Kindle : Amazon prépare son équipe européenne

Doucement, mais sûrement, Amazon se prépare à débarquer massivement sur le Vieux Continent. Ces derniers mois, deux têtes de pont ont été établies : en août, le nouveau Kindle était mis en vente sur Amazon.co.uk tandis l’Allemagne a reçu ses premiers exemplaires il y a quelques semaines. Le choix de ces deux marchés n’est pas étonnant. En effet, il s’agit aujourd’hui des marchés européens les plus dynamiques pour le livre numérique. Autre avantage du Royaume-Uni, un catalogue quasiment commun avec celui d’Amazon.com.

Tout cela n’est que la première étape. D’ici la fin de l’année, la firme de Seattle sera présente sur plusieurs nouveaux marchés, notamment l’Italie, l’Espagne ainsi que la France. Mais pour répondre à la demande et aux nouveaux débouchés, qui d’ici quelques années devraient être équivalents au marché américain, Amazon doit reconstruire un management identique à celui qui existe aux Etats-Unis. Le récent flot d’offres d’emploi mises en ligne sur le site d’Amazon viennent confirmer ce mouvement.

Le coeur du dispositif européen du Kindle sera basé au Luxembourg, comme le reste des activités numériques de la firme. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 18 offres d’emplois concernant le reader d’Amazon qui sont proposées. Les postes brossent plusieurs domaines, du management au déploiement technique du reader tout en passant par la négociations de contrats de distribution (pour l’Espagne et l’Italie). Une solide expérience est requise pour chaque poste tout comme un pratique parfaite de l’anglais. La société ne fait pas les choses à moitié et cela reflète l’importance de son investissement en Europe. On est bien loin des efforts déployés par Apple pour l’iBookstore dont l’équipe reste réduite.

Est-ce que l’importance de ce recrutement permettra un dialogue apaisé avec les éditeurs, avec une bonne capacité d’écoute de leurs besoins et leurs attentes? Cette large équipe n’ayant pas encore été recrutée, nous ne pouvons pas en être sûr. Les éditeurs ont aussi leur rôle, et des intérêts à défendre, dans les négociations qui vont être menées. Jusqu’à aujourd’hui, les premiers contacts entre Amazon et le monde de l’édition ont été organisés par le staff américain qui n’a pas manqué de rencontrer quelques difficultés avec ses interlocuteurs. La constitution d’une équipe européenne dédiée devrait palier à ce problème…

Luxembourg (Luxembourg)

Irlande (Cork)

L’Irlande va accueillir la direction du service après-vente d’Amazon. Comme la plupart des sociétés d’électroniques (Apple, Dell etc.), Cork est la ville de prédilection pour installer un service clientèle. Le Kindle ne déroge pas à la règle et un poste de manager est à pourvoir pour organiser ce futur service.

Royaume-Uni (Slough)

Amazon continue son expansion au Royaume-Uni. Après avoir connu un vif succès lors des fêtes de fin d’année, la firme de Seattle cherche à consolider sa position de leader sur son premier marché européen. Mais visiblement, Amazon veut améliorer ses contacts avec les éditeurs locaux en recrutant une nouvelle personne pour cette mission. Ce poste vient compléter l’équipe britannique déjà en place depuis quelques mois.

France (Paris)

Le stade de la rumeur a été dépassé depuis plusieurs semaines et c’est avec certitude que l’on peut dire que le Kindle va arriver dans nos contrées, d’ici la fin de l’année. Actuellement, Amazon France recherche trois personnes qui prendront le relais des équipes américaines pour s’occuper des négociations des contrats de distribution avec les éditeurs. Particularité française, l’ensemble de ces postes seront basés dans les locaux parisiens d’Amazon et non pas au Luxembourg (comme pour le personnel en charge de l’Espagne ou de l’Italie). Enfin, une dernière offre propre à la France a attiré notre regard. Amazon recherche également un ingénieur logiciel qui s’occupera du Kindle. On peut penser qu’il sera en charge dans un premier temps de la localisation de l’appareil. Un vrai privilège pour le marché français, là où les utilisateurs allemands doivent aujourd’hui se contenter d’un Kindle avec une interface en anglais…

Japon (Tokyo)

Enfin, Amazon semble aussi s’intéresser de près au marché japonais. A la grande surprise de l’entreprise, les utilisateurs japonais ont été attentifs à la sortie du Kindle 3. Très utilisé par les amateurs de mangas en raison de son écran E-Ink Pearl à fort contraste, l’aspect un peu rustique du produit n’a pas empêché les ventes. Du coup, la firme de Seattle se prépare à investir de manière plus organisée ce grand pays de l’électronique. A la clef, une offre d’emploi de “Kindle Book Evangelist”. Rien que pour le titre sur sa carte de visite, cela vaut le coup ! ;-)

Si le Kindle fonctionne dans une centaine de pays depuis bientôt plus d’un an, Amazon se prépare à amorcer la deuxième étape de sa stratégie. En ligne de mire, le marché européen avec des zones clefs bien définies, comme le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et la France. Pour chacun de ces pays, une petite équipe d’environ cinq personnes va préparer le lancement local du Kindle, épaulée par une solide équipe européenne. On ne peut que constater l’ampleur des moyens mis en oeuvre autour du Kindle, ce qui vient confirmer le poids considérable que pèse désormais le terminal de lecture dans les comptes de la firme. Amazon prépare donc un déploiement massif qui devrait modifier durablement le marché européen. Un effort qui sera sûrement renforcé par la sortie d’un nouveau Kindle et/ou d’une très attendue tablette. La vague Amazon ne passera pas inaperçue.

Le monde de l’édition tente de séduire les développeurs

L’édition américaine serait-elle en train de faire sa mue? Il y a quelques semaines se tenait un événement rassemblant les dirigeants des plus prestigieuses maisons d’édition américaines et ce fut le moment de constater que toute la profession se dirige vers une nouvelle ère. Livres Hebdo rapporte cette semaine le contenu des ces échanges qui permettent de réfléchir au tournant que prend actuellement l’édition américaine.

Sur les 80 dirigeants présents, ils ont été nombreux à avoir recruté des profils jadis absents des maisons d’éditions, comme des ingénieurs, des développeurs, des webdesigners ainsi que des statisticiens. Pour Scott Lubeck, directeur du Book Industry Study Group, ces recrutements d’un nouveau type concernent environ 10 à 15% des éditeurs qu’il étudie. Le reste des acteurs n’a pas encore amorcé ce changement de mentalité mais il est fort probable que ce pourcentage comprenne les éditeurs les plus importants (Random House, Simon & Schuster, Penguin etc.). Ainsi, l’édition adopterait progressivement la composition qui existe dans les start-ups évoluant dans l’édition numérique, dont les équipes sont majoritairement composées de développeurs mobiles et de designers.

Cependant, pour certaines entreprises, le choix de l’externalisation est fait au dépend de la constitution d’équipes en interne. HarperCollins fut le seul éditeur à détailler son choix, visant à trouver un juste milieu entre recrutement de compétences en interne et emploi de prestataires. Aujourd’hui, 22 salariés dédiés au numérique ont été recrutés par HarperCollins et l’entreprise envisage de continuer les recrutements dans les prochains mois. Une maison comme Random House est également engagée dans le même processus de recrutement, notamment avec cette récente annonce pour un Senior Digital Producer qui conviendrait parfaitement à un profil technique (mêlé d’une expérience marketing).

Pourtant, même si ce volontarisme est à souligner, qu’est-ce qui poussera un jeune développeur à venir sur la côte Est? En tout cas, ce ne sera pas la feuille de paie. D’après le site Payscale (un outil de comparaison de salaires), la rémunération d’un développeur chez un éditeur (presse ou livres) est de 61 100$ (soit plus de 42 000€) tandis que dans la Silicon Valley, une même personne pourra prétendre à un salaire de 69 000$ (47 600€). Bien entendu, ces chiffres ne reflètent pas forcément la réalité et l’écart peut s’avérer être plus élevé suivant les entreprises.

La situation est semblable en France où l’édition peine encore à séduire les techniciens du numérique dont elle a besoin. Aujourd’hui, les éditeurs se contentent d’externaliser leurs tâches de développement et d’élaboration de contenus. Concernant la production, Jouve ou Nord Compo récupère la majorité des contrats. Mais lorsqu’il s’agit de mettre un peu d’originalité, les maisons s’adressent à de petits structures, des start-ups qui exercent dans l’univers encore jeune de l’édition numérique ou du webdesign. Cependant, ce tissu de compétences est encore maigre et l’on ne peut déplorer le manque (actuel) d’innovations ou de créations en provenance de ces structures.

Encore jeunes, elles ont du mal à se mettre en phase avec les groupes d’éditions pour lesquels le numérique est encore un marché peu rentable. L’édition française est particulièrement hiérarchisée et les avis sur un projet numérique divergent souvent. De plus, l’absence de culture partagée entre le monde éditorial et celui des nouvelles technologies laisse parfois ces deux acteurs perplexes, l’un en face de l’autre. Une réponse intelligente passera par une intégration en interne de ces talents issus du monde du numérique, soit par un recrutement (mais comment séduire ces spécialistes?) ou bien des rachats de sociétés. Même si certaines d’entre elles laissent penser le contraire, les grands groupes d’édition ont encore une situation financière qui leur permet de réaliser des investissements, tant en ressources humaines qu’en technologies. Des investissements essentiels qui, s’ils sont faits, seront un pas important de l’édition vers l’ère du numérique.

Modèles économiques d’un marché naissant : le livre numérique

Le Département des Etudes de la Prospective et des Statistiques (DEPS) du Ministère de la Culture et de la Communication vient de faire paraître une synthèse très intéressante concernant les différents modèles économiques s’appliquant actuellement au marché du livre numérique en France et dans le monde.

  • Résumé

«Alors que le marché du livre numérique est encore balbutiant en France et représente moins de 1 % du chiffre d’af- faires des éditeurs, les stratégies commerciales mises en œuvre par les acteurs traditionnels de la chaîne du livre et par de nouveaux entrants permettent d’esquisser différentes configurations des marchés du livre numérique. La dématé- rialisation induit des mutations qui auront des conséquences sur l’ensemble de la filière : disparition et apparition d’ac- teurs, perte, création et déplacement de valeur, restructuration industrielle.

Les enjeux de marché, soumis à certaines contraintes techniques comme celle de l’interopérabilité entre normes de fichiers et matériels de lecture, dépendent aussi du maintien ou de l’évolution de la législation régissant le commerce du livre en France : droits de propriété intellectuelle, fiscalité, mode de fixation du prix. Cette photographie cherche à synthétiser les futurs possibles de l’économie du livre numérique.»

InDesign vers l’iPad et l’ePub : Adobe donne des détails

Sur son blog, Adobe vient d’apporter un certain nombre de précisions à propos de la publication vers l’iPad (et autres tablettes) de documents mis en page dans InDesign.
La solution complète comprendra trois parties, l’une existante partiellement, les deux autres à venir. Depuis la CS5, InDesign comprend plusieurs outils “interactifs”, permettant (entre autre) d’intégrer des vidéos, des diaporamas et des boutons de navigation. Ces différentes fonctionnalités ne nécessitent aucune forme de programmation. L’inconvénient est que le résultat obtenu n’est actuellement exportable qu’en Flash. A la fin de l’été, une mise à jour du logiciel (ou un plug-in, Adobe ne précise pas) permettra d’exporter les documents InDesign interactifs vers la deuxième partie de la solution : Digital Content Bundler, une sorte d’intégrateur.

Digital Content Bundler (littéralement un “paquet de contenu digital”) est une sorte de mini système de gestion de flux éditorial (du type Woodwing ou Quark Publishing System), mais très simplifié. Il permet de formater le document interactif : méta-données pour l’indexation (fondamentale pour l’édition numérique), gestion du chemin de fer et, enfin, exportation vers l’iPad dans un nouveau format : “.issue” (rappelons que “issue” signifie “numéro” en français, dans le sens d’une publication périodique : le numéro de juillet de Wired, “the July issue of Wired” par exemple).

La dernière partie sera en fait un “player” (logiciel de lecture qui permet la consultation d’un type de document : vidéo, PDF, musique, image, etc.) Digital Content Viewer, qui permettra de consulter les documents au format “.issue”. Adobe ne précise pas s’il aura des fonctions de “gestion de bibliothèque” (comme le logiciel de lecture vidéo VLC par exemple) pour les anciens numéros. L’aspect le plus important de cette annonce est l’arrivée d’un nouveau format de document, le “.issue”. En attendant d’avoir plus de détails nous pouvons nous poser quelques questions.

Tout d’abord, pourquoi Adobe n’essaye-t-il pas d’adapter les fichiers PDF pour qu’ils soient lisibles sur iPad et autres tablettes en exploitant toutes leurs possibilités ? Le format PDF est capable de gérer de la vidéo, d’avoir des boutons, d’intégrer de la 3D, etc. Alors quand on sait que l’éditeur a bataillé pendant plusieurs années avant de réussir à l’imposer aussi bien auprès du grand public que des professionnels (de la chaîne graphique par exemple), nous nous demandons pourquoi Adobe n’essaie pas de développer les fonctions interactives de ce format pour les rendre plus performantes. A moins que la structure du format PDF n’ai atteint ses limites ?

Et si une de ses principales limites est qu’il n’est pas réellement “reformatable” comme l’ePub (permettant ainsi d’adapter la mise en page du texte sur des écrans 3,5″ aussi bien que sur des écrans de 10″), il serait surprenant que le format “.issue” le soit. D’autre part, quelle sera la nature de ce format “.issue” ? Sera-t-il un dérivé enrichi du PDF, de l’ePub (ce dernier ayant déjà pour cœur un autre format, le xHTML), voir même du format de base d’InDesign (INDD) ou un nouveau format inconnu ?

Et sera-t-il lisible sur d’autres supports que les tablettes ? Cette vidéo le laisse supposer, via Adobe Air qu’Adobe essaie de promouvoir depuis quelques temps. Et dans ce cas, à quel point pourrait-il être un concurrent du format SWF (généré par le logiciel Flash d’Adobe) ? Ce qui signifierait que Digital Content Viewer serait porté sur iOS (le système d’exploitation de l’iPad), sur MacOS et sur Windows…

Ensuite, si les outils paraissent assez simple pour les graphistes et les non-développeurs, ils n’auront certainement pas (du moins dans un premier temps) la puissance d’un développement spécifique avec du code. Solution qui permet une totale liberté et une puissance de de navigation interactive inégalée mais à un prix bien supérieur. Le format “issue” sera-t-il le bon compromis entre capacité de navigation interactive et coût réduit ?

Enfin, nous avions mentionné l’un des possible (mais conséquent) inconvénients de la publication numérique avec InDesign : être obligé de créer plusieurs fois le même document, une par destination. Sauf bonne surprise, les précisions apportées vont, malheureusement, dans ce sens : un document InDesign pour la version imprimée, un document InDesign vers le format .issue pour les tablettes, un document InDesign pour l’ePub à destination des livres électroniques, des smartphones et des tablettes (mais alors avec une interactivité et un contenu très limités pour l’instant, même s’il commence à être possible d’intégrer de la vidéo) et jusqu’à trois document InDesign pour le format PDF (un par taille de document…) !

Mais, quelque part, cette quête du Graal de la publication (un seul document lisibible sur tous les supports électroniques – née avec le Web et le HTML) n’est-elle pas vaine ? Jusqu’à présent, un éditeur doit souvent réaliser plusieurs documents informatiques pour chacune des éditions papiers d’un même ouvrage…

Ces questions purement techniques s’ajoutent aux très nombreuses interrogations que se posent les auteurs, les éditeurs et les différents acteurs de la chaîne du livre et que nous relayons régulièrement. Les mois qui viennent devraient enfin voir des solutions de publication concrètes et économiquement viables émergées…

Partager cet article :

Twitter
Facebook
Digg
del.icio.us
Wikio
Netvibes
email
Print
PDF

France : Le livre numérique ne fait pas recette… pour l’instant

lapremierenuit-marclevy
Que se passe-t-il lorsqu’un auteur vedette sort un livre aux Etats-Unis? Certains éditeurs se posent la question suivante : est-ce que la version numérique ne va pas venir cannibaliser les ventes de la version papier? Réflexion propre à la période de transition dans laquelle nous nous trouvons, un tel débat n’a pas encore lieu en France.

Si l’existence d’un marché du livre électronique aux Etats-Unis est une chose indéniable, la situation est bien différente en France. La sortie simultanée en papier et en numérique du dernier roman de Marc Levy, La première nuit, tiré à 400 000 exemplaires, n’a pas rencontré le succès en numérique. En effet, le Nouvel Observateur a annoncé dans ses colonnes que la version numérique de l’écrivain français s’est vendue à… 140 exemplaires ! Par rapport à l’opération médiatique engagée pour la promotion du livre, le résultat est décevant.

Comment peut-on expliquer ce chiffre? Plusieurs éléments peuvent l’expliquer et confirme le fait que le marché français du livre électronique est encore à bâtir. Tout d’abord, la faiblesse du parc existant de readers. En effet, le nombre de readers epapers en circulation en France est assez limité. Aucun chiffres officiels existent mais on peut estimer le parc actuel entre 20 000 et 30 000 appareils, toutes marques confondues. Alors que le marché américain atteint presque les deux millions d’unités après un dernier trimestre de ventes historiques, le marché français n’est pas arrivé à maturité. On peut aussi déplorer l’existence d’un “reader star” comme le Kindle qui a réussi, aux Etats-Unis, à attirer l’attention des médias sur la lecture numérique, comme l’avait fait l’iPod à son époque.

Deux autres éléments sont aussi reconnus comme limitant le développement du marché français : le prix des ebooks et les DRM. Quoiqu’on en dise, les prix sont encore trop élevés. Il est difficile de faire comprendre au consommateur d’acheter un livre numérique à un prix plus proche de livre papier que des prix numériques qui ont été atteints sur d’autres produits culturels comme la musique et la vidéo. La pérennité d’un ebook n’est pas aussi sûre que celle d’un livre papier. L’existence de DRM est un obstacle complémentaire. Comme s’assurer qu’un fichier ePub protégés par des DRM Adobe sera lisible dans quelques années? On passera également sur le fait que l’utilisateur néophyte devra lire quelques pages d’instructions d’utilisations pour comprendre comme installer un ebook sur son reader. Et cela sans même envisager les conditions d’utilisations du fichier qui surprendrait plus d’une association de consommateurs.

Paradoxalement, les plateformes intégrées, comme celles d’Amazon ou de Barnes&Noble, semblent plus simples d’utilisation pour le consommateur. Chaque ebook est lisible sur les appareils compatibles avec la plateforme, l’achat étant mémorisé par les serveurs de l’entreprise, qui vous donnera accès à votre ebook même si vous l’avez effacé par mégarde de votre appareil. Les DRM individuels s’évanouissent dans la plateforme globale. Bien entendu, ces plateformes ont aussi leurs inconvénients. La bibliothèque de chaque lecteur semble à la merci du fournisseur, tant sur le plan de la suppression à distance des données que sur celui de la mémorisation des pratiques de lectures avec une visée commerciale.

L’émergence d’un marché autour de la lecture numérique est dans l’ère du temps et inévitable. En revanche, la question du chemin à suivre pour arriver à construire un modèle durable, tant sur le point de vue culturel que sur le point de vue économique, demeure encore sans réponse.

Partager cet article :

Digg
Twitter
Facebook
RSS
del.icio.us
Wikio FR
Wikio
Google Bookmarks
Mixx
Scoopeo
Print