App design versus web design: what designers can teach each other


Advertise here with BSA

wdd9 App design versus web design: what designers can teach each other
We often look at application design and website design as two different, if related, fields.
The lines blur a bit with web apps (which are technically both apps and websites), but we still tend to try to compartmentalize them. Even designers who work on both kinds of designs often view them as separate things.
But there are a lot of lessons that app designers and web designers can teach each other.

Each type of design has emerged to have its own strengths and weaknesses, often complementary to the strengths and weaknesses of the other field.
Read more for six lessons that app and web designers can teach each other.


Start your own Design Contest today and choose from 50–200+ custom design made just for you.

Design You Trust RSS Feed | Design You Trust on FB | Design You Trust on Twitter | Design You Trust

10 WordPress plugins to enhance your blog’s typography


Advertise here with BSA

wdd6 10 WordPress plugins to enhance your blog’s typography
Have you ever visited a blog and noticed immediately how the typography added sophistication and really made the content stand out? Perhaps it was an elegant typeface that fit the theme of the blog, or white space that was used proficiently throughout the layout. Whatever it was, it caught your eye, and you probably wondered how they did it.
These kinds of readability enhancements are done either via manual CSS styling or with plug-ins. If you’re not familiar with CSS coding, then plug-ins are definitely the way to go, and this article highlights the top 10 typography-related WordPress plug-ins for enhancing the readability of your blog.

Plug-ins like these are important because they help you better handle hyphens, spacing, character formatting, text enhancements, quotes and much more. By using just a plug-in or two, you can breath life into an otherwise dull layout and keep readers longer.
Read more.


Start your own Design Contest today and choose from 50–200+ custom design made just for you.

Design You Trust RSS Feed | Design You Trust on FB | Design You Trust on Twitter | Design You Trust

Typographie et attention : vive le Comic Sans MS Bold !

La lecture de la semaine, il s’agit d’un article paru dans le New York Times le 18 avril dernier, on le doit à Benedict Carey.

L’article commence par une question piège : est-il plus facile de se souvenir d’un fait nouveau quand on le lit dans une police normale ou quand il est écrit en gros caractères gras – comme ça ?

La réponse est : peu importe, la taille des caractères n’a aucun effet sur la mémoire, contrairement à ce qu’on pourrait penser. En revanche, la police, elle, a un effet.

fontmultiples
Image : Parmi toutes les polices de caractère, l’une d’entre elle la Comic Sans MS inventée par Vincent Connare pour la société Microsoft en 1995 a été la cible de nombreuses critiques de la part de typographes, tant et si bien qu’il existe un véritable mouvement en ligne pour bannir cette police de caractère.

Des recherches récentes, nous explique Benedict Carey, montrent que les gens retiennent beaucoup plus d’informations quand ils les lisent dans une police qui non seulement ne leur est pas familière, mais en plus n’est pas très facile à déchiffrer. Mais pour le démontrer, le journaliste fait un petit détour par le travail des sciences cognitives.

Les psychologues le savent depuis longtemps, rapporte-t-il, l’instinct est trompeur quand il s’agit d’évaluer notre qualité d’apprentissage. Ce qu’on ressent pendant une séance de travail n’a pas grand-chose à voir avec ce qu’on va en retenir : des concepts qui semblent parfaitement clairs deviennent très confus quand il s’agit de les restituer, alors que d’autres, difficiles à appréhender pendant l’apprentissage, sont aisément mobilisables au moment opportun. Ces dernières années, les chercheurs ont commencé à éclairer les raisons de ce fonctionnement et, dans certains cas, à trouver des moyens de le corriger.

Les études citées par Benedict Carey montrent, en gros, que nous faisons trop confiance à nos capacités d’apprentissage. Et que cet excès de confiance se développe en raison de la tendance naturelle de notre cerveau à trouver des raccourcis – et souvent en le faisant trop vite pour se souvenir de ce qu’il utilise : ce ne sont que des raccourcis ! Je passe sur les détails, vous les retrouverez dans l’article en langue original si cela vous intéresse. J’en viens à ce qui nous intéresse ici. Car des recherches montrent que des éléments extérieurs peuvent aussi créer un sentiment de fausse sécurité. La fluidité par exemple, l’impression que ça va tout seul. Une étude publiée cette année dans la revue Psychological Science, étude dirigée par le Docteur Kornell, montre la force que peut avoir cet effet. Les participants ont étudié une liste de mots imprimés dans des polices de tailles différentes et devaient évaluer lesquels ils retiendraient mieux. Bien sûr, les sujets étaient plus confiants quand il s’agissait de mots écrits en gros caractères. Les résultats furent parfaitement inverses. L’étude a montré que la taille des caractères ne joue en rien. Et il en va de même avec la plupart des types d’apprentissage : la difficulté durcit le muscle cérébral, alors que la facilité ne durcit que la confiance. Et un groupe de chercheur l’a montré de façon éclatante, en utilisant non plus la talle des caractères, mais le type de police.

