trop grande, comme l’affirmait en 2008 un groupe de scientifiques de l’université du Michigan, montrant les effets dramatiques d’une ballade en ville sur la mémoire, la maîtrise de soi et l’attention visuelle (voir “Comment la ville nuit-elle à notre cerveau”). “Sur la base de ces données, il serait facile de conclure que nous devrions éviter la métropole, que les rues de nos villes sont un endroit dangereux et qu’il vaudrait mieux rester à la maison et jouer sur Google. Ce serait un argument à courte vue, basée sur une lecture limitée d’un ensemble très limité de données”, répond Lehrer.

Carr soutien que nous sommes en train de nous saboter, en passant d’une attention soutenue à la superficialité frénétique de l’internet. Selon lui, du fait de notre plasticité neuronale, nous sommes en train de devenir les miroirs du médium qu’on utilise. Pour Carr, le cerveau est une machine à traitement de l’information qui est façonnée par la nature des informations qu’elle traite.

Il ne fait aucun doute que l’internet change notre cerveau, rappelle Lehrer. “Tout change notre cerveau”. Mais Carr néglige de mentionner que l’internet est aussi bon pour l’esprit. Une étude sur l’ensemble des études consacrées aux effets cognitifs des jeux vidéo par exemple montre que le jeu conduit à des améliorations significatives des performances de plusieurs tâches cognitives, de la perception visuelle à l’attention soutenue. Même Tetris peut participer à une augmentation marquée de notre capacité à traiter de l’information. “Une étude en neuroscience de 2009 de l’université de Californie à Los Angeles, a constaté que l’exécution de recherches sur Google a conduit à une activité accrue dans le cortex préfrontal dorsolatéral (en comparaison avec la lecture d’un texte sous forme de livre) [voir : "Le papier contre l’électronique : lequel nous rend plus intelligent ?"]. Fait intéressant, cette zone du cerveau sous-tend des talents précis comme l’attention sélective et l’analyse intentionnelle que Carr dit avoir disparu à l’âge de l’Internet. En d’autres mots, Google, ne nous rend pas stupide, car l’exercice de nos muscles mentaux nous rend toujours plus intelligents.”

jonahlerher
Image : Jonah Lehrer sur la scène de Pop Tech en 2009, photographié par Kris Krüg.

L’esprit est une machine pluraliste

“Cela ne signifie pas que l’essor de l’internet ne va pas nous conduire à la perte d’importants talents mentaux”, estime Lehrer qui donne un contre-exemple frappant. “Par exemple, lors de l’alphabétisation, quand les enfants apprennent à décoder les lettres, ils usurpent gros morceaux du cortex visuel précédemment consacré à la reconnaissance des objets. Le résultat final est que les humains alphabétisés sont moins en mesure de “lire” les détails du monde naturel.”

Jonah Lehrer nous invite à faire attention de ne pas confondre les études sur le multitâche et ses effets et les études sur les effets du web, de l’internet et des écrans et à rester prudent pour ne pas tirer de conclusions hâtives d’études imparfaites et provisoires. L’internet ne va pas nous transformer en simples unités de traitement du signal, comme le suggère Carr.

Une grande partie du livre de Carr s’intéresse au coût cognitif des traitements multitâches, un terrain scientifique bien mieux balisé depuis 50 ans, notamment par Herbert Simon. Le cerveau est une machine bornée et on sait bien mieux comprendre pourquoi parler au téléphone en conduisant risque de provoquer un accident, estime Jonah Lehrer. Mais même ici, les études sont complexes. Le jeu vidéo par exemple semble améliorer notre capacité à effectuer plusieurs tâches à la fois (.pdf). Certaines études ont constaté que la distraction encourage la transformation inconsciente, ce qui conduit à de meilleures décisions dans des situations complexes. En d’autres termes, s’amuse Lehrer, la prochaine fois que vous êtes confrontés à un choix très difficile, vous devriez peut-être faire un peu de multitâche pendant quelques heures… D’autres études ont constaté que les distractions temporaires peuvent accroître la créativité. Enfin, il y a également des études qui montrent les avantages à laisser son esprit vagabonder

Pour aller dans le sens de Lehrer, il me semble que, peut-être plus que dans d’autres disciplines, les protocoles d’expérimentation des neuroscientifiques défendent souvent des thèses. On tombe facilement dans des propos radicaux autour de tout ce qui touche “les technologies de l’esprit”. La science et l’imagerie médicale semblent convoquées pour apporter des preuves. Alors que les différences de protocoles entre une étude l’autre, la petitesse des populations étudiées, nécessiterait beaucoup de prudence dans les conclusions. Ainsi, les mesures et résultats obtenus par l’imagerie par résonance magnétique sont peu reproductibles et s’avèrent bien moins fiables que ne le pensent les chercheurs qui l’utilisent, estime une récente étude.

Tout cela ne signifie pas que nous devrions toujours être distraits, mais cela suggère que l’attention n’est pas nécessairement un idéal, rappelle fort justement Jonah Lehrer. “La plus grande leçon, je pense, c’est que nous devons nous méfier de privilégier certains types de pensée sur les autres. L’esprit est une machine pluraliste.”

La culture n’est peut-être pas bonne pour le cerveau, mais c’est une bonne chose pour l’esprit

Pourtant, comme Carr, Lehrer s’inquiète du risque de perte culturelle avec l’arrivée des nouvelles technologies. Comme Carr, Lehrer partage un goût pour les oeuvres culturelles denses et difficiles. L’internet, et la télévision avant lui, rendent certainement plus difficile pour les gens de se plonger dans la littérature, de trouver un moment de calme pour cela. De calme et d’ennui, car la littérature est aussi le lieu idéal de la rêverie. Elle n’est pas toujours le lieu de l’attention soutenue que désire Carr, au contraire. Mais l’argument de la défense de la culture n’a pas besoin des neurosciences pour être tenu, explique Lehrer. On n’a pas besoin d’évoquer le risque qu’encourt notre plasticité neuronale pour espérer que nous serons toujours aux prises avec des textes difficiles comme Auden, Proust ou Tolstoï. “Si nous sommes en désaccord sur la science, je pense que nous sommes d’accord sur le fait que se livrer à de la littérature est un élément essentiel de la culture. Ce n’est peut-être pas bon pour notre cerveau, mais c’est une bonne chose pour l’esprit. Nous avons besoin de Twitter et de “La terre vaine” (The Waste Land de T. S. Eliot).”

Notre cerveau n’a pas évolué naturellement pour nous permettre de lire : la lecture est une tâche contre nature, pour laquelle nos cerveaux ont besoin d’entraînement pour apprendre. Maryanne Wolf, directrice du Centre pour la lecture et la recherche sur le langage de la Tufts University et auteur de Proust and the Squid elle-même, rappelle que notre cerveau n’a pas été conçu pour lire. “Nous avons appris à le faire par une capacité extraordinairement ingénieuse de réorganisation de “pièces d’origines” – comme le langage et la vision, tous deux génétiquement programmés pour se dérouler de façon ordonné dans n’importe quel environnement nourricier.”

La recherche montre que chaque média apporte des attributs positifs, rappelle Nick Bilton. Les neurosciences ont montré que jouer à des jeux vidéo stimule des aires de notre cerveau qui contrôlent la mémoire de travail, la coordination des mains et des yeux et peut stimuler et améliorer plusieurs compétences cognitives. La lecture stimule des zones responsables de la réflexion, du raisonnement et de l’analyse critique. La narration auditive stimule des zones impliquées dans la créativité, la pensée contextuelle et les fonctions exécutives.

“On pourrait faire valoir que le Web, qui est la bibliothèque ultime de mots, vidéo, images, interactivité, du partage et de la conversation, est l’endroit par excellence pour apprendre.”

Hubert Guillaud

économie de l'attention, culture, littérature, neurosciences