Une étude récente publiée dans la revue Cognition (.pdf), des psychologues des universités de Princeton et de l’Indiana ont donné à lire à 28 sujets, hommes et femmes, un texte décrivant trois espèces d’aliens, chacune ayant sept caractéristiques, du type “a les yeux bleus ” “mange des pétales de fleurs et du pollen”. La moitié des participants ont étudié le texte en Arial, taille 16, l’autre moitié en Comic Sans taille 12 ou en Bodoni MT taille 12, deux polices qui sont moins familières et plus compliquées à assimiler pour le cerveau. Après une petite pause, les participants subissaient un test. Ceux qui ont été confrontés aux polices les moins faciles ont eu des résultats bien meilleurs que les autres. L’étude a même été élargie à 222 élèves d’une école publique de l’Ohio. Un groupe recevait des documents (des cours d’anglais, de sciences, d’histoire) dans une police inhabituelle le Monotype Corsiva. Les autres dans la police habituelle. Les tests menés après coup ont montré, comme précédemment, que les élèves ayant étudié dans la police rare avaient de bien meilleurs résultats que les autres. Particulièrement en physique.

“La raison pour laquelle les polices inhabituelles sont efficaces est parce qu’elles nous obligent à penser plus profondément à ce que nous lisons” explique Daniel Oppenheimer, coauteur de cette étude. “Changer la police d’un texte et en trouver une qui soit plus difficile à lire vous forcera à être plus attentif.”

Voici pour cet article du New York Times qui est intéressant parce que contre-intuitif. Néanmoins, si on élargit un peu son propos, il n’est qu’une reformulation par les sciences cognitives de la vieille formule : “c’est en souffrant qu’on apprend”.

Xavier de la Porte

Xavier de la Porte, producteur de l’émission Place de la Toile sur France Culture, réalise chaque semaine une intéressante lecture d’un article de l’actualité dans le cadre de son émission.

L’émission du 1er mai était consacrée à la mise en place – contestée – du Conseil national du numérique avec Jeanne Tadeusz, responsable des affaires publiques de l’April (Association pour promouvoir et défendre le logiciel libre) qui s’est inquiétée de la création du CNN. L’émission s’intéressait également à la Culture Geek avec Samuel Archibald, professeur au département d’études littéraires de l’université du Québec à Montréal auteur notamment d’une “Epitre aux Geeks” ; Denis Colombi, agrégé de sciences sociales, professeur de sciences économiques et sociales, doctorant en sociologie et auteur d’un blog intitulé Une heure de peine sur lequel il a publié “Aux sources de la culture geek” et Sabine Blanc, journaliste à Owni. Et enfin à l’histoire de l’arobase, avec Sébastien Roussel, journaliste et administrateur du site arobase.org.

économie de l'attention, cognition, design, neurosciences, visualisation

Ditch the jargon and back away from those tired slides

There’s nothing worse than sitting through a dry presentation about a new business product or concept. And there’s nothing worse for a presenter than seeing negative reactions to his or her dry presentation broadcast in realtime Twitter streams. But the good news is that presenters and audiences both are realizing there’s an art to presenting, and when it’s done right, even the driest topic can engage an audience.

Nancy DuarteIn a recent interview, Nancy Duarte, author of “slide:ology” and CEO of Duarte Design, talked about bad speaker habits, great presentations, and the importance of storytelling.

People approach their presentations the same way they do a research paper, and they shouldn’t. Presentations should really be about story and about human-to-human connection.

There’s almost this otherworldly ability for a human to connect to another human, and yet that’s all left on the table. We use our slides as a barrier to protect ourselves from having to connect at a human level.

There's a lost opportunity to connect deeply to people. People hide not only behind their slides, but behind their jargon — people stay in their industries for years, and there's this other weird language that develops around their own subject matter, and that makes them unaccessible and not human. They have to break that down. People won't be able to identify if they don't.

For more on business presenting — what we're doing right, and what we're doing wrong — and how not to get banished from the presentation stage, you can view Duarte's entire interview in the following video:

Related:

Designing For The Future Web – Smashing Magazine

“Designing for the future Web. That’s a big subject. Where do we start when we’re talking about something that isn’t here yet?

In this article, we’ll look at what the future Web might look like and how we can adapt our current skills to this new environment, as well as how to create fluid websites that are built around a consistent core and that adapt to the limitations and features of the device on which they are viewed. We’ll also look at how our conceptual approach to designing websites should evolve: designing from the simplest design upwards, and not from the richest website down.”

Tags: